Avertir le modérateur

09 juillet 2015

Climat : Les leçons à tirer des glaces de l'Antarctique et du Groeland...

SI LES GLACIOLOGUES PRÉLEVAIENT DES CAROTTES DE GLACE DANS L'ANTARCTIQUE ET LE GROENLAND ET LES ANALYSAIENT ?

Grande éruption volcanique.jpg

Si on a longtemps étudié les anneaux des troncs d'arbre, ou dendrologie, pour essayer de déterminer, avec plus ou moins de bonheur et de réussite, le climat qui a pu sévir par le passé, il serait peut-être temps que nos glaciologues se penchent sur les glaces de l'Antarctique et du Groenland et effectuent des carottages et les analyses.

Sans nul doute, ils pourraient, ainsi, découvrir l'histoire de quelques 300 à 350 volcans, majoritairement implantés dès Tropiques aux hautes latitudes, qui ont marqué le climat et l'histoire humaine, de la Rome antique à aujourd'hui. Car ces volcans ont été le principal facteur du changement climatique dans notre hémisphère au cours des 2.500 dernières années et ont contribué à l'expansion des pestes et des famines par le fait que les particules qu'ils ont émises émises, sont restées stockées dans la stratosphère durant de longues années et se sont comportées, conduisant à un refroidissement du climat, comme des boucliers au rayonnement solaire.

Les informations que les glaciologues obtiendraient à partir de carottes extraites des glaces du Groenland et de l'Antarctique porteraient le discrédit sur les prévisions alarmistes des réchauffagistes du climat et débouteraient les fausses à vraies annonces colportées par le GIEC pour faire avaler des couleuvres grosses comme des boas en matraquant les esprits et en les conditionnant sur un hypothétique et farfelu réchauffement climatique. En outre, l'analyse des sulfates volcaniques qu'ils pourraient extraire des carottes de glace, ne pourraient que confirmer que les volcans ont été les principaux facteurs du changement, climatique dans l'hémisphère, au cours des 2.500 dernières années.

Les glaciologues porteraient ainsi les preuves que la plupart des étés de froidure qui ont sévi entre 500 après J.C. et l'An Mil, ont été la résultante de grandes éruptions volcaniques. Ils pourraient aussi résoudre les causes de l'une des plus graves crises de l'histoire du climat, qui avait commencé, en l'an 536 après J.C., avec le mystérieux nuage observé, en Méditerranée, sur une durée de 18 mois, et qui découlait d'une éruption majeure qui s'était produite dans l'hémisphère Nord.

Le refroidissement initial provoqué avait même été exacerbé par l'éruption d'un second volcan, quatre ans plus tard, implanté sous les Tropiques. Ces deux éruptions volcaniques consécutives avaient généré, sur au moins 15 ans, de mauvaises récoltes et des pénuries alimentaires, qui avaient contribué à l'expansion de l'épidémie de la peste de Justinien de l'an 541 à l'an 543 après J.C. En outre, il s'avère que suite à certaines éruptions puissantes, et le produit du refroidissement en découlant, entre 500 ans avant J.C et les temps présents, les famines et les problèmes socio-économiques qui se sont développés en Europe, en Asie et en Amérique centrale, ont tous été consécutifs à de grandes chaleurs meurtrières suivies de refroidissements du climat tout autant meurtriers...

Et comme les éruptions volcaniques sont bien au-dessus des 50 éruptions de moyenne annuelle, (au cours des 6 derniers mois écoulés, elles sont déjà plus du double et la chaleur malsaine qui n'est pas canicule car canicule est quand la température ne descend pas en dessous de 33° C., diurne et nocturne, sur une période d'au moins 72 heures, qui s'abat sur l'hémisphère Nord depuis Juin dernier, en est la conséquence inéluctable), et que bon nombre d'édifices volcaniques sont vieux et grandement faillés, il n'est pas à exclure qu'une grande éruption, telle celles de 1815, le Tambora ou de 416 le Krakatoa, ne survienne...

Les réchauffagistes du climat et ceux du GIEC, si une grande éruption se produit, ne pourront plus que se lamenter, comme le fait Perrette dans la fable de la fontaine "Perrette et le pot au lait"... En toute chose, il ne peut que s'émettre le postulat qu'à cause des multiples éruptions qui ont eu lieu depuis janvier 2015, dont 47 sur une seule semaine, des baisses de température commenceront à être sensibles à partir de fin Juillet... ou première quinzaine d'Août...

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu