Avertir le modérateur

18 septembre 2010

Collioure et le fauvisme. Été 1905, le magnétisme fauve.

A Collioure, depuis le début du XX° siècle, rien n'a changé ou presque. Le charme magnétique des couleurs opère toujours. En ces lieux, Henri Matisse a créé l'un des plus importants monuments picturaux de l'art moderne...

Le 16 mai 1905, en gare de Collioure, le train de Toulouse dépose Henri Matisse, ses valises, ses cartons, ses toiles, ses cou­leurs...


Collioure, décor de carte postale.


Pure comme un cristal de roche, la matinée s'annonce pro­metteuse. D'un large regard circulaire, l'artiste s'imprègne du spec­tacle unique du petit port catalan. La montagne, recouverte d'un vi­gnoble sculpté en terrasses, éclate d'un vert lumineux et se jette, en contrebas, dans une mer violette.

A ce décor, Collioure ajoute les tons chauds de ses maisons de pêcheurs, le schiste gris de son château royal, le jaune de ses plages et l'ocre des rochers qui affleurent à la surface de la Méditer­ranée.

Tout au long de cette journée, l'artiste contemple, avec fasci­nation, les changements de nuances. Au soleil de midi, la gamme des couleurs s'exacerbe pour s'apaiser, progressivement, le soir venu. Le charme est total.


La fascination d'un site et la naissance d'un courant pic­tural.


Henri Matisse sent-il qu'il y a, à Collioure, ce qui peut faire exploser tout ce qui est en gestation dans sa quête picturale ? Pressent-il la potentialité de ce que le critique Jean Leymarie appelle « l’accord entre un site et les préoccupations artistiques d’artistes venus y mûrir leur vision... ? »

Henri Matisse insiste auprès de son ami et complice André Derain à venir le rejoindre. Ensemble, et jusqu'à la fin de l'été 1905, ils vont peindre jusqu'à l'épuisement. Les deux artistes travaillent avec frénésie, passant par des périodes de doutes et d’exaltation, mettant en couleurs le profil du village, le clocher, le château, les fi­lets qui sèchent sur la plage, les barques qui partent, les femmes qui ravaudent…

L'un et l'autre pressentent une nouvelle manière de travailler et rompent avec l'impressionnisme et le pointillisme divisionnisme cher à Seurat et à Signac.


La plage rouge...


Matisse peint la plage de Collioure en rouge et tente de s'en expliquer : « Vous vous étonnez, sans doute de voir une plage de cette couleur ? En réalité, elle était de sable jaune. Je me rendis compte que je l'avais peinte avec du rouge... Le lendemain, j'es­sayais avec du jaune? Çà n'allait pas du tout, c'est pourquoi j'ai re­mis du rouge... »

Derain panique un instant et craint l'égarement, voire la folie. « Cette couleur m'a foutu dedans... », déclare-t-il, « Après, je me suis laissé allé à la couleur pour la couleur. J'ai perdu mes an­ciennes qualités... »

Pour les deux artistes, il n'est plus question de faire marche arrière. L'émotion dicte leurs recherches. Et la lumière ordonne leurs tableaux. « Une lumière blonde, dorée qui... », selon Derain, « sup­prime les ombres... C'est un travail affolant. »


Une collaboration féconde en utilisant « les couleurs qui sortent du tube ».


Matisse et Derain multiplient les balades. Les ruelles fraîches du quartier des pêcheurs surplombent le village et offrent de merveilleux points de vue sur le clocher de l'église Notre Dame des Anges. La jetée du faubourg aligne les couleurs chatoyantes des élé­gantes barques catalanes. La promenade, le long du château royal, permet d'observer le ballet incessant des bateaux de pêche qui rentrent au port lourdement chargés d'anchois. Sur la plage de Bora­mar, les embarcations sont hissées au moyen d'un cabestan...

Les deux artistes étudient cette activité incessante avec atten­tion : les voiles qui sèchent sur la plage, les files que les femmes raccommodent, les visages des marins qui ne comprennent rien à leur peinture et qui se permettent, même, quelques moqueries...


« Cautio liberi », le statut de l'homme libre.


 

Malgré la perplexité ambiante, Matisse entrevoit l'aboutisse­ment de leurs recherches : « Je ne cherche plus qu'à faire chanter les couleurs, sans tenir compte de toutes les règles et les interdic­tions... », avoue-t-il même, « ….Je compose, dès lors, avec mon des­sin, de façon à entrer directement dans l'arabesque et la couleur... »

Imperceptiblement, un mouvement pictural prend naissance.


Au Salon d'Automne 1905, le basculement de l'art pictu­ral vers le modernisme.


Au Salon d'Automne de 1905, dans la salle VII, placée par Plumet au cœur de l'exposition, Matisse et Derain présentent le fruit de leur travail, c'est le scandale...!

Parmi les huiles aux couleurs violentes, - un « pot de pein­ture jeté à la face du public », écrit Camille Mauclair -, trônent, dans un style très traditionnel, au milieu de la pièce, deux bustes d'Albert Marquet. La présence de ces sculptures provoquent le com­mentaire ironique de Louis Vauxcelles, critique d'art au journal Gil Blas ; « ...La candeur de ces bustes surprend au milieu de l'orgie des tons purs : Donatello chez les fauves... »

Le terme fauvisme voit ainsi le jour pour la première fois.


Le chemin du fauvisme.


Que reste-t-il aujourd'hui de toute cette aventure ? Sur le plan pictural, l'œuvre est immense puisque Braque, Marquet, Dufy effectueront également le voyage de Collioure. Ils marqueront, à ja­mais, la peinture de leurs couleurs pures, violentes et lumineuses. Ces teintes n'ont évidemment pas changé et elles continuent d'inon­der Collioure de leur éclat.

Pour évoquer ces « années fauves », un « chemin du fau­visme » a été élaboré dans le village sur les traces de Matisse et de Derain. Dans les rues, au château, sur le port, des reproductions de tableaux sont exposées à l'endroit même où les peintres posèrent leur chevalet.

A travers cet itinéraire, véritable musée imaginaire, Collioure apparaît en pleine lumière. En ces débuts du XXI° siècle, la palette des couleurs est toujours ben réelle et le fauvisme encore bien per­ceptible.

 

"Voyage en terres comtales". 2009

En cours de publication aux Etats Unis.

Auteur : Raymond Matabosch.

16:41 Écrit par catalan66270 dans Voyage en Terres Catalanes | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : collioure, côte rocheuse, fauvisme, matisse, derain, pyrénées orientales, roussillon | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

Commentaires

Une invitation au voyage, haut en couleurs !

Écrit par : Evelyne | 18 septembre 2010

Une invitation au monde de la nature dans toute sa splendeur... dans un univers de calme et de douce tiédeur...

Merci, Evelyne, de votre lecture...

Écrit par : Raymond Matabosch | 18 septembre 2010

Je connais Collioure depuis de nombreuses années et c'est toujours avec joie et une certaine émotion que j'y retourne.
Pour moi, il n'y a pas d'endroit aussi magnifique.

Écrit par : Josy | 23 septembre 2010

Collioure est vraiment splendide !! Vivement cet été !

Écrit par : anonyme | 19 mai 2011

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu