Avertir le modérateur

22 novembre 2015

Quand les infos sont filtrées et censurées sur les médias français...

Quand les infos sont filtrées et censurées sur les médias français...

Une bombe larguée par l'armée française lors des trois raids menés depuis dimanche notamment sur Raqqa, le fief de l'Etat islamique en Syrie, selon l'Etat-Major français, dans un point presse tenu le Jeudi 19 Novembre au matin, n'a pas explosé et pourrait être récupérée par les djihadistes "à des fins de manipulation."

avion.jpg

Et le porte parole de l'Etat-Major des armées, le Colonel Gilles Jaron, a rajouté, "Nous avons un certain nombre d'informations qui nous permettent de dire qu'une des bombes, une parmi la soixantaine de bombes que nous avons utilisées dans ces trois raids, n'a pas explosé [......] Et nous avons un certain nombre d'informations qui nous laissent penser que cette bombe pourrait être récupérée par l'adversaire à des fins de manipulation."

Que cette annonce, d'une bombe qui n'ait pas éclaté et qui a été récupérée par l'Etat islamique, soit faite le matin du 19 Novembre, et que l'après midi, le Premier Ministre, Manuel Valls, avertisse que des attentas chimiques et bactériologiques pourraient se produire en France, interpelle... d'autant que Manuel Valls, au titre de Premier Ministre, n'en pouvait être informé...

Lors, existe-t-il une relation entre la récupération de la bombe par les combattants de Daesh et les menaces d'attentats chimiques et bactériologiques car, selon les indiscrétions filtrant des renseignements français, européens..., russes, iraniens et syriens... ce sont les civils qui ont trinqué sous les 3 raids menés par l'aviation française et les victimes se comptent, dans leurs rangs par centaines... quant aux tués dans les rangs de Daesh...un chiffre ridicule tant il est insignifiant...

C'est aléa révèle, en outre, un deuxième point plus pernicieux : "L'aviation française larguerait-elle, sur la Syrie, des bombes chimiques et bactériologiques ?", l'annonce, par Manuel Valls, Premier Ministre, de plausibles attentats chimiques et bactériologiques qui peuvent être menés sur le sol,de France le suggérant clairement...

Quand on sait qu'un raid aérien sur Raqqa coûte très cher. Il y d'abord les avions pour larguer des bombes. L'armée française utilise deux types d'appareil pour ces missions : des Mirage 2000 et des Rafale. Une heure de vol de Mirage 2000 revient à 25.000 euros, kérosène et pilote compris ; une heure de vol d'un Rafale est plus chère : 40.000 euros. Il faut ensuite ajouter à la facture le prix des bombes. Là encore, deux types de munitions sont larguées sur Raqqa : les GB-12, 20.000 euros l'unité, et les A2SM, 200.000 euros la pièce.

Lors des raids au-dessus de la Syrie, la France alterne les types de bombe et d'avion. Elle largue environ vingt bombes par nuit. On peut donc conclure qu'un bombardement de vingt bombes sur Raqqa coûte environ 2,4 millions d'euros. Cela est bien sûr le prix plancher, qui ne prend pas en compte tout ce qui est analyse, renseignement, vol de reconnaissance, les deux avions d'escorte dont un ravitailleur, et une partie de la logistique qui permettent ce déploiement de force.

11:46 Écrit par catalan66270 dans Coups de gueule, Mes livres publiés, Mes publications sur d'autres sites | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu