Avertir le modérateur

02 avril 2014

Composition du Gouvernement : du rififi à tous les étages du Parti Socialiste et de ses alliés.

Composition du Gouvernement : du rififi à tous les étages du Parti Socialiste et de ses alliés.

manuel-valls.jpg

Alors que l'ancien Ministre de l'Intérieur a été confronté à une crise avec les alliés écologistes de la majorité avant même le passage de témoin avec Jean-Marc Ayrault, les Verts étant divisés sur leur participation au gouvernement et en finalité renonçant à y participer, « A ce stade, nous ne pouvons qu’espérer un véritable changement de cap. La non remise en cause des orientations budgétaires ne nous semble pas de nature à permettre cette transition énergétique de grande ampleur que nous appelons de nos vœux [...] les conditions en l’état ne sont pas réunies pour qu’Europe Écologie-Les Verts participe au gouvernement. Nous serons des partenaires vigilants et présents pour que cette transition s’incarne dans des mesures d’ampleur »,

que cette décision a été immédiatement saluée par le Parti de gauche, à travers les propos de sa porte-parole Raquel Garrido, « Je félicite Europe Écologie-Les Verts d'avoir refusé d'entrer au Gouvernement. A l'aune du nouveau Gouvernement écosocialiste de Grenoble, la nouvelle gauche vit »,

que les médias sont unanimes à considérer que « Le choix de l'ancien Ministre Socialiste de l'Intérieur, connu pour sa fermeté et son franc-parler, menace de faire voler en éclat la majorité présidentielle... », que la tension monte à Europe Écologie-Les Verts et que le parti écologiste est au bord de l'implosion d'autant, d'une part, que François de Rugy, co-président du groupe écologiste à l’Assemblée nationale, a déclaré « que le refus d’Europe Écologie-Les Verts de participer au gouvernement Valls était  un mauvais coup porté à l’écologie et aux écologistes . […] Une très large majorité des parlementaires étaient favorables à une participation gouvernementale […] regrettant qu'avec un vote d’un très petit nombre de voix au sein du parti, on casse la démarche collective . [...] Le vote contre l’a emporté au sein du bureau exécutif avec 7 voix contre 3 et 5 abstentions, et on a un parti divisé, c’est préoccupant pour l’avenir .... », d'autre part qu'Emmanuelle Cosse, secrétaire nationale d’Europe Écologie-Les Verts, a expliqué, dans un entretien au « Monde », le refus de participer au gouvernement Valls, « Il y a une inquiétude très forte sur la volonté de François Hollande de faire bouger sa ligne après le signal envoyé par les Français dimanche dernier. […] Manuel Valls veut réussir comme Premier ministre et il souhaitait que l’on rentre dans ce gouvernement. Mais ce que nous disons aujourd’hui, c’est qu’avant de prendre des postes nous attendons des actes . [...] J’assume parfaitement la décision qui a été prise mais je n’en suis pas pour autant heureuse car nous ne voulions pas en arriver là ... », et, enfin, que Barbara Pompili, coprésidente du groupe des députés Europe Écologie-Les Verts, a estimé, sur les antennes de France 2, que « les écologistes ont, en refusant d’entrer au gouvernement, fait le pire  de deux  mauvais choix », déploré « la démarche personnelle  des deux ministres sortants... » et assuré « On avait face à nous uniquement des mauvais choix, puisque le président de la République n’a  manifestement pas pris la mesure de ce qui a été dit dans les urnes  et a parlé d’ inflexion  politique et  pas du changement de cap très nécessaire demandé par les électeurs . De plus  il a choisi un Premier ministre qui, en termes de symbole, est le contraire de ce qu’il faudrait faire. Face à cette situation, nos ministres ont décidé de manière un peu personnelle  de «poser un oukase sur Manuel Valls . J’ai le sentiment que parmi deux choix mauvais, on a fait le pire . On se lie les mains avant même d’avoir essayé  alors qu’il aurait fallu vérifier avant de  dire qu’on n’a pas les moyens d’agir »,

les Socialistes-Hollandistes s’inquiètent.

Des proches du Président de la République, François Hollande, se sont réunis en soirée, le 1 Avril 2014, et ont exprimé leur mécontentement sur le remaniement en cours. Autour de la même table, des ministres du gouvernement Ayrault démissionnaire, Stéphane Le Foll, - Ministre de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt -, Thierry Repentin, - Ministre délégué aux Affaires européennes -, Frédéric Cuvillier, - Ministre délégué aux Transports, à la Mer et la Pêche -, Kader Arif, - Ministre délégué aux Anciens combattants -, et Marie-Arlette Carlotti, - Ministre déléguée aux Personnes handicapées et à la Lutte contre l'exclusion -, le président des sénateurs du groupe « Parti Socialiste », François Rebsamen, celui des députés, Bruno Le Roux, ainsi que la chef de cabinet de François Hollande, Isabelle Sima, et un de ses conseillers, Faouzi Lamdaoui. L'un d'eux a rapporté le message: « Rappeler au Premier ministre qu’il y a des amis de François Hollande au gouvernement », et un autre à déclaré « François Hollande nous a lâchés, ils ne nous répond plus. »

En outre, parmi les ministrables, alors que le Président de la République, François Hollande, a demandé, à son nouveau Premier Ministre, de former un Gouvernement de combat les batailles d'égo s'intensifient et le Ministre du Travail, Michel Sapin, refuse de passer au ministère de l'Économie s'il doit cohabiter avec Arnaud Montebourg à Bercy au motif que « toute cohabitation avec le Ministre du Redressement Productif à Bercy est impossible... » pour lui,

et si, parmi les composantes de la majorité présidentielle, le Président de l'Assemblée Nationale, Claude Bartolone, a relevé que « Manuel Valls, un combattant et un responsable politique, a tout de suite eu l'angoisse des Français, l'angoisse du morcellement social de ce pays en tête. Il sait qu'il a un certain nombre de questions qui lui sont posées et il va y répondre. Il disposera d'une majorité au parlement. Compte tenu de l'état du pays, je ne peux pas imaginer qu'il y ait une volonté au sein du Parlement la volonté d'ajouter la crise à la crise. Alors pour ce coup de rein économique et social, Manuel Valls comptera sur le groupe socialiste qui a la majorité absolue. On peut compter, j'en suis sûr, sur les Radicaux qui ont un groupe de 17. Et je suis aussi convaincu du soutien d'une majorité des 17 Verts, s'ils se sentent associés au travail du Parlement, ce qui est la volonté du premier ministre... »,

selon Jean-Vincent Placé, Europe Écologie-Les Verts, « les écologistes ne savent pas encore s'ils voteront la confiance au futur gouvernement de Manuel Valls et réservent leur réponse », une prise de position qui s'ajoute à celle des députés Front de gauche qui ont déclaré, par la voix de leur chef de file André Chassaigne pour qui le choix de Manuel Valls est « secondaire », qu'ils « ne voteront pas la confiance au nouveau gouvernement du fait de la dérive libérale de François Hollande » et à celle du député Parti Socialiste, Henri Emmanuelli, qui ne voit pas la nomination de Manuel Valls, « incapable d'assurer la moindre discipline sur le territoire », d'un très bon œil, qui n'accepte pas que « le Parti Socialiste, un organe de réflexion collective […] soit transformé en parc à moutons » et qu'il a informé François Hollande qu'à « ce stade, j'ai prévenu le chef de l’État que mon vote pour la confiance n'était pas acquis. »

Et enfin, n'étant pas de bon aloi, l'entourage de Manuel Valls informe que « les noms des ministres seront dévoilés le 2 Avril, les secrétaires d'État la semaine prochaine après le vote de confiance au Gouvernement de Manuel Valls », une façon de donner l'illusion d'un gouvernement resserré avant de l'élargir, en catimini, à grands renforts de secrétaires d'État... comme une petite indiscrétion émise, le 1 Avril, par l'un du clan des corréziens sévissant à l'Élysée, « une équipe resserrée entourée d'une foultitude de Secrétaires d'État nommés à l'envie, sur plusieurs cessions,  pour que ce ne soit pas trop indigeste... aux contribuables. »


Qu'en résultera-t-il, en finalité ? La mayonnaise prendra-telle ? ou tournera-t-elle, comme le craignent de nombreux socialistes de l'aile gauche du parti, au vinaigre ?

11:01 Écrit par catalan66270 dans Coups de gueule, Mes livres publiés | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

01 avril 2014

On parle de grandes grandes manœuvres pour composer le nouveau gouvernement autour de Manuel Valls...

On parle de grandes grandes manœuvres pour composer...

le nouveau gouvernement autour de celui dont les médias chantent les louanges en le qualifiant, d'une amitié ironique car nombre d'entre eux se sont retrouvés sous les écoutes de la Place Beauvau, pour certains, de Vallskozy, « une continuité frappante ayant en commun les mêmes priorités policières, le même discours, les mêmes équipes car les personnes qui s'occupaient des étrangers, de la police dans les quartiers, sont des gens qui ont été installés par Sarkozy et que Valls a maintenus, tandis que ce dernier ne remet pas en cause, à titre de Ministre de l'Intérieur, la politique du chiffre », et, pour les autres, de Sarkozy de Gauche, « le plus à droite des socialistes et le ministre le plus populaire du gouvernement Ayrault en s’affichant, sans complexe, comme le premier flic de France parce qu'il est un adepte de la fermeté et qu'il a joint le geste à la parole en orchestrant une politique de démantèlement des campements Roms illégaux, de chasse aux sorcières en s'acharnant sur Dieudonné... et ses dérapages mémorables comme celui dont il s'est commis lors de sa venue dans la ville d’Evry…en réclamant... ''la ville sera belle si tu me mets quelques blancs, quelques whites, quelques blancos…'', se mettant, ainsi, à dos une bonne partie de la gauche. Et si son bilan est plus que mitigé contre la délinquance, tous les chiffres, malgré ses gesticulations, étant en constante hausse, ce sont surtout ses prises de position affirmées qui ont marqué les esprits. Quand ses multiples détracteurs, au sein du Parti Socialiste, dénoncent un arriviste dont les choix servent son ambition ultime, l'Élysée, ses 6 % de sympathisants insistent sur le multiculturalisme de ce Catalan de 51 ans, naturalisé Français à l‘âge de 19 ans. »,


alors que pour Edwy Plenel, président et fondateur du journal en ligne Mediapart, « Le danger, ce n’est pas Madame Le Pen » mais « Manuel Valls », que pour QuartierLibre, un média des quartiers populaires, défavorisés et laissés pour compte, « Valls, quand il était Ministre de l’Intérieur tirait volontairement trop court avec l'intention  de faire rentrer dans le rang ou de criminaliser celles et ceux qui se battent au quotidien Et les tirs d’artillerie trop courts tombent toujours sur la première ligne. Qui compose la première ligne dans un climat social tendu ? Les quartiers et les classes populaires... », que pour « Oumma », un média de la communauté musulmane francophone, « Manuel Valls se rêvait un grand destin et pas seulement le matin en se rasant, et il est certainement le seul socialiste à avoir une raison de se réjouir de la débâcle de la gauche aux municipales, puisqu’elle aura été son marchepied vers le sommet de l'État, le premier flic de France ayant troqué son costume martial de ministre de l’Intérieur pour l’habit de lumière de Premier Ministre. Il faut dire que le Sarkozy de gauche, immigré espagnol qu’il est, plus royaliste que le roi, qui aspire à être calife à la place du calife, divise plus qu’il ne rassemble au sein de son propre camp, quand il n’affole pas ceux dont le cœur palpite vraiment à gauche et tous les Français de toutes sensibilités qui sont encore attachés aux valeurs humanistes du pays des droits de l’Homme, par sa stigmatisation décomplexée des Roms et des femmes voilées, entre autres, pratiquant la chasse aux sorcières sans état d’âme, au risque de ternir durablement le blason de son pays d’adoption... », et pour le média des quartiers défavorisés, « Faute de changement, on assiste à une réussite du clonage, Nicolas Sarkozy reprenant vie au Ministère de l’Intérieur sous les traits de Manuel Valls. Avec Manuel Valls, les ritournelles et les cibles des forces répressives de l'État restent les mêmes, les opérations de communication demeurent une constante car il n’a pas de solution à apporter aux problèmes sociaux et n’a pas vocation à le faire. Son boulot, c’est de faire rentrer les gens dans le rang ou de les mettre au ban de la société. Garde barrière agressif d’une république dont les contours sont flous et la définition abstraite, il gère le territoire et les populations. Il ne règle pas les problèmes, il soumet et sanctionne. Il dessine lui-même les frontières de ce qui est convenable ou non, légitime ou pas. A défaut de combattre les injustices, il désigne les ennemis qu’il prétend combattre au nom des valeurs républicaines... Et, étant un homme dangereux pour les cités, il a été catapulté Premier Ministre », et on parle de grandes grandes manœuvres, autour de Manuel Valls, pour composer une équipe resserrée d'une quinzaine de ministres placés aux postes-clés, majoritairement des proches du président et aléatoirement du nouveau Premier Ministre, mais entourés d'une foultitude de Secrétaires d'État nommés à l'envie, sur plusieurs cessions aux fins d'enfumage « pour que ce ne soit pas trop indigeste... », petite indiscrétion de l'un du clan des corréziens sévissant à l'Élysée, « ...aux contribuables », qui multiplieront, d'autant, les dépenses publiques.

Et soyons Foll, si je mens, une seconde indiscrétion ayant fuité des limbes « de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire », « les petits cahiers d'écolier de l'élève Guéant » sont sortis d'un chapeau, ce 1 Avril 2014, pour mieux enfumer, focaliser les esprits simples ou malsains vers une droite trop menaçante et, laissant le temps au temps de mettre au secret des « affaires gênantes » qui pourrait sortir et éclabousser la normalité hollandisto-socialisto-démocrate, ainsi « détourner... », par un appel à la vindicte populaire, « ...l'attention des français vers d'autres horizons » C'est dans ce contexte que se déroulent les grandes grandes manœuvres pour composer le nouveau gouvernement qui officiera sous les directives « autoritaristes » de Manuel Valls...

Quant aux fédérations départementales, bon nombre d'encartés et de sympathisants, les murs pouvant avoir des oreilles, ont pris, pour habitude, de se réunir, en petits comités, hors de leurs locaux...

22:08 Écrit par catalan66270 dans Coups de gueule | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

Quel déballage... Et de l'image donnée par les médias, j'en ai honte...

 Quel déballage... Et de l'image donnée par les médias, j'en ai honte pour les électeurs qui ont fait confiance aux candidats aux municipales issus de la gauche du PS...

bilan de Valls au Ministere de l'Intérieur.jpg

Selon les étudiants en sciences politiques, « Mitterrand avait chaussé les bottes de De Gaulle et, Chirac, les pantoufles de Mitterrand... » Mais si Nicolas Sarkozy qualifiait son Premier Ministre, François Fillon, de simple collaborateur, le premier secrétaire du Parti Socialiste, François Hollande, en 2006, dans « Devoirs de vérité », paru aux éditions. Stock, co-rédigé avec Edwy Plenel, ne mâchait pas ses mots. « Je préconise... », écrivait-il, « ...un exercice de vérification démocratique au milieu de la législature. [...] Si d'aventure, à l'occasion de cette vérification, une crise profonde se produisait, ou des élections législatives intervenaient, contredisant l'élection présidentielle, nous en tirerions toutes les conséquences en quittant la présidence... », ce qui peut se traduire par « ...démissionner en cas de crise profonde au lieu de se contenter de changer de Premier ministre. » Mais ça, c'était avant le 6 Mai 2012... et son investiture, à la Présidence de la République, le 16 Mai suivant...

Après les calamiteuses élections municipales des 23 et 30 Mars 2014, « Adieu au remaniement ministériel resserré... » Au soir de la plus grave défaite à des élections locales jamais connue par le Parti Socialiste, le Premier Ministre, Jean-Marc Ayrault, a été « désireux de présenter sa démission », et confirmé tant par des membres de Matignon que de l'Élysée « François Hollande l'aurait refusée... » Coup de tonnerre, le 31 Mars, en fin de matinée, c'est François Hollande qui « demande.... », confirmé tant par des membres de l'Élysée, à Jean Marc Ayrault « ...de démissionner » Et, parallèlement, « Bonjour Manuel Valls... »

Au fond, Manuel Valls recevant la même feuille de route qui avait été assignée à Jean marc Ayrault, il est à se poser la question : « à quoi bon changer de Premier Ministre si ce n'est pas pour changer de politique ? » Et à l'aile gauche du Parti Socialiste, nous ne sommes pas les seuls à nous poser la question car des élus socialistes appartenant à d'autres courants, des écologistes et des gauches de la gauche, se la posent aussi. Tant et si bien que nombreux sont ceux qui s'en expriment :

- Marie-Noëlle Lienemann, sénatrice PS : « C'est plus que surprenant de prendre celui qui est le plus à droite au Parti Socialiste, qui était contre les 35 heures, qui était pour la TVA sociale, comme réponse au fait que le peuple de gauche ait contesté la politique libérale de François Hollande. »

- Emmanuel Maurel, vice-président du Conseil Régional d'Île-de-France : « Le choix de Manuel Valls est assez surprenant, compte tenu de l'analyse que l'on peut faire du scrutin et de l'indéniable besoin de gauche qui s'est exprimé à l'occasion de cette élection. »

- Bruno Le Roux, président du groupe Parti Socialiste à l'Assemblée Nationale ; « Je veux souligner le grand réformiste que Jean-Marc Ayrault a été pendant ces 18 premiers mois. Je crois que l'histoire des réformes lui rendra grâce d'avoir mené des chantiers dont on pensait ne pas pouvoir sortir. »

- Jean-Luc Mélenchon, coprésident du Parti de gauche : « François Hollande n'a rien compris au message qui lui a été adressé. Il confirme son alliance préférentielle avec le Medef et nomme le plus grand commun diviseur possible de la gauche, Manuel Valls. » et se disant « très triste pour son pays », il a appelé « l’opposition de gauche à ce gouvernement » à manifester le 12 avril prochain à Paris.

- Pierre Laurent, secrétaire national du PCF : « À part le premier ministre, rien ne change. Une nouvelle fois, François Hollande tourne le dos à la gauche et n'entend que de l'oreille droite. »

- Marie-Georges Buffet, députée Front de gauche : « On ne répond pas au mécontentement par un jeu de casting. Avec la nomination de Manuel Valls à Matignon, le peuple de France se voit infliger une double peine. Le changement de cap est plus que jamais urgent ! »

- Cécile Duflot et Pascal Canfin, ministres : « Les idées portées par le nouveau Premier Ministre, depuis plusieurs années, notamment lors de la primaire du Parti Socialiste ou comme Ministre de l'Intérieur, ne constituent pas la réponse adéquate aux problèmes des Françaises et des Français. Avec franchise et lucidité, nous en tirons donc toutes les conséquences et n'entendons pas participer à ce nouveau gouvernement. »

- Noël Mamère, député EELV : « La réponse qui est apportée par le Président de la République à la râclée que le Parti Socialiste a subie dimanche est la réponse du plus grand diviseur de la gauche et qui représente l'aile droite du Parti socialiste. »

- François de Rugy, député EELV de Loire-Atlantique : « Je pense que ce n'est pas une question de compatibilité, c'est une question de feuille de route, d'engagement politique de ce nouveau gouvernement. Si monsieur Valls est nommé pour faire une politique sans écologie, vous comprendrez bien que les écologistes n'en seront pas. »

Tant et si bien que le député PS, Henri Emmanuelli, - un parmi des dizaines d'autres laissant craindre une rupture dans les courant qui composent l'exécutif du parti Socialiste -, qui n'aurait pas choisi Manuel Valls pour Matignon, a indiqué qu'il « n'était pas sûr de lui voter la confiance ». Sur BFM TV et RMC, l'ex-Ministre et ex-président de l'Assemblée Nationale a commenté la promotion du Ministre de l'Intérieur au poste de Chef de Gouvernement en ces termes « Ce n'est pas le choix que j'aurais fait. […] J'estime, après ce qui s'est passé, ce n'est pas une question de personnes même si les personnes existent, que la bonne réponse, ce n'est pas un coup de barre à droite. […] On nous a annoncé, il y a quelques mois, à grand fracas, le grand virage social-démocrate. Je n'ai pas eu l'impression que cela a fait revenir la gauche aux urnes. […] À ce stade, j'ai prévenu le chef de l'État que mon vote pour la confiance n'était pas acquis.[...] Je pense que nous avons à reconquérir l'électorat de gauche et à mettre fin aux divisions car le PS s'est révélé incapable d'assurer la moindre discipline sur le territoire. […] Un parti, c'est un organe de réflexion collective aussi, et là, on nous l'a transformé en parc à moutons... »

D'autant, d'une part, que le bilan de Manuel Valls Ministre de l'Intérieur, n'étant pas des plus florissant, les chiffres, du 18 Mai 2012 au 31 Décembre 2013, n'étant pas à l'embellie, tout au contraire, et, d'autre part, que la majorité PS et affilié n'est que de 290 sièges, - après avoir été de 299 puis par le jeu des partielles perdues de 291 -, Cécile Duflot reprenant le sien tenu par sa suppléante PS durant son ministère, - soit seulement 1 au-dessus de la majorité -, qu'augure l'avenir ?

17:20 Écrit par catalan66270 dans Coups de gueule, Mes livres publiés | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

Les particuliers abonnés au gaz naturel encore ponctionnés... Est-ce un poisson d'Avril ? ou est-ce une réalité ?

Est-ce un poisson d'Avril ? ou est-ce une réalité ?

big-la-nouvelle-taxe.jpg

Après le gel des retraites du privé dont l'augmentation n'interviendra qu'au 1 Octobre si elle est supérieure à 1% et de la retraite complémentaire pour toute l'année 2014,

à compter du 01 Avril 2014, les particuliers, abonnés au gaz naturel, doivent désormais acquitter la taxe intérieure sur la consommation de gaz naturel, - TICGN -. le montant de la nouvelle taxe sera revalorisé en 2015 et 2016.

Mise en place en 1986, la TICGN était, jusqu'au 31 Mars 2014, collectée par les fournisseurs de gaz directement auprès de leurs abonnés, - les grandes entreprises et les institutionnels -, qui la reversent à l’État.

Son application aux ménages, décidée dans le cadre du de la mise en place de la contribution climat énergie (CCE), devrait rapporter 240 millions d’euros cette année. Puis 710 millions en 2015 et 1 milliard en 2016.

Le montant de la taxe est fixée, pour 2014, à 1,41 €/mégawattheure. Elle sera relevée à 2,93 €/mWh, en 2015, et à 4,45 €/mWh, en 2016.

Source : LaVieImmo, François Alexandre

12:17 Écrit par catalan66270 dans Coups de gueule | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

31 mars 2014

L'estaca de Lluis Lach

L'estaca de Lluis Lach

Sur des parole et musique de Lluis Llach, "L'Estaca" devient rapidement l'hymne de  toutes les revendications catalanes, - l'hymne catalan étant Els Segadors - . En 1969, il grave son premier vrai album, "Les seves primeres cançons", qui se vend à plus de 100 000 exemplaires.  L'année suivante il se produit à Madrid pour une série de concerts prestigieux au Théâtre Espagnol. Et là, les ennuis commencent. Sa popularité naissante attire sur lui les foudres  du pouvoir. "Tous les textes interprétés en  public devaient être préalablement soumis à la censure, raconte Louis Monich de Radio-France Roussillon, qui assistait au spectacle.

Cette  fois-là, ''L'estaca'' a été interdite et Lluis Llach au garde-à-vous devant le micro, l'a expliqué  au public pendant que son pianiste jouait le  refrain. Trois mille personnes ont alors entonné ''L'estaca'' alors que Llach restait muet pour se conformer à l'interdiction.

  L'estaca - Le pieu

 

Le grand-père Siset me parlait ainsi
Tôt le matin au portail
tandis qu'attendant le soleil,
nous regardions passer les charrettes


Siset, ne vois-tu pas le pieu

On nous sommes tous attachés,

Si nous ne nous détachons pas

Jamais nous ne pourrons nous libérer...

Si nous tirons tous il tombera

Et il ne peut plus tenir très longtemps

Sûr qu'il tombera, tombera, tombera,

Bien vermoulu comme il doit être déjà.


Si je tire fort de mon côté,

Et que tu tires fort du tien,
Sûr qu'il tombera, tombera, tombera,
Et nous pourrons nous délivrer.

Mais, Siset, il y a longtemps déjà

Que l'on s'écorche les mains
Et quand la force m'abandonne

Il semble bien plus large et plus grand qu'avant.

Certainement qu'il est tout pourri,

Pourtant, Siset, il pèse tant!
Et parfois la force me manque.

Alors, chante moi encore ta chanson !

Si je tire fort de mon côté,

Et que tu tires fort du tien,

Sûr qu'il tombera, tombera, tombera,

Et nous pourrons nous délivrer.

On n'entend plus le vieux Siset

Un mauvais vent l'a emporté.
Qui sait où il est passé ?
Et je reste seul au portail.

Et quand passent des jeunes,

Je tends le cou pour chanter
Le dernier chant de Siset
Le dernier qu'il m'ait appris.   

Si je tire fort de mon côté,
Et que tu tires fort du tien,
Sûr qu'il tombera, tombera, tombera,
Et nous pourrons nous délivrer
.

23:33 Écrit par catalan66270 dans Coups de coeur, Coups de gueule | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

Et si la nomination de Manuel Valls à Matignon se révélait être une pantalonade ?

Et si la nomination de Manuel Valls à Matignon se révélait être une pantalonade ?

valls.jpg

Démission de Jean Marc Ayrault et Matignon en fait l'annonce, à 17 h 00, avant la Présidence de la République, à 18 h 00...
Nomination de Manuel Valls à Matignon, c'est encore Matignon qui l'annonce, à 18 h 00, avant la Présidence de la République, à 20 h 00...

Nous Français de Gauche et de Droite, des électeurs et Hommes responsables, devons-nous applaudir ? en rire ? ou en pleurer ?

Devons nous en rire ?

C'est certes une anecdote mais la suite est moins glorieuse et peu connue des français : "El Cant del Barça", - Le Chant du Barca en français -, est l’hymne officiel du FC Barcelone, le Barça. Les paroles ont été écrites par Jaume Picas et Josep Maria Espinas, la musique composée par Manuel Valls. Le compositeur n’est pas seulement un homonyme du nouveau Premier Ministre français, c’est un cousin germain de son père...

 

Lluis Llach.jpg

Catalan comme les deux grands-cousins Manuel Valls, l'un le compositeur de l'hymne des Blaugranas, - ou FC Barcelone -, et l'autre le nouveau Premier Ministre français, je m'abstiendrai, pas respect pour les français, de le publier en catalan, tout comme je m'abstiendrai de la publier en traduction française car, l'un et l'autre, pour des raisons, - que je n'ai pas à savoir et pour lesquelles je ne m'aventurerai pas dans une quelconque interprétation -, qui leur étaient propre à l'époque, avaient vertement critiqué, en leur temps, même notre nouveau Premier Ministre qui est né en 1962, la chanson, "l'Estaca" reprise, au XXIe Siècle avant de conquérir le Bouclier de Brennus le 6 Juin 2009 en battant l'ASM Clermont Ferrand, par un club de rugby perpignanais, l'Usap pour ne pas le nommer, d'un autre auteur-compositeur catalan, Lluis Llach, L'Estaca, une chanson écrite en 1968 et longtemps censurée par le régime franquiste...

Devons-nous applaudir ou devons-nous pleurer ?

L'Estaca, « le pieu » en catalan, est une chanson composée durant la dictature du général Franco en Espagne, c'est un cri à l'unité d'action pour se libérer de l'oppression, pour atteindre la liberté. D'abord symbole de la lutte contre l'oppression franquiste en Catalogne, elle est devenue un symbole de la lutte pour la liberté...



Désolé pour ceux qui ne comprennent pas le catalan mais il n'existe pas de version en français... et c'est vraiment dommageable...

Je me réserverai de tout commentaire... Mais je regrette que notre président ait pu faire un tel choix pour un Premier Ministre, le plus à Droite du Parti Socialiste, car bien d'autres personnalités, au Parti Socialiste, le peuple des électeurs ayant surtout adoubé, malgré la claque, les socialistes de gauche et les socialistes dissidents, étaient plus aptes à mener les destinées de la France...

22:57 Écrit par catalan66270 dans Coups de gueule, Mes livres publiés | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

Des imbéciles et des illuminés qui polluent les médias et qui feraient mieux de la fermer au lieu d'enfoncer le pouvoir en place...

Des imbéciles et des illuminés qui polluent les médias et qui feraient mieux de la fermer au lieu d'enfoncer le pouvoir en place...

Francois-Hollande-et-Julie-Gayet-Jean-Marc-Ayrault-et-Marine-Le-Pen-.jpg

Pitié qu'on n'entende plus cela :

Pourquoi le FN s’est pris une méga-claque aux municipales : http://rue89.nouvelobs.com/2014/03/31/pourquoi-fn-sest-pr...

ce ne peut que desservir le pouvoir en place car l'article de Rue89-Le NouvelObs, en plus d'être de mauvaise foi, énonce des contre-vérités qui ne peuvent que déplaire aux français... Certes, en 1997, des villes conquises par le FN ont été mal gérées... il ne suffit pas d'en faire une généralité car il y a un petit village de 175 habitants qui a réélu un FN, Orange et Bollène en ont fait autant... Il aurait été préférable que le journaliste porte ses vues sur les dangers qui peuvent résulter de ces municipales et du tripartisme qui en peut en découler... si les européennes sont du même tonneau... Et persister dans des digressions peut générer un effet contraire au but qu'il s'est donné de poursuivre, ce qui serait catastrophique...

Et c'est tout autant catastrophique que le journaliste de Rue89-Le NouvelObs ait pu rapporter de tels propos, - les portant à la vindicte publique au lieu de les taire -, qui sont plus que malvenus et qui peuvent être très mal interprétés par les français et surtout par nombre de français de Gauche d'autant que ces municipales ont fait la part belle à nombre de candidats dissidents PS : "J’ai gardé le meilleur pour la fin. La claque magistrale reçue par le FN à Avignon : Philippe Lottiaux n’a finalement réuni que 35,3% des suffrages et c’est la socialiste Cécile Helle qui l’a emporté (46,5% des voix). Au passage, il faut donner un coup de chapeau à Olivier Py, le nouveau directeur du festival d’Avignon, qui a réalisé le coup politique le plus efficace de ces municipales en menaçant les commerçants de la ville de déménager le Festival d’Avignon si le FN prenait la mairie."

Il y a vraiment des imbéciles partout...

Au différent, il aurait été préférable que le journaliste de Rue89-Le NouvelObs préconise de resserrer les boulons... et en appelle à mettre réellement en place un front républicain qui permette de sortir la France du marasme dans lequel elle est, d'année en année, ce durant depuis quatre décennies, tombée... de plus en plus bas et les hommes sensés de Gauche qui ne jouent pas les autruches et qui n’enfoncent pas leur tête dans le sable, s'en aperçoivent chaque jour et, - malgré le feu des critiques dont ils font l'objet de la part de certains des leurs qui n'acceptent pas qu'on leur disent les vérités -, n'arrêtent pas de tirer les sonnettes d'alarme... Il ne faudrait pas que cela soit en pure perte...

17:24 Écrit par catalan66270 dans Coups de gueule, Mes livres publiés | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

Claque pour le PS et victoire à la Pyrrhus pour l'UMP.

 Claque pour le PS et victoire à la Pyrrhus pour l'UMP.

Francois-Hollande-et-Nicolas-Sarkozy-lors-de-la-ceremonie-de-passation-du-pouvoir-a-l-Elysee-a-Paris-le-15-mai-2012_exact810x609_l.jpg

Portée sur les fonts baptismaux le 4 Octobre 1958, La Cinquième République, - ou V°République -, qui devait marquer une rupture par rapport à la tradition parlementaire de la République Française dans la volonté de renforcer le rôle du pouvoir exécutif, et rentrée en phase descendante dès le 27 Mai 1974 avec l'avènement à l'investiture suprême de Valéry Giscard d'Estaing et sa fin de règne ponctuée d'affaires d'État, des affaires d'État qui ont annoncé irrémédiablement sa décadence et par leur multiplication qui la précipitent dans son agonie et son proche terme, après une première semonce en 1997, - Orange, Marignane, Toulon dès 1995 et Vitrolles remportées par le FN -, vient de toucher le fond avec les résultats des municipales des 23 & 30 mars 2014.

Certes le PS, de l'avis unanime de tous les médias, « a pris une grosse claque », mais, au différent, l'UMP a acquis, indéniablement, une victoire à la Pyrrhus. En effet, après Hénin-Beaumont au premier tour, neuf autres villes, ainsi que le VIIe secteur de Marseille, ont été remportés, au deuxième tour, par le FN : Béziers, Fréjus, Le Luc, Villers-Cotterêts, Beaucaire, Cogolin, Le Pontet, Hayange, Mantes-la-Ville. A ces onze municipalités, il doit se rajouter les villes ayant élu des candidats portés par la Ligue du Sud, plus ou moins soutenus par le parti « Bleu Marine », Camaret-sur-Aigues, Bollène et Orange, et la réélection de Jean-Jacques Adoux, avec l'étiquette FN, à Hamel, un petit village de 175 habitants dans le Val d'Oise.

En revanche, même si elles ont échappé au parti de Marine Le Pen, parfois à quelques voix près, Avignon, Forbach, Saint-Gilles ou encore Villeneuve-Saint-Georges, etc..., cet engouement des électeurs pour l'Extrême Droite additionné au fort pourcentage d'abstentions et de bulletins blancs ou nul, ne peut qu'inquiéter. L'UMP peut-elle accuser la gestion de la France par François Hollande et le PS, depuis le 15 Mai 2012, et le PS peut-il imputer à la politique menée par Sarkozy et l'UMP, du 16 Mai 2007 au 14 mai 2012, assurément non car les deux partis en sont conjointement responsables.

C'était en Janvier 2007 et Nicolas Sarkozy disait : « Je veux changer la pratique de la République. Je veux une République irréprochable »,mais sa mandature en a été, tout comme le fut celle de ses deux prédécesseurs, - François Mitterrand l'initiateur et l'ordonnateur des hautes œuvres, et Jacques Chirac l'écumeur de l'ombre et le pourfendeur des citoyens-cagots, l'un et l'autre fort bien secondés par les alternances politiques, leur emboitant le pas, et le bipartisme et le centralisme démocratique à la française -, cinq années durant, avec l'aide précieuse d'une opposition au diapason instrumentant à bon escient les médias, le généreux fossoyeur. Et François Hollande, reprenant le flambeau, n'a pas su incurver, bien aider en cela par les affaires impliquant l'UMP et par les nombreux cafouillages en résultant au gouvernement, la tendance...

Nous ne devons pas, en conséquence, jouer les autruches et enfouir la tête dans le sable pour ne pas voir... tout au contraire, l'esprit républicain devrait prévaloir et un vrai front républicain devrait se relever de ses cendres si nous ne voulons pas que la France et la démocratie en France n'achève de tomber dans les bas fonds de la décrépitude et de l'insanie... De fait, qui doit faire le premier pas ? L'UMP dans l'Opposition ? Ou le PS au Pouvoir ? En vérité, l'un et l'autre doivent faire le premier pas et avancer de conserve pour rendre la République, celle qu'aiment les français, irréprochable.

Serons-nous entendus ? Il serait réellement préférable que nous le soyons, nous hommes de Gauche ou de Droite afin de mieux lutter et de nous prémunir, un extrême étant un extrême sans faire de concession, contre les extrêmes de tous bords. « Aléa jacta es... », dirait Caesar...

 

15:03 Écrit par catalan66270 dans Coups de gueule, Mes livres publiés | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

Ouvrez la cage aux oiseaux : un déballage à la Prévert... Pamphlet. Prologue

Ouvrez la cage aux oiseaux : un déballage à la Prévert... Pamphlet

Prologue

La France forte.jpg

Nos hommes politiques, de fieffés honnêtes hommes : La République irréprochable et quelques uns de ses acteurs tous lavant plus blanc que blanc !

Nicolas Sarkozy du 16 Mai 2007 au 14 Mai 2012

C'était en Janvier 2007 et Nicolas Sarkozy disait : « Je veux changer la pratique de la République. Je veux une République irréprochable »,mais sans doute savait-il déjà que, cette République-là, il en serait, tout comme le furent ses deux prédécesseurs, - François Mitterrand l'initiateur et l'ordonnateur des hautes œuvres, et Jacques Chirac l'écumeur de l'ombre et le pourfendeur des citoyens-cagots, l'un et l'autre fort bien secondés par les alternances politiques, leur emboitant le pas, et le bipartisme et le centralisme démocratique à la française -, cinq années durant, avec l'aide précieuse d'une opposition au diapason instrumentant à bon escient les médias, le généreux fossoyeur

C'était en Mars 2007 et Nicolas Sarkozy disait : « Je veux que les nominations soient irréprochables... » « Irréprochable » son obsession constante d'humilier ceux qui ont eu l'heur de lui déplaire et tellement longue, la litanie des préfets limogés pour avoir offensé le Prince : en Corse, pour avoir laissé un quarteron de manifestants franchir les grilles de la villa d'un de ses amis ; dans la Manche, pour n'avoir pas ôté de ses oreilles le bruit de la colère populaire ; à Grenoble ou à Marseille, parce que ses illusions sécuritaires se heurtaient au mur de la réalité.

« Irréprochables ses nominations », Raymond Soubie, Hugues Martin, Ange Santini, Danièle Dussaussois, Patrick Bernasconi, Sophie de Menthon, Pierre Charon, Jean-Paul Bailly, Jean-Marie Geveaux, Guillaume de Russé, Jean-Claude Etienne, Claire Gibault, Gisèle Ballaloud, Nadia El Okki..., au Conseil économique, social et environnemental ; Gilles Dufeigneux, « suspendu de ses fonctions par le Premier ministre, François Fillon, pour un comportement insultant envers la police lors d’un contrôle d’alcoolémie dans le Ve arrondissement de Paris », comme délégué interministériel aux grands événements sportifs, une création de poste indispensable ; Rama Yade comme ambassadrice à l'UNESCO ; Dominique Tibéri nommé contrôleur général économique et financier de première classe ; Pierre Charon aux chasses présidentielles ; Roger Karoutchi devenu représentant permanent de la France auprès de l’OCDE ; Xavier Darcos s'étant vu attribuer l'Institut Français ; Catherine Pégard, au Château de Versailles ; Dominique Paillé à la présidence de l’Office français de l’immigration et de l’intégration ; Arno Klarsfeld au Conseil d'Etat, etc...

C'était en Avril 2007 et Nicolas Sarkozy disait : « Nous conjurerons le pire en remettant de la morale dans la politique. Le mot morale ne me fait pas peur. » Et pourtant, la loi elle-même a été utilisée comme un cordon sanitaire entre la justice et la caste bipartite qui sévit, en politique, en France. En cinq années, œuvrant tant pour sa propre légitimité que pour la préservation de celle de toutes les hautes figures politico-politicardes de l'hexagone, - cela rappelant la promulgation de lois d'auto-amnistie prônées dans certaines affaires mettant en péril les fondements de certains partis politiques -, les uns et les autres ont été mis à l'abri de toute poursuite tout en continuant de pouvoir se constituer partie civile.

Tant pour lui que pour ses confrères ministres, députés sénateurs, présidents de Conseils régionaux, généraux, de communautés de communes, d'agglomération etc.., et pour ses futurs successeurs à tous les niveaux de l'exécutif de la Nation France, des « lieux entiers » ont été soustraits et pourront, à l'avenir, si besoin s'en fait sentir par la ou les personnes incriminées, être soustraits à la curiosité des juges d'instruction par la magie du label « secret-défense », ainsi le « trafic d'influence d'agent public », le « détournement de biens sociaux générant des enrichissements personnels », la « dissimulation des biens et des revenus », la « pratique de l'évasion fiscale », les « conflits d'intérêts dans la vie publique », - le rapport Sauvé passant allégrement aux oubliettes et nul, après le Napoléon Sarkozy, n'en sera désireux d'en déterrer son cadavre pour se flageller -, etc..., pourront être sauvés, si besoin s'en fait sentir pour les contrevenants, de toute incrimination pénale, et les poursuites pour les délits nationaux et internationaux, - les petits délits locaux en étant exclus pour l'enfumage et la poudre aux yeux -, ont été enserrées dans des verrous tels que la société civile ne pourra jamais s'en saisir d'autant que les « écoutes », initiées, en leur temps, par François Mitterrand, des « écoutes » qui bien que mises à l'index, n'ont cessé de se pratiquer depuis et s'amplifient de mandature en mandature et sont complétées par des « surveillances vidéos » qui proliférent sur l'entier territoire national

Le tableau est éloquent, mais à ce travail de sape seules manquent deux belles pièces : la suppression de juge d'instruction et la prescription des délits financiers. Nul doute que tous les moyens sont mis en action et en œuvre pour y remédier et que les juges, par des décisions prises par des Gardes des Sceaux, Ministres de la Justice, sauront imposer allégeance aux magistrats en les obligeant à faire remonter, par le truchement de rapports ad hoc, toutes les affaires à la Chancellerie. N'en a-t-il pas été ainsi le 31 Janvier 2014 quant une circulaire, émanant de la Garde des Sceaux, a fait mention de la nécessité de faire remonter toutes les affaires dites « sensibles » jusqu'à elle, une exigence qui s'inscrit en contradiction avec le principe de l'indépendance de la Justice ?

A suivre : Les affaires et les scandales de la « République irréprochable » prônée, en 2007, par Nicolas Sarkozy.

13:28 Écrit par catalan66270 dans Coups de gueule, Mes livres publiés | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

30 mars 2014

L'Homme moderne, un australopithèque qui s'ignore... Partie II

L'Homme moderne, un australopithèque qui s'ignore, emporté dans la décadence d'une civilisation de l'Ouest au seuil de sa disparition[...]


Partie II.

martyr.jpg

L'édit de Sardique, dit de Galère.

Le 30 avril 311, l’empereur romain Galère, grand persécuteur des chrétiens sa vie durant, publie, sans consultation de ses pairs de la Tétrarchie, non seulement en son nom propre mais encore en celui des trois autres tétrarques, - Constantin, Licinius et Maximin Daïa -, cinq jours avant sa mort, à Sardique, - Sofia en Bulgarie -, un édit, avec lequel il met fin aux persécutions à l'encontre des chrétiens et par lequel Rome reconnaît la religion chrétienne comme religion admise dans l'Empire.

Constantin, même s'il n'est ni converti ni baptisé, est l'ami des Chrétiens particulièrement nombreux dans les provinces orientales de l'Empire. Galère comprenant que s'il poursuit les persécutions, des révoltes chrétiennes ne manqueront pas d'exploser. Dans ces circonstances, et pour ces raisons purement politiques, il a promulgué le-dit édit de tolérance(2) : « Par nos règlements visant à l'amélioration constante du bien public, nous avons jusqu'ici veillé à régler toutes choses en conformité avec les anciennes lois et la discipline civile des Romains. Cela fut, d'une façon toute particulière, également notre objectif à l'égard de ces Chrétiens qui avaient renoncé à la religion de leurs ancêtres et furent contraints de revenir aux justes croyances. Au lieu d'observer les institutions antiques que leurs propres ancêtres avaient probablement établies, ils avaient, par dieu sait quelle obstination et folie, suivi des lois qui leurs étaient propres et avaient rassemblé dans des sociétés distinctes beaucoup d'hommes de croyances très variées. Suite à la publication de notre décret qui enjoignait aux Chrétiens de revenir d'eux-mêmes à l'observance des anciennes lois, beaucoup d'entre eux se sont soumis par peur de la contrainte et davantage encore en étant exposés à la répression. Cependant, parce que beaucoup d'entre eux persistent encore dans leur croyance et parce que nous avons constaté qu'ils se refusent toujours à accomplir les actes prescrits de vénération et d'adoration des Dieux, et continuent d'adorer leur propre Divinité, nous avons donc estimé, par l'effet de notre clémence accoutumée dans le pardon accordé à tous, qu'il convient d'étendre notre indulgence à ces hommes, de leur permettre de redevenir Chrétiens et de les autoriser à rétablir les lieux de leurs assemblées religieuses ; si du moins cela ne trouble pas l'ordre public.[..] Pour ce motif, suite à cette tolérance qui est nôtre, il sera du devoir des Chrétiens de prier leur Dieu pour notre conservation, pour celle du peuple, et pour la leur propre ; et ce afin que le bien commun puisse continuer à être garanti dans toutes les parties de notre Empire et qu'ils eux-mêmes puissent vivre tranquillement dans leurs demeures. »

Par cet édit, non seulement Galère met fin à la persécution, mais, à la seule condition de ne pas troubler l'ordre public, il restitue aux Chrétiens la liberté de culte accordée par Gallien. Il les autorise aussi à reconstruire leurs lieux de culte et leur demande de prier pour la conservation de l'Empire et pour le salut des empereurs. C'est la première fois que le Christianisme est reconnu, officiellement et explicitement, comme une religion « licite. »

C’est un document extraordinaire, unique en son genre, qui formule pour la première fois l’idée de tolérance religieuse. Le texte est totalement conservé en latin et en grec. Sa publication est considérée comme moment historique tournant, qui crée des conditions pour la christianisation officielle de l’Europe et du monde. Dans la culture moderne il est connu aussi comme « L’édit de la tolérance. »

23:21 Écrit par catalan66270 dans Coups de gueule, Mes livres publiés | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

Comment le candidat Jacques Daubresse, n'ayant recueilli que seulement environ 15% des électeurs inscrits peut-il se juger être un maire légitime ?

A Saint-Vaast-lès-Mello, dans le département de la Somme, un maire élu avec seulement 132 voix soit environ 15% des électeurs inscrits... ce qui lui a donné un pourcentage de 51,16%

Saint Vaast.jpg

Trois listes étaient en présence au premier tour des élections municipales de Saint Vaast Lès Mello:
- celle d'« Unis pour Saint-Vaast », menée par Thierry Wittenhove qui avait obtenu 182 voix, Divers
- celle de « Saint Vaast Lès Mello : des projets, des compétences, un avenir », menée par Jacques Daubresse, 132 voix, Divers mais ex-premier adjoint élu, en 2007, sur une liste Divers Gauche
- celle d'« Avant, maintenant, demain pour Saint Vaast », menée par Yann Lefèvre, Divers Gauche, maire sortant...

Particularité, le candidat Jacques Daubresse a jugé que suite à ce que « des électeurs lui ont fait remarquer... » que le bulletin de vote concernant la liste Thierry Wittenhove  « comportait un logo dont l’emplacement n’est pas autorisé, et qu’il ÉTAIT CLAIREMENT PLUS OSTENTATOIRE QUE LES AUTRES, nous avons donc demandé de faire figurer l’anomalie au procès-verbal », une procédure qui a entraîné la nullité des bulletins de son adversaire.

Comment un homme peut-il se permettre, sans en appeler à la justice pour en statuer, a-t-il décidé de considérer que le logo de son adversaire POUVAIT ÊTRE PLUS OSTENTATOIRE QUE LES AUTRES, donc plus ostentatoire que celui apposé sur ses propres bulletins de vote, d'autant plus un logo qui est apparu sur tous les documents officiels de la liste de Thierry Wittenhove, sur tous ses tracts et sur toutes ses affiches et que durant toute la campagne pour les municipales ce logo n'a fait l'objet d'aucune contestation ? Légalement, une demande en annulation de l'élection, auprès du tribunal administratif, aurait dû être faite au lendemain du premier tour... et la justice, non un homme candidat à une investiture municipale, s'en devait de statuer... d'autant que les 182 bulletins de vote ont été considérés blancs ou nuls sur le seul concept subjectif d'un homme qui a été , en même temps, juge et partie... un acte passible de poursuites... car engageant son intérêt personnel...

En fait « Ne pas prendre en compte 182 votes, c’est un manque de respect envers les électeurs. » Comment le candidat Jacques Daubresse, n'ayant recueilli que seulement environ 15% des électeurs inscrits peut-il se juger être un maire légitime ?

16:03 Écrit par catalan66270 dans Coups de gueule | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

L'Homme moderne, un australopithèque qui s'ignore...

L'Homme moderne, un australopithèque qui s'ignore, emporté dans la décadence d'une civilisation de l'Ouest au seuil de sa disparition[...]

Partie I.

Cylindre de Cyrus.jpg

Au cours de l’histoire, les conflits, qu’il s’agisse de guerres ou de soulèvements populaires, ont souvent été une réaction à des traitements inhumains et à l’injustice. Leur répétition ont poussé l'Homme à se prémunir et à se protéger par des textes regroupés sous l'appellatif « droits de l’homme » tant chantés et adaptés à toutes les sauces même les plus frelatées, - racisme, appels à la haine, à la discrimination et à la violence, complotologie, fabrication d’un mythe apocalyptique moderne, légalisation de l'avortement, légalisation du mariage pour tous et destruction de la cellule familiale... -.

Mais la « modernité des conduites humaines », par des avalanches de lois anti-sociales, anti-sociétales, anti-familiales, - déniant les concepts d'humanité et les foulant aux pieds -, votées par les parlements, viole et ne cesse de violer ces prétendus « droits » républicains, - dont les nations sont quasi toutes signataires de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme en 1948, la France étant même à l'origine de Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen en 1789, l'Europe se targuant de la Convention Européenne des Droits de l'Homme en 1950, les Virginiens et les États-uniens arborant la Première Déclaration des Droits Humains et la Déclaration des Droits Humains incluse dans la Déclaration d'Indépendance en 1776... -, de prétendus « droits » républicains, - la seule différence tenant à ce que ces droits, dont on cherchait jadis l’origine en Dieu ou dans la Nature, étant désormais passés sous le joug de « l’homme » -, cloués au pilori par les déclarations qui les énumèrent, de prétendus « droits » républicains qui sont, quant à leur contenu, exactement identiques à ceux qui sont transcrits dans le Décalogue ou Dix, - Six cent dix pour être précis -, Commandements, - l'Ancien Testament, le Coran, la Torah -, et dans les compilations des maîtres de vertu païens de toutes les écoles.

 

Le Cylindre de Cyrus, premier document des Droits de l’Homme...

 

Le Cylindre de Cyrus, rédigé par Cyrus le Grand de l’Empire achéménide de Perse, après sa conquête de Babylone en 539 avant Jésus-Christ, est souvent considéré comme le premier document des Droits de l’Homme. Libérant les esclaves, déclarant que toutes les personnes ont le droit de choisir leur propre religion et établissant l’égalité raciale, ces décrets et bien d’autres étant enregistrés sur un cylindre d’argile rédigé en akkadien et en caractères cunéiformes, marquent une avancée importante pour l’humanité.

Cyrus y proclame qu’il a conquis Babylone sans combattre, avec l’aide de Marduk, le Dieu principal de cette cité. Puis il décrit les mesures prises en faveur de ses habitants et détaille comment il a rendu aux temples de Mésopotamie et d’Iran occidental leur faste d’antan par des restaurations d’envergure et permis le retour des représentations de leurs dieux, que Nabonide, le roi de Babylone vaincu et capturé par Cyrus, avaient emportées. Il décrit par ailleurs l’organisation qu’il met en place pour permettre le retour, dans leur pays, des peuples conquis et déplacés dans l’Empire de Babylone par ses rois.

« Je suis Cyrus, roi du monde, grand roi, puissant roi, roi de Babylone, roi de Sumer et d’Akkad, roi des quatre quarts du monde, le fils de Cambyse, grand roi, roi d’Anshan, petit-fils de Cyrus, grand roi, roi de la cité d’Anshan, descendant de Teispès, grand roi, roi d’Anshan, d’une lignée royale éternelle, dont Bel, - Marduk - et Nabû aiment la royauté, dont ils désirent le gouvernement pour le plaisir de leur cœur. Quand je suis entré à Babylone d’une manière pacifique, j’établis ma demeure seigneuriale dans le palais royal au sein des réjouissances et du bonheur. Marduk, le grand seigneur, fixa comme son destin pour moi un cœur magnanime d’un être aimant Babylone, et je m’emploie quotidiennement à sa dévotion. Ma vaste armée marcha pacifiquement sur Babylone ; je ne permis à personne d’effrayer les peuples de Sumer et d’Akkad. J’ai recherché le bien-être de la cité de Babylone et de tous ses centres sacrés. Pour ce qui est des citoyens de Babylone, auxquels, - Nabonide -, avait imposé une corvée n’étant pas le souhait des dieux et ne [...] convenant guère, - aux citoyens -, je soulageai leur lassitude et les libérai de leur service. Marduk, le grand seigneur, se réjouit de mes bonnes actions. Il donna sa gracieuse bénédiction à moi, Cyrus, le roi qui le vénère, et à Cambyse, le fils qui est ma progéniture, et à toute mon armée, et en paix, devant lui, nous nous déplaçâmes en amitié. Par sa parole exaltée, tous les rois qui siègent sur des trônes à travers le monde, de la Mer Supérieure à la Mer Inférieure, qui vivent en des districts fort éloignés, les rois de l’Ouest, qui résident en des tentes, tous, apportèrent leur lourd tribut devant moi et à Babylone embrassèrent mes pieds. De Babylone à Assur et de Suze, Agade, Eshnunna, Zamban, Me-Turnu, Der, d’aussi loin que la région de Gutium, les centres sacrés de l’autre côté du Tigre, dont les sanctuaires avaient été abandonnés pendant longtemps, je retournai les images des Dieux, qui avaient résidé à Babylone, à leur place et je les laissai résider en leurs demeures éternelles. Je rassemblai tous leurs habitants et leur redonnai leurs résidences. En plus, sur commande de Marduk, le grand seigneur, j’installai en leurs habitats, en d’agréables demeures, les dieux de Sumer et Akkad, que Nabonide, provoquant la colère du seigneur des dieux, avait apportés à Babylone. Puissent tous les dieux que j’installai dans leurs centres sacrés demander quotidiennement à Bel et Nabû que mes jours soient longs, et puissent-ils intercéder pour mon bien-être. [...]Le peuple de Babylone bénit mon règne, et j’établis toutes les terres en de pacifiques demeures. »

De Babylone, le concept des droits de l’Homme, - Cyrus étant considéré par quelques Grecs, Hérodote et Eschyle en particulier qui ont vécu après sa mort, comme un grand conquérant plein de bonté, la loi romaine se basant sur des idées rationnelles dérivées de la nature des choses, les Juifs déportés à Babylone par Nabuchodonosor II bien que n'étant pas mentionnés dans le texte du cylindre, le retranscrivent dans la Bible en mentionnant leur retour à Qods par la volonté du grand Cyrus, l'hindouisme, le bouddhisme, le jaïnisme et le sikhisme en reprenant les fondements dans leurs livres sacrés et les douze tribus d'Ismael dont les arabes sont descendants de deux de ses fils, Nebajoth et Kédar, Kédar étant l’ancêtre des Quraychites, la tribu de Mahomet, en honorent les Ka'aba -, se répand rapidement en Inde, en Grèce et enfin à Rome car ce-dit concept de « loi naturelle » est né de l’observation du fait que les gens ont tendance à suivre certaines lois non écrites au cours de leur vie.[...]

 

13:33 Écrit par catalan66270 dans Coups de gueule, Mes livres publiés | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

Ouvrez la cage aux oiseaux : un déballage à la Prévert.....


Ouvrez la cage aux oiseaux : un déballage à la Prévert.....

Nos hommes politiques, de fieffés honnêtes hommes : La République irréprochable et quelques uns de ses acteurs tous lavant plus blanc que blanc !!!!! Quelle est belle la France politico-politicarde... Et ça n'a pas honte... de briguer les mandats auprès des électeurs...

Sarko et Flamby.jpg

Pour les gens de l'UMP....

Alain Agostini UMP 2008 condamné pour proxénétisme aggravé en bande organisée.
Alain Carignon UMP 1999 condamné pour corruption, abus de biens sociaux et subornation de témoins.
Alain Ferrand UMP 2006 condamné pour faux et usage de faux. 1998 condamné pour prises illégales d’intérêts et condamné pour fraude fiscale.
Alain Juppé UMP 2007 condamné pour abus de confiance, recel d’abus de biens sociaux, et prise illégale d’intérêt.
Alain Tuduri UMP 2009-10 condamné pour discrimination raciale pour avoir préempté les biens immobiliers que voulaient acheter des personnes d’origines étrangères en sa commune.
Axel Poniatowski UMP 2010 condamné pour diffamation.
Brice Hortefeux UMP 2010, condamné pour atteinte à la présomption d’innocence. Condam né pour injure non publique envers un groupe de personnes à raison de leur origine. Le Parquet Général a requis sa relaxe, la décision a été mise en délibéré au 15 septembre.
Brigitte Barèges UMP 2011 condamnée pour refus de mariage.
Bruno Sandras UMP 2011 condamné pour détournement de fonds publics et prise illégale d’intérêts.
Charles Fabre UMP 2010 mis en examen pour favoritisme.
Charles Pasqua UMP 2009 à 2010 condamné pour trafic d’influence, pour favoritisme, pour faux, financement illégal de campagne et abus de confiance. Cité dans l’affaire de recel d’a bus de biens sociaux pour l’association FranceAfriqueOrient. Mentionné dans l’affaire du financement occulte du ministère de l’Intérieur et de l’Union des groupements d’achats publics.
Christian Vanneste UMP 2006 et 2007 condamné pour propos homophobes, condamnation confirmée par la Cour d’Appel puis annulée par la Cour de Cassation, avait déclaré l’homosex ualité inférieure à l’hétérosexualité et que l’homosexualité était une menace pour l’humanité.
Claude Polony UMP 2001-09, reconnu coupable de prise illégale d’intérêt, favoritisme et détournements de fonds.
Daniel Simonpieri FN puis UMP condamné pour favoritisme, fausses factures et emploi fictif. Il avait déjà été condamné pour harcèlement moral.
Damien Meslot UMP 2010 condamné pour outrage à magistrat, mis en examen pour atteinte ou tentative d´atteinte à la sincérité d´un scrutin.
Denis Gautier-Sauvagnac UMP 2008 mis en examen pour blanchiment d’argent.
Denis Jacquat UMP 2011, condamné pour abus de confiance et infraction à la législation sur le financement des campagnes électorales.
Didier Schuller RPR-UMP 1994 s’enfuit aux Bahamas après la révélation d’une tentative de déstabilisation du juge Éric Halphen puis continue sa cavale en Dominique Républicaine où il bénéficie d’une protection diplomatique, avant de revenir en France. 2005 condamné pour financement illégal de sa campagne. 2007 condamné pour avoir fait financer de façon occulte des activités politiques.
Dominique Paillé UMP 2004 condamné pour abus de confiance.
Frédéric Chazal UMP 2010 condamné pour diffamation.
Gaston Flosse UMP 2011 condamné pour détournement de fonds publics et prise illégale d’intérêts.
Georges Tron UMP 2011 mis en examen pour harcèlement sexuel, agression sexuelle et viol.
Gérard Dezempte UMP 2006 condamné pour discrimination.
Gérard Larrat UMP 2011 condamné pour constitution de partie civile abusive ou dilatoire dans le but de nuire à son adversaire socialiste. 2011 mis en examen pour complicité d’atteinte à la sincérité du scrutin, complicité de faux administratif et usage et complicité de manœuvre frauduleuse tendant à l’exercice irrégulier du vote par procuration, élection annulée.
Gilles Forray UMP 2006 condamné pour corruption passive et recel d’abus de biens sociaux.
Guy Drut UMP 2005 condamné pour avoir bénéficié d’un emploi fictif.
Guy Wildenstein UMP 2011 mis en examen pour recel d’abus de confiance.
Henry Chabert UMP 2002 condamné pour recel d’abus de biens sociaux.
Jacques Blanc UMP 2009 mis en examen pour détournement de fonds publics et prise illégale d’intérêt.
Jacques Masdeu-Arus UMP)2006-09 condamné pour corruption passive et recel d’abus de biens sociaux.
Jacques Myard UMP 2009 condamné pour diffamation.
Jean Reynaud UMP 2004 condamné pour prise illégale d’intérêt. 2006, condamné pour harcèlement moral et dégradation des conditions de travail.
Jean Tiberi UMP 2009 condamné pour occupation illégale des locaux de sa permanence et fraude aux électeurs.
Jean-Louis Garnier UMP 2011 condamné pour coups et blessures.
Jean-Louis Masson UMP 1997 condamné pour avoir financé la campagne d’un concurrent afin d’affaiblir sa rivale à droite.
Jean-Paul Alduy UMP 2008 son élection est annulée pour fraude.
Jean-Paul Fournier UMP 2009-10 condamné pour prise illégale d’intérêt.
Joëlle Ceccaldi-Raynaud UMP 2006 condamnée pour diffamation et complicité de diffamation.
Joëlle Ferrand UMP 2010 condamnée pour prise illégale d’intérêt et malversations.
Laurence Spicher-Bernier UMP 201062011 condamnée pour exercice illégal de la profession d’avocat et escroquerie.
Lionel Cressiot UMP 2011 mis en examen pour injures et diffamation.
Lucette Michaux-Chevry UMP 2002 condamnée pour favoritisme dans l’attribution de marchés publics.
Manuel Aeschlimann UMP 2009 condamné pour favoritisme dans l’attribution d’un marché public.
Marie-Jeanne Bozzi UMP 2002 condamnée pour proxénétisme aggravé, association de malfaiteurs et dissimulation de travail clandestin. 2007 condamnée pour soustraction au paiement de l’impôt, omission de déclaration et fraude fiscale. 2009 mise en examen pour association de malfaiteurs en vue de la commission d’un homicide en bande organisée.
Maurice Gutman UMP 2010 condamné pour proposition sexuelle à une mineure de 12 ans.
Michel Buillard UMP 2011 condamné pour détournement de fonds publics et prise illégale d’intérêts.
Michel Habig UMP 2006 condamné pour avoir fait incendier 14 caravanes appartenant à des Roms installées sur un terrain municipal.
Nicolas Bazire UMP 2011 mis en examen dans le cadre de l’affaire Karachi.
Olivier Deleu UMP 2011 mis en examen pour injures et diffamation.
Olivier Rey UMP 2008 condamné pour violences, menaces et dégradation grave du bien d’autrui à raison de la religion.
Pascal Buchet UMP 2007-11 condamné pour harcèlement moral ayant mené au suicide.
Patrick Balkany UMP 2003 condamné pour injure publique et pour diffamation. 1999 condamné pour avoir rémunéré aux frais du contribuable 3 pers. désignées comme des employés municipaux mais ne s’occupaient que de son appartement de Levallois-Perret et de sa résidence secondaire près de Giverny.
Philippe Brun UMP 2011 condamné pour fraudes et multiples abus de biens sociaux.
Pierre Bédier UMP 2009 condamné pour corruption passive et recel d’abus de biens sociaux.
Philippe Pemezec UMP 2010 condamné pour injures. 2007, condamné pour irrégularités lors de sa campagne, son élection sera annulée.
Renaud Donnedieu de Vabres UMP 2004 condamné pour blanchiment d’argent. 2011 mis en examen dans le cadre de l’affaire Karachi.
René Vestri UMP 2009 condamné pour travail dissimulé. 2010 mis en examen pour blanchiment à titre habituel et en bande organisée, trafic d’influence et association de malfaiteurs.
Richard Cazenave UMP 1999 condamné pour abus de biens sociaux. 2004 condamné pour recel et complicité d’abus de biens sociaux.
Serge Dassault UMP 1998 condamné pour corruption2010 condamné pour procédure abusive. 2009, condamné pour avoir acheté des voix lors des municipales.
Thérèse Aillaud UMP 2002 condamnée pour détournement de fonds publics.
Thierry Gaubert proche de l’UMP collaborateur de Sarközy 2008 mis en examen pour abus de biens sociaux et escroquerie. 2011 mis en examen dans le cadre de l’affaire Karachi.
Thierry Leprince UMP 2007 condamné pour viol sur une mineure de 12 ans.
Vincent Toni UMP 2008 et 2011 condamné pour corruption passive.
Xavier Dugoin UMP 1997 condamné pour trafic d’alcool, salaires fictifs et corruption. 1999 à 2000, condamné pour abus de confiance, détournement de fonds publics, falsification de documents administratifs et prise illégale d’intérêt. 2001, mis en examen dans le cadre de l’affaire des emplois fictifs du conseil général de l’Essonne, cette procédure sera annulée pour vice de forme.
2010 un cadre de l’UMP dont le nom n’a pas été diffusé a été mis en examen pour vol de carte bancaire d’un ancien dirigeant et pour le piratage, lors de la guerre interne à l’UMP 31, de l’ordinateur de l’ex-présidente Christine de Veyrac. Les policiers ont retrouvé des objets acquis frauduleusement a son domicile.
L’UMP condamnée pour atteinte au droit à l’image avec son LipDub en diffusant pour le clore la photo d’une jeune femme n’y ayant pas consenti. L’UMP à l’origine de la loi Hadopi, condamnée pour piratage d’une musique de MGMT utilisée lors de leurs meetings et pour illustrer plusieurs vidéos diffusées sur Youtube

Pour les gens du PS, PC ou autres

Alain Belviso (PCF): Ex Président de l'Agglo d'Aubagne, mis en examen en 2010 dans le cadre de l'Affaire Alexandre Guérini mais également dans le cadre d'une affaire de faux en écriture privées et usages de faux.
Alain Rist (Vert): Ex Vice Président de Conseil Régional d'IDF condamné en 2006 pour être allé sur des sites pédophiles et avoir téléchargé des images à caractère pédophile.
Anne Hidalgo (PS): Actuelle adjointe au Maire de Paris et candidate à la mairie de Paris, condamnée en 2012 à 40 000 € d'amende pour infraction à la législation sur la durée du travail.
Arnaud Montebourg (PS): Ministre mis en cause en 2010 pour diffamation.
Bernard Granier (PS): Elu d'une intercommunalité condamné en 2011 pour corruption.
Bernard Tapie (Divers Gauche): Homme d'affaire, ex Ministre sous Mitterrand, condamné en 1996 pour corruption et subordination de témoin.
Bertrand Delanöe (PS):Actuel Maire de Paris condamné en 2010 pour atteinte au droit du travail.
Catherine Trautmann (PS): Ex Minsitre sous Jospin, condamnée en 1999 pour diffamation.
Christian Bourquin (affilié PS): Président de Région Languedoc Roussillon, successeur de Georges Frêche, condamné en 2012 pour délit de favoritisme.
Christian Cuvilliez (PCF): Ex Député et actuel Conseiller Municipal de Dieppe condamné en 2000 puis confirmé en 2004 pour détournement de fonds publics et recel et une seconde fois en 2001 pour diffamation.
Claude Pradille (PS): Ex Sénateur, condamné en 1995 pour corruption.
Dominique Plancke (EELV): Actuel Conseiller Régional, condamné en 2006 pour le fauchage d'OGM.
DSK (PS): En 2011, beaucoup de bruits pour rien ? Comme d'habitude, en arrosant s'en sortant avec des non-lieux
Edmond Hervé (PS): Actuel Sénateur, condamné en 1999 pour manquement à une obligation de sécurité dans l'affaire du sang contaminé.
Elie Pigmal (PS): Ancien Maire PS de Saint Estève, condamné en 2012 pour délit de favoritisme.
Elisabeth Guigou (PS): Elue de Seine Saint Denis, non condamnée mais accusée de diffamation.
Eva Joly (EELV): Condamnée en 2011 pour diffamation à l'encontre de David Douillet.
François Bernardini (ex/de nouveau? PS): Maire d'Istres condamné en 2001 pour ingérence, détournement de fonds publics, abus de confiance et abus de biens sociaux.
François Hollande (PS) : Actuel  Président de la République non condamné mais entendu par la Justice dans une affaire DSK en 2011 et sous le coup d'une plainte pour viol en réunion en compagnie de Jack Lang et de Pierre Moscovici
François Mitterrand (PS): Ex Président de la République de 1981 à 1995, mis en cause dans un bon nombre d'affaires avant et après sa mort. (écoutes de l'Elysée, Attentat de la Rue de l'Observatoire, Financment du PS - Affaire Urba, FrançAfrique, Nuage de Tchernobyl, Attentat du Rainbow Warrior, Mort de Pierre Bérégovoy, Fille Cachée entretenue aux frais de la république, etc)
François Xavier Bordeaux (PS): Ancien dirigeant du PS bordelais condamné en 2011 pour abus de faiblesse
Gabriel Conh Bendit (Verts): Frère de Dany Le Rouge, condamné en 2005 pour diffamation.
Gérard Monate (syndicaliste): Condamné dans l'affaire Urba.
Gérard Piel (PCF): Conseiller Municipal d'Antibes condamné en 2011 pour outrage envers un huissier.
Georges Frêche (ex PS): Ex Président de la Communauté d'Agglomération de Montpellier et ex Président de Région Languedoc Roussillon condamné régulièrement en fin de carrière pour de multiples dérapages verbaux.
Guy Roueyre (PCF): Ex Conseiller Régional démissionnaire, condamné en 2011 pour agressions sexuelles.
Harlem Desir (PS): Actuel Député Européen condamné en 1998 pour recel d'abus de confiance.
Henri Emmanuelli (PS): Ex Ministre sous les Gouvernements Mauroy et Fabius, actuel Président du Conseil Général des Landes, condamné en 1997 pour trafic d'influence.
Jack Lang (PS): Ex-Ministre et Député du Pas de Calais condamné en 2011 pour rupture de contrat.
Jack Mellick (PS): Actuel Député et Maire de Béthune dans le Pas de Calais, condamné en 1997 dans l'affaire OM-VA pour faux témoignage.
Jacques Mahéas (PS ou apparenté): Ex Sénateur et Maire de Neuilly Sur Marne en Seine Saint Denis condamné pour agression sexuelle.
Jeanine Ecochard (PS): Actuelle Vice Présidente du Conseil Général des Bouches-Du-Rhônes, condamnée en 1998 dans l'affaire Urba(financement occulte du PS).
Jean-Christophe Cambadélis (PS) : Député, condamné en 2006 pour l'affaire de la MNEF.
Jean-Christophe Mitterrand: Fils de François Mitterrand, ex conseiller de son père à l'Elysée pour les affaires africaines, condamné en 2009 pour recel d'abus de bien sociaux.
Jean-David Ciot (PS): Ni arrêté ni condamné mais visé par la Justice dans la cadre de l'affaire Guérini; affaire à suivre!
Jean-François Noyes (PS): Conseiller Général des Bouches-Du-Rhône, mis en examen en 2012 dans le cadre de l'Affaire Guérini pour association de malfaiteurs en vue de trafic d'influence et recel de trafic d'influence.
Jean-Marc Ayrault (PS): Actuel Premier Ministre, condamné en 1997 pour délit de favoritisme.
Jean-Marie Le Chevallier (PS): Actuel Député, condamné en 2003 pour subordination de témoin.
Jean-Marie Le Guen (PS): Ministre, mis en examen dans l'affaire de la MNEF bénéficiant d'un non lieu.
Jean-Michel Baylet (PRG): Actuel Sénateur du Tarn et Garonne condamné en 2003 pour abus de biens sociaux.
Jean-Noel Guérini (PS): Actuel Sénateur des Bouches du Rhône, mis en examen en 2011 pour prise illégale d'intérêt et trafic d'influence.
Jean-Paul Huchon (PS): Actuel Président de Région IDF, condamné en 2007 pour prise illégale d'intérêt et en 2011 par le Conseil d'Etat.
Jean-Pierre Balduyck (PS): Actuel Député du Nord, condamné en 2005 pour favoritisme a fait appel de sa condamnation.
Jean-Pierre Destrade (PS): Ex élu et Porte Parole du PS condamné en 2005 pour escroquerie et trafic d'influence.
Jean-Pierre Kucheida (PS): Actuel Député du Pas de Calais, mis en cause en 2011 dans une affaire de corruption peut être de grand ampleur au sein de la Fédération PS du Pas De Calais.
Jean-Pierre Maggi (PS): Maire de Velaux, mis en examen en 2010 pour délit de favoritisme mais finalement relaxé en janvier 2012.
José Bové (EELV): Actuel Député Européen, condamné en 2006 pour le fauchage d'OGM.
Julien Dray (PS): Député et Conseiller Régional IDF non condamné mais qui a fait l'objet d'un rappel à la loi en 2009.
Khadija Aram (ex PS): Ancienne élue municipale condamnée en 2011 pour trafic d'influence et abus de confiance.
Laurent Fabius (PS): Ex 1er Ministre sous Mitterrand et Ministre des Affaires Etrangères, mis en cause dans l'affaire du sang contaminé puis relaxé.
Laroussi Oueslati (PRG): Mise en examen en 2010 pour trafic de faux diplômes.
Line Cohen Solal (PS): Actuelle adjointe au Maire de Paris, condamnée en 2011 dans la même affaire que celle touchant Pierre Mauroy.
Malek Boutih (PS ou ex PS): Ancien candidat aux Législatives en 2007, condamné en 2006 pour diffamation.
Maxime Gremetz (ex PCF désormais sans étiquette): Ex Député de la Somme, condamné en 2000 pour violence avec arme en ayant forcé un barrage de police, licenciement abusif, etc...
Michel Dary (PRG): Ex député Européen, mis en cause en 2010 pour recel d'abus de confiance suivi d'un non lieu prononcé en sa faveur.
Michel Delebarre (PS): Ancien Ministre sous Mitterrand, condamné en 2005 dans l'Affaire des Ecoutes Téléphoniques.
Michel Laignel (PS): Condamné en 2006 pour faux, usage de faux, délit de favoritisme, prise illégale d'intérêt, et détournement de fond.
Michel Pezet (PS): Ancien Député des Bouches-Du-Rhône, et actuel Conseiller Général du même département, condamné en 1998 pour recel de fonds utilisés [pour un financement politique] en dehors de tout enrichissement personnel.
Michel Tonon (PS): Maire de Salon de Provence, mis en examen en 2010 pour délit de favoritisme mais finalement relaxé en janvier 2012.
Mohamed Abdi (PS): Condamné en 2007 pour escroquerie.
Monique Delessard (PS): Actuelle Maire de Pontault-Combaut en 2010 pour mariage illégal.
Noel Mamère (Ecologiste): Condamné en 2000 pour diffamation.
Olivier Besancenot (NPA): Ex candidat à la présidentielle, condamné en 2011 pour séquestration.
Olivier Spithakis (???) : Pas d'information sur son statut actuel mais (ex?) membre du PS condamné en 2005 dans l'affaire de la MNEF.
Patrick Sève (PS): Maire de L'Hay-Les-Roses mis en examen en 2011 pour octroie inustifié de marchés publics et soustraction de fonds publics.
Pascal Buchet (PS): Maire PS de Fontenay Aux Roses condamné en 1ère instance en 2011 pour harcèlement moral après le suicide d'une de ses collaboratrice.
Philippe Kaltenbach (PS): Maire PS de Clamart dans la tourmente en 2012 suite à l'apparition de 2 vidéos pour lesquelles il plane des soupçons de corruption.
Philippe Sanmarco (PS): Ancien Député Socialiste des Bouches-Du-Rhône, condamné en 1997 pour complicité de trafic d'influence dans l'affaire du financement occulte du PS, l'Affaire Urba.
Pierre Mauroy (PS): Ex 1er Ministre sous Mitterrand et ex Maire de Lille condamné en 2011 pour emploi fictif.
Pierre Moscovici (PS): Ministre, condamné en 2001 pour atteinte au droit à l'image. et poursuivi, avec François Hollande et Jack Lang pour viol en réunion...
René Teulade (PS): Ministre des Affaires sociales sous François Mitterrand (1992-1993), actuel Sénateur de Corrèze, condamné en juin 2011 pour abus de confiance.
Robert Gaïa (PS): Député du Var condamné en 2002 pour favoritisme.
Robert Hue (ex PCF devenu MUP): Ex candidat du PCF à la Présidentielle de 1995 et 2002, mise en cause puis relaxé pour un problème de procédure dans le procès de financement du PCF en 2001.
Robert Navarro (ex PS): Sénateur et ancien Président de la Fédération Socialiste de l'Hérault, mais également proche de François Hollande, soupçonné d'abus de confiance en 2012.
Roland Dumas (PS): Ex Ministre des Affaires Etrangères de François Mitterrand mis en cause dans l'affaire qui porte son nom.
Ségolène Royal (PS): Présidente de Région Poitou Charente et ex Ministre sous Mitterrand, condamnée en 2008 pour licenciements abusifs.
Serge Andréoni (PS): Actuel Sénateur Maire mis en examen en 2011 pour complicité de trafic d'influence dans le cas de l'affaire Guérini.
Sylvie Andrieux (PS): Actuelle Députée des Bouches-Du-Rhône, mise en examen en 2010 pour complicité de tentative d'escroquerie et de détournements de fonds publics dans l'affaire du financement présumés à hauteur de 700 000 € d'associations présumées fictives.
Yacine Chaouat (PS): Actuel adjoint au Maire du 19ème Arrondissement chargé de la médiation et condamné en 2011 en appel pour violences conjugales.

Pour les gens du FN

Alexandre Gabriac (FN) 2007, mis en examen pour ses liens étroits avec un commando d'extrême-droite ayant tenté de cambrioler un stand de tir à Saint-Andéol-le-Château, dont l'aventure s'est terminée par le meurtre du Gendarme Ambrosse. 2009, condamné pour apologie de crime contre l'humanité, injures à caractère raciste et violences volontaires ayant entraîné une incapacité de travail supérieure à 8 jours
Alexandre Simonnot (FN) 2006-2010, condamné pour avoir détruit un préservatif géant à l'occasion de la journée mondiale contre le Sida.
Antoinette Martinet (FN) 1997 à 1998, condamnée pour provocation à la haine, à la violence et à la discrimination.
Bruno Gollnisch (FN) 2004-2007, condamné en première instance et par le Conseil d'État pour contestation de l'existence de crime contre l'humanité (négationnisme), la Cour de Cassation va pourtant casser sans renvoi l'arrêt de la cour d'appel. 2008- aujourd’hui, poursuivi en justice pour incitation à la haine raciale.
Bruno Mégret (Fondateur du MNR et membre du FN) 1998, condamné pour avoir tenu des propos sur l’inégalité des races. 2002-2002, condamné pour avoir envoyé aux frais de la commune de Vitrolles plusieurs milliers de lettres appelant à parrainer sa candidature pour l'élection présidentielle. 2006, condamné pour détournement de fonds.
Calude Jaffres (FN) 1997, condamné pour usurpation de fonction.
Catherine Mégret (FN) 1998 et sa Mairie de Vitrolles furent condamnés pour discrimination et incitation à la discrimination. 2002, condamnée pour avoir envoyé aux frais de la commune de Vitrolles plusieurs milliers de lettres appelant à parrainer la candidature de son époux pour l'élection présidentielle. 2006, condamnée avec son mari pour détournement de fonds.
Cédric Bégin (FN) 1999-2002, condamné pour détention sans autorisation de munitions et d'armes, condamné pour incitation à la haine raciale.
Christophe Klein (FN) 1999-2002, condamné pour provocation à la discrimination raciale.
Claude Jaffrès (FN) 1997, condamné pour abus d’autorité et usurpation de fonction.
Daniel Simonpieri (FN puis UMP), condamné pour favoritisme, fausses factures et emploi fictif. Condamné pour harcèlement moral.
Denis Monteillet (FN) 1995, condamné pour avoir inscrit plusieurs personnes de son voisinage sur la liste présentée par son parti au municipales sans les avoir prévenues. Le Conseil d’Etat a annulé les élections des conseillers municipaux FN pour « liste irrégulière ».
Emilien Bonnal (FN) 1985, ex-candidat FN aux cantonales et municipales, a été reconnu coupable de meurtre, alors qu’il collait des affiches pour le FN, pour avoir tué Abdallah Moktari, 23 ans ; qui l’avait insulté. 8 ans de prison.
Francis Watez (FN) 1995, condamné pour incitation à la discrimination raciale pour avoir collé des affiches proclamant : "Musulmans, Barbaresques, Algériens, terroristes ou non, tous dehors" et "Refuser l’intégration de ces sauvages est un devoir national". (2 ans d’inéligibilité et 50 000 F d’amende).
François Nicolas-Schmitt (FN) 1997, condamné pour détournement de fonds.
Gilles Lacroix (FN) 1997-1997, condamné pour complicité de violence en réunion, avec arme et préméditation et pour complicité de destruction de biens.
Georges Theil (FN) 2001, condamné pour contestation de crimes contre l'Humanité. 2004-2006, de nouveau condamné pour contestation de crimes contre l’humanité.
Jacky Codvelle (FN) 1990, condamné pour avoir mis le feu à la voiture du député du Rhône et maire PS de la ville, Jean Jacques Queyranne pour fêter le 14 juillet.
Jacques Bompard (FN) 2008-2010, mis en examen pour prise illégale d’intérêt.
Jacques Coutela (FN) 2011, mis en examen pour incitation à la haine raciale suite à son apologie d’Anders Behring Breivik, auteur des attentats d’Oslo.
Jean Holtzer (FN) 1990, ex-candidat FN aux cantonales a été reconnu coupable de vol à main armé pour avoir braqué une banque (8 ans fermes). Cet ancien avocat général avait un jour réclamé la peine de mort pour une histoire identique.
Jean-Claude Poulet (FN) 1992, condamné pour avoir battu sa femme pendant quinze ans pour "la stimuler au travail... Il fallait que je la stimule assez fréquemment"
Jean-Marc Maurice (FN) 2004 à 2009- 2010 à 2011, 6 condamnations. Condamné pour outrage à agent dépositaire de l'autorité publique, vol, escroquerie, banqueroute, travail dissimulé et non déclaré, abus de bien sociaux.
Jean-Marie Le Chevallier (FN), condamné pour subornation de témoin dans l'affaire du meurtre de son directeur de cabinet.
Jean-Yves Douissard (FN) 1999-2002, condamné pour incitation à la haine raciale.
Joël Klein (FN) 1998, condamné pour coups et blessures sur un Nord-Africain.
Laurent Mirabeau (financier de JM LePen) 1994, condamné pour escroquerie et exercice illégal de la profession de banquier.
Louis Aliot (FN) 2008, condamné pour diffamation.
Louis de Noëll (FN) 1997, condamné pour détournement de fond. Il avait utilisé de l’argent de la société dont il est le gérant pour s’acheter un appartement à Paris, un autre à Perpignan et une villa sur la mer. 1 an avec sursis et 50000F d’amende.
Marc Georges (FN) 1995, condamné pour avoir blessé par balle un jeune homme.
Marc Lyoen (FN) 1997, condamné pour avoir employé des clandestins. 2008 : Candidat régulier du F.N condamné cette fois pour fraude au RSA. L'ancien dirigeant départemental du FN devra payer une amende de 500 euros et rembourser 15 000 euros au Conseil Général de Maine et Loire.
Marcel Mazières (FN) 1995, condamné pour avoir envoyé à un professeur de philosophie une lettre anonyme injurieuse. Extrait : « Vous transformez nos classes en goulag politique, votre aspect physique est disgracieux et, apprenant que vous êtes homo, cela est risible ».
Marine Le Pen (FN) 2008, condamnée pour diffamation.
Pascal-Bernard de Leersnyder (FN) 1991, condamné pour actes de torture sur un enfant de cinq ans. reconnu coupable de violence sur mineur pour avoir appris l’allemand au fils de sa compagne à coup de poing (jusqu’au sang) et pour lui avoir plongé la tête dans les WC ( "Il n’était pas digne de la salle de bains" ). 13 mois de prison dont 10 fermes.
Patrick Bassot (FN) élu dans le Vaucluse 2012, a été condamné à 1.000 euros d’amende pour « incitation à la discrimination, à la haine et à la violence à l’encontre des immigrés ».
Patrick Binder (FN) 2010-2011, condamné pour injure publique et provocation à la haine raciale. 2004-2005, condamné pour injures racistes en public.
Philippe Bernard (FN) 2004-2008, mis en examen pour faux et falsification, abus de confiance et escroquerie.
Philippe Viard (FN) 1998, mis en examen et probablement condamné depuis pour discrimination en raison de l'origine, de l'appartenance ou la non-appartenance vraie ou supposée à une ethnie, une nation ou une religion non déterminée. Condamné pour injures et pour délit de fuite après avoir renversé un enfant.
Pierre Van Dorpe (FN) 1989, condamné pour avoir tiré à l’aide de son fusil à pompe sur un groupe de jeunes d’origines maghrébine en blessant au dos l’un d’eux parce qu’il faisait trop de bruit. Le FN lui paye ses 15 000F de caution. 15 mois avec sursis.
Raynald Liekens (FN) 1994, condamné pour le meurtre d’une juive. Il a déclaré : « Elle était plus gentille avec moi que personne ne l’avait été jusque-là. Mais, quand j’ai appris qu’elle était juive, j’ai décidé de la tuer car les juifs sont les ennemis de la race blanche ».
Richard Jacob (FN) 2010-2011, condamné pour outrage et rébellion.
Roger Fabregues (FN) 1996, condamné pour trafic de drogues. Il avait profité d’un voyage au Maroc pour importer du haschisch (2 ans de prison).
Sylvain Ferrua (FN) 1996, condamné pour proxénétisme 1 ans avec sursis et 50000 F d’amende.
Tanguy Deshayes (FN) 2008-2009, mis en examen pour menaces de mort, il a confirmé en être l’auteur. Quelques années auparavant il avait été condamné pour bagarre ainsi que pour port d'arme.
Valls et André (FN), condamnés pour violence avec arme.
Xavier Voute (FN) 1997, condamné pour avoir aspergé de gaz lacrymogène des militants de Ras l'Front (mouvement anti-FN).
Yannick Lecointre (FN) 2010-2011, condamné pour trafic de drogue (transport, détention, acquisition, cession et emploi non autorisés de stupéfiants).
Jean-Marie Le Pen (FN) : (Redressement de 1,4 Millions de Francs), reconnu coupable d’apologie de crime de guerre dont la déportation pour l’édition d’un disque sur lequel on peut entendre "un hymne du parti nazi" et "Vive Hitler", reconnu coupable d’antisémitisme insidieux, reconnu coupable de banalisation d’actes jugés constitutifs de crimes contre l’humanité (11/10/1989) pour avoir qualifié les chambres à gaz de "point de détail" de la 2ème guerre mondiale, reconnu coupable de captation d’héritage, 5000F à verser, reconnu coupable d’agression d’un candidate socialiste, 3 mois avec sursis, 20 000F d’amende, 2 ans d’inéligibilité, reconnu coupable d’avoir tenu des propos sur l’inégalité des races avec B.Megret. Condamné à verser 10 000F a L’UEJF (Union des Etudiants Juifs de France) et à publier à ses frais le jugement dans 3 hebdomadaires (30 000F par publication). 1960, condamné pour menaces de mort proférées à l'encontre d'un commissaire de Police. 1964, condamné pour coups et blessures volontaires. 1969, condamné pour coups et blessures volontaires. 1971, condamné pour apologie de crime de guerre. 1986, condamné pour antisémitisme insidieux. 1986, condamné pour apologie de crimes de guerre dont la déportation. 1987, condamné pour provocation à la haine, à la discrimination et à la violence raciale. 1991, condamné pour trouble manifestement illicite à l'ordre public. 1991, condamné pour banalisation de crimes contre l'humanité et consentement à l'horrible. 1992, condamné pour diffamation. 1993, condamné pour injure publique. 1995, condamné pour oublis de plus-value boursière et sous-estimation de loyer. 1996, condamné pour avoir tenu des propos ayant gravement porté atteinte au président du tribunal d'Auch. 1997, condamné pour avoir injurié l'association Ras l'front (mouvement anti-FN) de « mouvement de tueurs de flics ». 1997, condamné pour avoir injurié le président de SOS-Racisme. 1997, condamné pour banalisation de crimes contre l'humanité et consentement à l’horrible. 1998, condamné pour injures publiques et violences sur personne dépositaire de l'autorité publique dans l'exercice de ses fonctions. 1998, condamné pour avoir présenté une tête en carton à l'effigie de Catherine Trautmann. 1998, condamné pour avoir déclaré « Je crois à l'inégalité des races ». 1999, condamné pour incitation à la haine raciale et apologie de crime de guerre. 2002, condamné pour avoir reproduit sans autorisation un reportage de treize photographies prises par l’AFP. 2004, condamné pour provocation à la haine raciale. 2005, condamné pour incitation à la haine raciale. 2008, condamné pour complicité d'apologie de crimes de guerre et contestation de crime contre l'humanité.

00:39 Écrit par catalan66270 dans Coups de gueule | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

28 mars 2014

Avec l'absolution du Président de la République, du Gouvernement, de Solférino et des journalistes bobos de gauche... des magouilles à hue et à dia.... à Montpellier et ailleurs en France...

Avec l'absolution du Président de la République, du Gouvernement, de Solférino et des journalistes bobos de gauche... des magouilles à hue et à dia.... à Montpellier et ailleurs en France...

Moure Saurel.jpg

Et si à Nîmes il y a des magouilles criardes et des détournements caractérisés de la loi électorale quant aux enregistrements des listes, PS et Front de Gauche, hors délais...

à Montpellier, l'Agglo et la Mairie vont de pair pour porter au pinacle deux listes PS... arrivées 1 et 2 au Premier tour des municipales grâce à une profusion de procurations, à eux données, dans tous les domaines tels maisons de retraites, hôpitaux, etc... etc..., des procurations tenues comptabilisées, en mairie de Montpellier, dans des cahiers, mais des cahiers non fournis aux bureaux de votes... et des procurations enregistrées « au dernier moment », par dizaines, sans aucun doute, par leurs profusions, fausses ou falsifiées, qui n'apparaissaient pas sur les listes

et de nombreux titulaires de ces procurations, normalement maximum 2 pour chacun d'eux, ont voté, chacun détenant 2 procurations, dans plusieurs bureaux de votes de la cité montpellieraine, donc, par simple calcul des personnes détenant plus de 2 procurations qui plus ces mêmes personnes sont aller voter, par procuration dans plusieurs communes limitrophes à la ville de Montpellier

ce qui tient à dire que certaines personnes détenaient une dizaine, voire plusieurs dizaines de procurations, ce qui est dans l'illégalité la plus totale... Et si ça s'est produit à Montpellier, ça s'est produit sur toute la France, le parti socialiste étant coutumier du fait, tant en interne qu'en externe...

Vous allez me rétorquer qu'à Perpignan, il y a eu « l'affaire des chaussettes »... mais les journalistes bobo de gauche qui en ont fait la Une de leur « canard à deux balles », des torchons à l'effigie du PS, ont-ils fait seulement l'historique de cette affaire... Que nenni... Non !!! Et pour cause, la vérité aurait sali le PS... En fait, pour faire plaisir à son frère, un homme politique et troisième couteau d'un parti des Pyrénées orientales, La liste Alduy avait accepté, par respect pour l'un des membres de-dite liste, même si ce troisième couteau appartenait à un parti concurrent, qu'il puisse être « Président d'un bureau de vote »... Et ce président de bureau de vote qui avait les chaussettes bourrées de bulletins de vote « Alduy » était membre du PS et membre du secrétariat départemental du Ps des Pyrénées Orientales... Et cette couardise, aucun bobo de journaliste de gauche ne l'a relevée... car il était plus aisé de planter un poignard à l'encontre de la droite....

Faut-il être journaliste pour aller « mener enquêtes », il est vrai les journalistes bobos de gauche ont fermé les yeux et ont joué les autruches en enfouissant leurs têtes dans le sable ? Il suffit de parcourir les maisons de retraites, les établissements hospitaliers, les maisons pour Tous, les « kapos » de quartier pour constater que le PS local fait le forcing auprès des vieux, des malades, etc... etc... etc... pour obtenir des procurations, que le PS organise des « transports organisés vers les bureaux de vote » et qu'ils fournissent les bulletins de vote aux personnes qu'ils véhiculent et transportent...

Les journalistes bobos de gauche vont-ils chercher ces informations.... Pas du tout !!! Ils sont plus à même de traquer le moindre faux-pas de la droite si celle-ci en fait un... Quant au PS, il est tranquille... Il peut agir à son aise... aucun article malfaisant ne paraîtra...

Depuis le vendredi 21 Mars 2014, avec des rendez-vous donnés entre le premier et le deuxième tour des élections municipales, toutes les personnes qui interviennent, à divers stades, sur la ville de Montpellier, sont captées par les sbires du PS montpellierain et toutes les propositions de rentrer dans des « structures municipales » leurs sont proposées... à condition de voter et de de faire élire, tout dépend si le rendez-vous est donné par l'Agglo ou la mairie, soit Moure, soutenu par Solférino, soit Saurel, soutenu par la mairie et la mairesse Mandroux à qui le Premier Ministre a proposé un poste à Paris à condition de laisser la place à Moure, ex-maire de Cournonsec, une mairie en faillite...

Personnellement, à titre d'auteur publié à compte d'éditeur, intervenant souvent dans le cadre des Maisons Pour Tous, à Montpellier, et organisateur de manifestations littéraires tant en Languedoc-Roussillon qu'en région PACA, j'ai été approché par les sbires du PS et il m'a été proposé, à condition de « faire favoriser », en intervenant auprès de mes connaissances, l'élection de Moure, de rentrer dans une commission culture à la Ville de Montpellier...

De telles pratiques sont réellement à dénoncer et à dénoncer à tel point qu'intervenant souvent sur Montpellier et autres communes de l'Hérault, je ne vote pas à Montpellier, no dans l'Hérault... mais dans un autre département... Comment appelle-t-on cela en DEMOCRATIE ? Corruption ? Bourrage des urnes ? Trafic d'influence ? Ou magouilles afin de détournée les lois électorales... Que de fait, si Moure ou Saurel sont élus maires de Montpellier, l'un et l'autre seront des maires illégitimes qui auront transgresser les loi électorales pour se faire élire

Malheureusement, pour la légalité électorale, Nîmes et Montpellier ne sont pas des exceptions en France. Malheureusement, la presse et les médias bobos de gauche se gardent bien, tout en ayant connaissance des faits, de les étaler dans leurs torchons à deux francs six sous... qui font l'apologie d'un Président de la République et de son Gouvernement de branquignoles qui se remplissent leurs poches sur le dos des contribuables, et d'un bureau national et secrétariat national PS qui, en accord avec le pouvoir en place, ont créé, de toutes pièces, de banques fictives et des emprunts fictifs...

15:59 Écrit par catalan66270 dans Coups de gueule | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

A Nîmes, encore un scandale d'Etat : Favoritisme éclatant et magouilles... C'est à dénoncer...

A Nîmes, encore un scandale d’État : Favoritisme éclatant et magouilles... C'est à dénoncer...

A Nîmes, le Ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, devra s'expliquer : Deux listes ont été déposées après l'heure légale, 18 h 00, le mardi 25 Mars 2014... Quelles magouilles ont été mises en place pour qu'elles puissent être présentes au deuxième tour des municipales... ?

Nimes.jpg

Les péripéties :

Les socialistes, après avoir longuement négocié depuis lundi dernier une liste commune au second tour avec le Front de gauche, ont tout simplement... oublié de la déposer à temps à la préfecture de Nîmes mardi avant 18 heures !

Tout avait pourtant bien commencé entre l'équipe de la députée Françoise Dumas (PS), candidate à la mairie, et Sylvie Fayet, du Front de gauche, et mardi dans la matinée, les accords semblaient bouclés.

Mais c'était sans compter avec les bévues à répétition de l'équipe Dumas : désaccords de candidats pour laisser leur place, atermoiement sur les placements dans la liste, manque de formulaires pour enregistrer d'autres candidats et même... absence de la liste exacte décidée par les deux parties au moment de l'enregistrer en préfecture !

Voyant la tournure des événements, le Front de gauche nîmois décidait alors prudemment de reconduire son équipe du premier tour cinq minutes avant l'heure légale, en fait une heure bidonnée car le front de gauche s'est présenté en préfecture de Nîmes après 18 h 00

et le PS se voyait contraint de faire de même, non sans avoir tenté, en vain, de faire acter la liste commune après l'heure légale...

Voila ce que sont les élections en France... Digne d'un régime politique dictatorial... où tout est permis pour le Parti Socialiste...

En conclusion :

Et là, la presse bobo de gauche se la ferme et dit Amen... Ce serait la Droite qui aurait eu cette mésaventure, les deux listes n'auraient pas été actées par la Préfecture et les journalistes et les médias en auraient fait la UNE de leurs quotidiens...

Mais de telles péripéties apportent des doutes sur toutes les magouilles qui ont pu se produire au cours du premier tour et laissent des relans de traficotage de la part du Ps pour le deuxième tour...

En fait combien de maires socialistes seront illégitimes en 2014 ? Mais là encore SILENCE le plus total de la presse bobo de gauche... !!!!!!

13:36 Écrit par catalan66270 dans Coups de gueule | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

27 mars 2014

François Hollande, son Gouvernement et le Parti Socialiste, avec leurs leçons de gestion calamiteuses, champions toute catégorie du chômage...

François Hollande, son Gouvernement et le Parti Socialiste, avec leurs leçons de gestion calamiteuses, champions toute catégorie du chômage...

FHOLLANDE.jpg

Et ce que l'on dit moins, (du moins la presse bobo de gauche nous le cache préférant faire les choux gras des écoutes téléphoniques qui ne sont que des affaires d'Etat et des manipulations grossières d'opinion : Étroits d'esprits & pleutres réalités. Pamphlet. http://www.lulu.com/shop/raymond-matabosch/étroits-despri... et de la rencontre de courtoisie entre deux auteurs, Cécilia Attias et Edwy Plenel, en dédicace au salon du livre de Paris, en déformant les propos « Comment allez-vous ? Je vous félicite », en transformant cela « Elle félicite l'homme qui est à l'origine des principales affaires de Nicolas Sarkozy, qui n'est autre que son ex-mari et le père d'un de ses enfants », Le Petit Journal : Cécilia Attias félicite Edwy Plenel pour ses récentes révélations : http://www.gentside.com/edwy-plenel/le-petit-journal-ceci... ), c'est que le déficit de la France a largement dépassé la barre de 2.000 milliards auquel déficit il faut rajouter l'abyssinal déficit généré par les collectivités locales (Régions, Départements, Communautés des Communes ou d'Agglomérations, Mairies) et de tous leurs satellites publics de type SEM et autres artifices inventés par les élus socialistes au plan local, départemental et régional... qui se vantent encore et toujours d'avoir des gestions saines...  et que « la situation que la France connaît, elle n'est pas de la faute du gouvernement mais c'est l'héritage laissé par la Droite... »

Pour François Hollande et son Gouvernement, la courbe du chômage devait infléchir au cours du dernier trimestre 2013 et continuer sur une pente descendante ensuite...

Certes, à grands coups de buggs informatiques et de plus de 100 à 200 mille emplois assistés dans le corps des fonctionnaires et des territoriaux qui vont coûter cher aux contribuables qui vont en supporter les conséquences sur les décennies futures (salaires et retraites), cette courbe a paru se stabiliser artificiellement...

En fait, elle continue à gravir l'échelle vers des sommets jamais atteints même lors de la calamiteuse politique sociale qu'avait mené Lionel Jospin en son temps... qui détenait le record du chômage en France...

Et malgré les emplois assistés et l'assurance d'un emploi jusqu'à la retraite qui continuent à être offerts aux amis et aux amis des amis du PS, la viande électorale pour les municipales, la courbe est en constante augmentation : +0.9% pour la Catégorie A, en Février... soit 3.34 millions de chômeurs rien que pour l'Hexagone et plus de 5.5 millions de chômeurs pour les 3 catégories A, B et C toujours rien que pour l'Hexagone... Si à ces chiffres ont rajoute les « Départements et Régions d'Outre-Mer », les « Collectivités d'Outre-Mer », et les « Pays d'Outre Mer », ce qui était les anciens DOM-TOM... je vous les laisse deviner d'autant que, sur certaines îles, le taux de chômage est supérieur à 30% de la population...

« Le chômage explose », assène en Une Le Figaro qui affirme que « la gauche panique. »

Pour Les Échos, toujours en Une, « c'est le chiffre qui tombe mal pour Hollande. »

Pour Jean-Francis Pécresse (Les Échos), « le gouvernement ne pouvait guère redouter pire coup de massue » avec « cette note économique calamiteuse », à quatre jours du second tour des municipales.

Une augmentation du chômage que « François Hollande, se prend de plein fouet, ruinant ses pronostics pour le moins aventureux », écrit Hubert Coudurier, dans le Télégramme.

« Un coup dur pour le gouvernement », abonde Aline Gérard, dans Le Parisien/Aujourd'hui en France.

Effectivement, reconnaît Libération, « ce ne sont pas les chiffres du chômage qui risquent de remonter la cote du gouvernement. »

Cette hausse du chômage « est venue rappeler une préoccupante vérité: ce gouvernement paraît dépassé par les événements », juge Paul-Henri du Limbert, pour Le Figaro.

« Et, cette fois, les circonlocutions gouvernementales n'y pourront rien », prévient Jean-Francis Pécresse (Les Échos).

La publication des chiffres du chômage « enterre encore un peu plus la politique économique du chef de l’État », relève Christophe Bonnefoy, pour le Journal de la Haute-Marne.

08:44 Écrit par catalan66270 dans Coups de gueule | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

22 mars 2014

Les coups bas de la campagne pour les municipales des 23 & 30 Mars 2014, à Paris...

Alors que la campagne pour le premier tour des municipales est close depuis le 22 Mars 2014 à zéro heure...

dati.jpg

...le 21 Mars à 22 h 00, saisi en référé, procédure d’urgence, le Tribunal de Grande Instance de Paris a enjoint Rachida Dati, candidate à sa réélection dans le VIIe arrondissement de Paris aux municipales. d’occulter par tout moyen, comme l’utilisation d’un autocollant, la photographie litigieuse dans chacun des exemplaires restants du programme, destinés à être distribués auprès du public, et ce sous astreinte de 3.000 euros par infraction constatée.

Dans la mesure où la distribution des documents électoraux est interdite à partir du samedi 22 Mars à zéro heure, comme le prévoit l’article L49 du code électoral, que la remise du rendu papier de la décision de justice ne pourra être délivrée que le 22 Mars après sa frappe, le Tribunal de Grande Instance de Paris ouvrant ses bureaux à 08 h 30, la portée de cette décision devient de fait sans effet pour le premier tour.

L'affaire : Deux plaignants réfugiés afghans, - dont il n’existe aucune certitude flagrante, trop de différences morphologiques et une vague ressemblance posant des doutes sur le fait qui puisse justifier qu'elles sont bien les personnes qui apparaissent sur la photo -, auraient été pris en photo à l’occasion d’une remise de trophée lors d’une manifestation sportive en 2010. Selon leur avocat, Maître Matthias Pujos, exerçant au sein du cabinet d'avocat russe « Gide Loyrette Nouel Vostok », basé à Moscou, - 40 avocats -, et à Paris, - 600 avocats -, Conseil de plusieurs entreprises françaises, - dont celle d'un gros ponte socialiste parisien -, russes et internationales de premier plan, « ils ne se sont aperçus...
» qu'en date du 20 Mars en fin de soirée, « ...que le cliché figurait sur le programme électoral de Dati » distribué dans le VIIe arrondissement depuis le début de la campagne électorale qui a été soumise à dès règles spécifiques dès le 1er Mars 2014 et débuté officiellement le 10 Mars.

Ces deux plaignants, réfugiés afghans,
« porteraient » des t-shirts de l’association Pierre Claver, - regroupant des avocats et des juristes et proposant un service d'assistance juridique gratuite, pour l'ensemble des démarches, de l'entrée sur le territoire français jusqu'à l'examen éventuel de leur cas par la Cour Nationale du Droit d'Asile -, qui a également poursuivi Rachida Dati aux côtés des deux réfugiés.

En toute chose, « Le choix du moment... », le 21 Mars en fin d'après midi alors que la campagne électorale pour le premier tour des municipales étant clos le 21 Mars à 24 h 00, « pour engager cette procédure interroge » d'autant que des liens existeraient entre un certain membre du cabinet d'avocat russe « Gide Loyrette Nouel Vostok » et de l’association Pierre Claver et un candidat inscrit sur l'une des listes électorales, dans le giron du maire de Paris sortant, en compétition pour la mairie du VIIe arrondissement de Paris et les plus gros doutes que « quelque chose de politique peut paraitre derrière » cette saisie en référé qui a été ordonnancée à un peu plus de 36 heures de l'ouverture des bureaux de vote et que tout appel de la décision rendus ne pourra être déposé que le lendemain du premier tour des municipales, le 24 Mars.

09:13 Écrit par catalan66270 dans Coups de gueule | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

21 mars 2014

Manuel Valls s'énerve... à l'encontre d'un pompier qui manifeste...

Un pompier qui manifeste devant la préfecture contre sa direction, refuse de lui serrer la main...

Manuel Valls s'énerve...

valls-pompier.jpgLe 20 Mars 2014, Manuel Valls s'est rendu à Grenoble et en a profité pour saluer les sapeurs-pompiers qui manifestent devant la préfecture. Ces derniers sont en conflit avec leur direction depuis 3 mois. Pour une raison inconnue, l'un d'entre eux a provoqué la colère noire du ministre de l'Intérieur en refusant de lui serrer la main.

" Vous n'êtes pas un gamin ", attaque Manuel Valls. " Vous exercez des responsabilités. Quand vous avez le ministre de l'Intérieur, un représentant du gouvernement, un représentant de l'Etat, un représentant de la République, vous vous comportez comme un sapeur-pompier. " Avant de s'étrangler: " Il y a une hiérarchie chez les sapeurs-pompiers. Vous devez la respecter ! "

Petit moment savoureux, Manuel Valls commet un lapsus en s'énervant. " Si je viens ici, c'est pour dialoguer avec des sapeurs-pompiers. Après avoir dialogué, c'est impropre qu'on refuse de me tenir la main... serrer la main. "

Quelques minutes plus tard, un autre pompier l'interpelle plus sereinement : " Le respect doit être mutuel. "

Question : Qu'allait faire Manuel Valls au milieu des pompiers qui manifestaient ? Était-ce sa place même s'il est Ministre de l'Intérieur et que les pompiers dépendent du Ministère de l'Intérieur aux veilles des élections municipales ? N'est-ce pas une ingérence ?

Ou n'a-t-il pas géré un déplacement électoral en le facturant sur le compte du Ministère de l'Intérieur et non sur celui du PS ? Était-ce peut-être la raison de la rebuffade de plusieurs pompiers qui n'ont peut-être pas apprécié que leurs impôts puissent servir à mener campagne électorale soit-il Ministre de l'Intérieur ?

Source : " Le Dauphiné, l'Express et autres médias "

22:41 Écrit par catalan66270 dans Coups de gueule | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

Affaire des écoutes Sarkozy : le feu à la Présidence de la République et au Gouvernement...

A aller trop loin dans l'inconséquence et dans l'indignité, et à force d'agir dans l'illégalité,

le feu à la Présidence de la République et au Gouvernement...

plainte Herzog.jpg

L’avocat de Nicolas Sarkozy, Thierry Herzog vient d’annoncer ce jeudi qu’il déposerait une plainte pour violation du secret de l’instruction après la publication, par Mediapart, d’extraits des écoutes judiciaires de conversations entre l’ex-président et lui. Le ténor du barreau s’en prend aussi implicitement à François Hollande.

Qui est la taupe ? Où est le corbeau ?

Maître Herzog a annoncé être sur le sentier de la guerre contre la mystérieuse source de Mediapart dans l’affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy. « Aujourd’hui, - 21 Mars 2014 -, je vais demander au procureur de la République, par le dépôt d’une plainte pour violation du secret de l’instruction, d’ordonner une enquête et d’identifier quels sont les auteurs de ces violations du secret de l’instruction » [...] « C’est-à-dire qui a remis à Mediapart les rapports tronqués qui ont été ainsi publiés hier
, - le 20 Mars 2014 - » [...] « et je pense qu’on devrait sans difficulté pouvoir identifier très facilement le ou les auteurs. »

L'enquête devra dire qui est à l'origine de ces fuites et quels sont ses complices... Mais avec les couards de la République au pouvoir, ce sera encore un sous fifre
« sur commande » qui va trinquer pour sauver le capitaine de pédalo et son équipage de bras cassés...

Source :
« La Voie du Nord et autres médias »

21:59 Écrit par catalan66270 dans Coups de gueule | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

Étroits d'esprits & pleutres réalités. Pamphlet : Le pouvoir en place embourbé dans une affaire d'état

Étroits d'esprits & pleutres réalités. Pamphlet : Le pouvoir en place embourbé dans une affaire d'état.

sarkozy-le-figaro.jpg

Dans une lettre aux Français publiée, ce jour Vendredi 21 Mars 2014, par Le Figaro, Nicolas Sarkozy sort pour la première fois de son silence sur l'affaire des écoutes le visant, parlant « de principes républicains foulés aux pieds », allant jusqu'à évoquer « la Stasi. »

Si vous cherchez à vous procurer l'édition papier du Figaro, la quête risque de rester vaine et pour cause...

Suivant plusieurs gérants de kiosques de presse, de points presse et de points de vente dépositaires d'exemplaires du Figaro, il est impossible, depuis l'ouverture de leur commerce, de pouvoir s'en procurer : Presstalis, le distributeur de 70 % de la presse et de l'intégralité des quotidiens - les ouvriers du livre SGLCE-CGT étant probablement intervenu dans cette minoration -, n'ayant livré qu'environ le quart des exemplaires habituellement servis et, dès l'ouverture "un client" ayant fait main basse sur les exemplaires en présentoir...

Qu'en penser et qu'en dire... La Tribune de Sarkozy, sans concession pour le Gouvernement et pour François Hollande Président de la République, fait peur au parti Socialiste...

Elle fait d'autant plus peur que la Gouvernement et Le Président de la République sont confrontés à la réalité :

Christiane Taubira a menti : "À plusieurs reprises et sur plusieurs plans. Contrairement à ce qu'elle a prétendu, elle n'a pas découvert le dossier Sarkozy le 26, voire le 28 février, mais a été tenue informée au fil de l'eau de l'avancée de l'enquête depuis l'ouverture de la première information judiciaire sur le financement de la campagne présidentielle, dès le mois d'avril 2013. C'est ce que l'on peut lire dans les documents qu'elle a brandis mercredi à la sortie du Conseil des ministres, des documents paradoxalement exhibés pour sa défense. Interrogée lundi soir sur TF1 par Gilles Bouleau, la garde des Sceaux avait pourtant expliqué n'avoir « pas été informée avant » les révélations du Monde du 7 Mars. Puis elle a reconnu un « malentendu ». C'est aussi sur le contenu même des informations dont elle dispose que la ministre maintient l'ambiguïté. Les documents qu'elle détient, même s'ils ne contiennent pas de procès-verbaux in extenso, ne se contentent pas d'indiquer les qualifications des délits mais livrent plutôt précisément la teneur des conversations échangées."

La ministre de la Justice est informée depuis Avril 2013 : "Dans le rapport brandi à la sortie du Conseil des Ministres, Philippe Lagauche, avocat général à la cour d'appel de Paris, évoque noir sur blanc « le dossier dit des financements libyens de la campagne présidentielle de 2007 (dont il vous est régulièrement rendu compte sous la référence AS/13/…) »… Ce courrier, daté du 26 février, lui est d'ailleurs personnellement adressé. Il est de toute façon peu pensable que la Direction des affaires criminelles et des grâces ait pu se dispenser de transmettre le dossier à sa ministre alors que les poursuites visent un ancien chef de l'État susceptible de rejouer un rôle politique de premier plan. Difficile également d'imaginer un gouvernement au sein duquel cette information si sensible n'aurait été transmise ni au ministre de l'Intérieur ni au premier ministre. Christiane Taubira a toutefois assuré qu'elle n'avait « aucune raison » d'informer le ministre de l'Intérieur."

La hiérarchie judiciaire est au courant de l'enquête du juge : "Comme l'indiquent les deux documents cités par la garde des Sceaux, c'est le 17 février 2014 que le juge d'instruction transmet à sa hiérarchie, c'est-à-dire au nouveau procureur financier, Éliane Houlette, et à François Falletti, le procureur général de Paris, « l'ordonnance de soit-communiqué » par laquelle il demande l'ouverture d'une nouvelle information judiciaire, cette fois-ci pour trafic d'influence et violation du secret de l'instruction. Toute la question alors est de savoir si le dossier peut rester dans le giron du parquet national financier, installé le 1er février 2014, ou si les délits qualifiés relèvent davantage du droit commun et doivent donc revenir au parquet de Paris. Les affaires touchant Nicolas Sarkozy ont toutes été transférées en début de mois au parquet financier… Pour justifier qu'elles y restent, l'analyse juridique transmise à la Chancellerie fera valoir que le dossier est suffisamment lourd puisqu'il implique un haut magistrat, en l'occurrence l'avocat général Gilbert Azibert, et complexe puisque c'est la Cour de cassation qui se retrouve au centre de la tempête. Le 26 février, une nouvelle information judiciaire est ouverte, confiée au procureur financier."

L'ex-Président de la République, - justiciable ou non justiciable mais en toute chose non justiciable car jamais entendu ni mis en examen -, est sur écoute depuis, au plus tard, les 3 & 19 Septembre 2013 mais plus vraisemblablement depuis Octobre 2012 avec la création d'un Cabinet Noir à l'Elysée et d'une cellule Overlod composée de 50 policiers de la PJ au Ministère de l'Intérieur : Officiellement, c'est le 3 et 19 septembre 2013 que les deux téléphones de l'ex-président de la République sont mis sur écoute, selon le parquet national financier. Cette mesure a été décidée par le juge d'instruction Serge Tournaire, qui enquête sur les accusations d'un soutien financier du régime de Kadhafi à la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007.

Le juge d'instruction a renouvelé ces écoutes au bout des quatre mois écoulés. C'est lors du renouvellement des interceptions que sera captée la conversation donnant lieu à la fameuse enquête « incidente », ouverte pour trafic d'influence: « Les policiers ont intercepté entre le 28 janvier et le 11 février 2014 des conversations téléphoniques entre M. Nicolas Sarkozy utilisant une ligne téléphonique souscrite sous un nom d'emprunt (Paul Bismuth) et M. Thierry Herzog, avocat, se servant d'une ligne téléphonique souscrite le même jour et au même endroit que la première », détaillent les documents brandis mercredi par Christiane Taubira."

justice_ecoutes_sarko.png

Les magistrats ont écouté et écoutent sciemment un avocat : "Dans le document adressé au procureur général, le cas de Thierry Herzog est minutieusement examiné, preuve que les magistrats sont conscients de l'enjeu : « Après examen de la jurisprudence relative à l'interception et à la retranscription des conversations entre une personne et son avocat, il apparaît que la validité de celles-ci, même si elle peut donner lieu à contestation, peut se soutenir, le contenu des conversations et l'usage d'une ligne ouverte sous une identité d'emprunt étant de nature à faire présumer la participation de cet avocat à des faits constitutifs d'une infraction au sens de l'arrêt de la chambre criminelle de la Cour de cassation du 1er octobre 2003 »."

Une haute autorité, en Informant le Monde sur les écoutes de Sarkozy, - Le Monde du 7 Mars -, et en confiant les documents des écoutes à Médiapart, - Médiapart du 18 Mars 2014 -, a violé les secrets de l'Instruction : " En marge de ces écoutes, le bâtonnier de Paris rappelle « qu'aucun des protagonistes, - Nicolas Sarkozy, Maître Thierry Herzog... -, ne peut réagir, ni sur la forme ni sur le fonds, puisqu'ils ne sont pas partie à la procédure, - n'ayant pas été entendus et n'ayant pas été mis en examen -. N'ayant pas accès au dossier, ils ne peuvent contester la validité ou la licéité des écoutes, pièces auxquelles ils n'ont pas accès. Des citoyens sont attaqués par la justice et la presse, sans pouvoir répondre. Attaque qui passe notamment par une violation du secret de l'instruction »"

Dans le dossier d'instruction d'où ont été prises les écoutes que le site a publiées, il n'y a pas de personnes mises en examen ou parties civiles et, donc, pas d'avocat pour les assister. Or, ce sont les seuls « canaux de légalité » de transmission des informations vers l'extérieur. Dès lors, le secret de l'instruction a été violé et Mediapart en est le recéleur, infraction dite « de conséquence » qui réprime, en substance, celui qui bénéficie du produit de l'infraction principale.

Cela n'a rien à voir avec la protection du secret des sources instaurée par la loi de 2010. Nul besoin de trahir le secret des sources de Mediapart pour envisager des poursuites pour recel.

Quel est l'intérêt des juges à communiquer le contenu des écoutes aux journalistes ?

Si tel était le cas, les juges ont cherché à justifier leur enquête dans le grand public et les médias mais les juges de ce dossier doivent être convaincus du bien-fondé de leur démarche, au moins jusqu'au résultat des perquisitions. Dans la légalité des procédures, les magistrats instructeurs sont mus par la conviction qu'ils doivent trouver la vérité ; et non pas par la volonté de régler un compte politique et/ou social au mépris de la réalité des faits.

Bien sûr, ils peuvent se tromper et c'est le cas dans ce dossier Sarkozy-Herzog-Azibert. Toutes proportions gardées, on peut s'exclamer comme Voltaire dans l'affaire Calas quand la condamnation à mort du père pourtant innocent a été confirmée : les juges sont d'une cruelle bonne foi.

En revanche, au-dessus dans la hiérarchie politique, ou en-dessous chez les archers, en parallèle avec le cabinet noir de l’Élysée et la cellule Overlod du Ministère de l'intérieur, on a voulu justifier l'enquête et régler un compte politique.

N'y a-t-il pas une contradiction à voir Médiapart violer le secret de l'instruction pour montrer justement la preuve que Sarkozy aurait violé le secret de l'instruction?

Médiapart peut plaider que son rôle est de révéler des turpitudes graves au prix de turpitudes plus vénielles. L'erreur semble être que, tout de même, il n'y a aucune preuve de rien même après d'intenses perquisitions. Et ce ne sont pas non plus le contenu des écoutes telles que révélées, par Médiapart, qui montrent autre chose que des discussions sans aucun vrai commencement d'exécution.

En fait, le Président de la République, François Hollande, et son Gouvernement avec, en figure de proue, le Ministre de l'Intérieur, Manuels Valls, et la Garde des Sceaux & Ministre de la Justice, Christian Taubira, sont englués dans une Affaire d’État qui, si nous étions aux États-Unis et en autres pays Démocratiques, tout ce beau monde serait destitué de ses fonctions, traîné en justice et incarcéré dans un pénitencier...

En toute chose, avec cette tribune, il est une certitude, Sarlozy a couché sur papier ses considérations, si elles sont fausses, étant écrites, il peut être poursuivi,

au différent le Parti Socialiste, le Gouvernement et le Président de la République aboient et crient au loup mais n'attestent leurs paroles venimeuses d'aucune pièce justificative prouvant leur bonne foi...

Alors, intrinsèquement, le Président de la République et sont Gouvernement sont acculés dans une Affaire d’État qu'ils ont eux-mêmes ourdie...

Sources : Le Figaro et autres médias de la presse écrite...

13:52 Écrit par catalan66270 dans Coups de gueule | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

La France, comme exécuteur des hautes œuvres le Parti Socialiste, aux temps de l'Inquisition

La France, comme exécuteur des hautes œuvres le Président de la République, le Ministre de l'Intérieur, la Ministre de la Justice et  le Parti Socialiste, aux temps de l'Inquisition...

maire.jpg

Depuis des mois, orchestrée par le Parti Socialiste dans le cadre des élections municipales des 23 & 30 Mars 2014, la chasse aux sorcières bat son plein en France qui est ainsi revenu aux temps de l'Inquisition...

Depuis les prémices de la campagne électorale des municipales, des centaines de plaintes s'accumulent à l'encontre des maires de Droite qui briguent un nouveau mandat. Majoritairement elles ont pour motif "détournement de biens sociaux", "enrichissement personnel"..., "harcèlement sexuel" et "agression sexuelle"... Elles s'accumulent aussi, auprès des préfets, contre les listes et leur composition des candidats de Droite et d'Extrême Droite et des sanctions sont même prononcées, par les dits préfets, à leur encontre... Au différent, les listes PS s'adonnant aux pires exactions, jusqu'à soudoyer les électeurs pour que mandats de vote leur soient donnés et tant d'autres... dont l'énumération en serait trop longue... passent au travers des mailles, les préfets faisant les autruches...

Le maire de Chevigny-Saint-Sauveur, Michel Rotger, rallongeant la longue liste des maires de Droite poursuivis, subit ces actes inquisitoires et sa campagne des municipales se termine au commissariat. Il a été placé en garde à vue, d'après le quotidien régional Le Bien Public, jeudi 20 mars, dans le cadre d'une enquête pour "harcèlement sexuel" et "agression sexuelle" à l'encontre d'une employée municipale.

La mesure a été prononcée après une plainte déposée par une salariée de la mairie que le quotidien préserve de l'anonymat, ce qui est déjà une malhonnêteté en soi et recèle d'un acte délibéré portant à nuire à un candidat à 3 jours du premier tour des municipales.

Élu maire le 25 octobre 2012 après le décès de son prédécesseur, Lucien Brenot, dont il était le premier adjoint, Michel Rotger est candidat, dimanche, avec le soutien de l'UMP et de l'UDI, à sa réélection...

Quand les simples d'esprit qui votent pour eux comprendront-ils que nous ne sommes plus en République en France mais que nous vivons dans un régime totalitaire et dictatorial qui, excepté la non présence de goulags et de camps de concentration, mais ponctué d'arrestations politiques dans le cadre des manifestations protestant contre les mesures asociétales édictées par le Gouvernement ou d'acharnements judicio-politiques et médiatiques sans que les personnes les subissant soient mises en examen, revêt toutes les consonances, (par la présence attestée d'un Cabinet Noir à l'Elysée depuis au moins Octobre 2012, d'une cellule "overlod" composée de 50 policiers de la PJ attachés aux écoutes depuis au moins 18 mois au Ministère de l'Intérieur et une Ministre de la Justice qui a imposé aux magistrats de lui remonter toutes les affaires concernant des hommes politiques et de la Société Civile d'obédience de Droite et de les médiatiser à outrance), du Bolchévisme avec son implacable KGB et de l'Hitlérisme avec sa Gestapo...

10:31 Écrit par catalan66270 dans Coups de gueule | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

20 mars 2014

Attendons-nous à une flambée de violence émanant de l’État et du pouvoir en place.

 Étroits d'esprits & pleutres réalités. Pamphlet.

Attendons-nous à une flambée de violence émanant de l’État et du pouvoir en place.

élections-locales.jpg

Selon une étude de l'institut CSA pour BFMTV, Le Figaro, Orange et Ricoh, rendue publique le 20 mars 2014, l'Union pour un Mouvement Populaire et ses alliés, -Mouvement Démocrate, Union des Démocrates et Indépendants et Divers Droite -, sont en mesure d'infliger, à la majorité socialiste, lors des élections municipales des 23 & 30 Mars 2014, une déroute comparable à celle de 1983. Et si L'UMP redoutait l'impact des affaires Sarkozy, Copé ou Buisson, toutes ordonnancées et ourdies par le pouvoir socialiste en place, sur la mobilisation de l'électorat à l'occasion du premier tour des municipales le 23 Mars.

Les intentions de vote des électeurs des villes de plus de 3.500 habitants donnent une large avance aux listes du Centre ou de la Droite sur celles de Gauche. Ainsi l'UMP et ses alliés MoDem, UDI et Divers Droite sont crédités de 49 %, progressant de 3 points, contre 41 %, régressant de 2 points, pour les listes Parti Socialiste, Europe Écologie, Front de gauche et Divers Gauche. En un mois, les intentions de vote en faveur des listes de droite progressent de trois points quand celles qui se portent sur des candidats de gauche reculent de deux. Ces estimations vont mettre du baume au cœur des dirigeants de Droite et raviver les inquiétudes à Gauche.

En outre, il apparaît, dans cette étude, que la plus forte abstention se produira dans l'électorat de Gauche dont seulement 60 à 62 % des sympathisants se déclarent certains d'aller voter, par rapport à celui de droite dont 69 %, progressant de 3 points, disent qu'ils se rendront aux urnes. Et il est à constater que le différentiel Droite-Gauche gagne en importance et peutt donner un avantage concurrentiel aux listes de Droite. Enfin, l'institut de sondage spécifie que le terrain d’enquête a été réalisé du 14 au 19 Mars 2014, sur un échantillon de 1.198 personnes inscrites sur les listes électorales, représentatif de la population française de 18 ans et plus.

Déjà les médias inféodés au pouvoir en place, au président de la République et au Parti Socialistes multiplient les articles pare-feu Ainsi, dans le monde médiatique, alors que le directeur général adjoint de l'institut IFOP déclare « Il y a objectivement des indicateurs nationaux très mauvais pour la gauche. La popularité de l'exécutif est au plus bas. On observe, en réponse à nos questions, une forte volonté de sanctionner, à travers les municipales, sa politique » le médias lui fait insidieusement rajouter « Pour autant, faut-il s'attendre à une vague bleue ? Rien n'est moins sûr. C'est très difficile à évoluer. Jamais les élections municipales n'ont semblé aussi locales et il n'y a pas de tendance claire » et fait dire, d'une part, à Yves-Marie Cann, directeur chargé de l'opinion chez CSA. « Il n'y aura pas de raz-de-marée », et à Brice Teinturier, directeur général délégué d'Ipsos, « A quelques jours du premier tour, même si la Droite pourrait regagner du terrain, le brouillard reste épais. » [...] « car les affaires qui s'accumulent ne plaident pas en sa faveur mais en celle de la Gauche... »

Dans l'univers manichéen de la gauche qui perd pied, aux veilles même du premier tour des municipales et entre les deux tours, d'autant qu'outre Nicolas Sarkozy, Maître Thierry Herzog, Claude Guéant, Brice Hortefeux, l'avocat général de la Cour de Cassation Gilbert Azibert, l'ancien patron de la Police Nationale Michel Gaudin, et tous leurs proches, bon nombre d'autres personnes sont flikées... , quelles avalanches de procédés mafieux peuvent-elles se produire ? Il est fort à craindre que les déballages vont être subséquents, afin de salir, salir, salir... et mentir, et continuer à mentir, aux électeurs... Et les lendemains du deuxième tour risquent d'être épiques avec la multiplication de plaintes et de demandes d'invalidation des résultats alors qu'entre autres forfaitures, avec les mandats de vote arrachés aux personnes âgées, aux malades..., eux auront généreusement « bourré » les urnes !

22:13 Écrit par catalan66270 dans Coups de gueule | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

Considérations sur la publication des écoutes par Médiapart

Considérations sur la publication des écoutes par Médiapart

sarko.jpg

« C'est une véritable armada judiciaire que la gauche a lancée aux trousses de Nicolas Sarkozy », assure un préfet très au fait des questions de sécurité et de justice. Ce haut fonctionnaire intègre, qui travailla longtemps sous l'autorité de l'ancien chef de l’État, le dit lui-même : « Aujourd'hui, parce que je suis étiqueté sarkozyste, je ne sais quel chantier on tentera de monter pour me nuire. » Un parfum de « Terreur » qui rappelle un peu, selon lui, le temps des « coupeurs de tête » de l'après 10 Mai 1981…

C’est une nouvelle petite bombe, en totale violation du secret de l'instruction, qui est venue secouer, le 18 Mars 2014, le monde politique et judiciaire avec la publication, par le site Mediapart, dont les patrons François Bonnet, Gérard Desportes, Laurent Mauduit et Edwy Plenel, - et tout particulièrement Edwy Plenel déjeunent souvent avec le Président de la République, François Hollande, tout comme les deux journalistes du Monde, Gérard Davet et Fabrice Lhomme, qui sont notamment les auteurs du livre « Sarko m'a tuer » publié le 1 Septembre 2011 aux veilles de la campagne pour les présidentielles de 2012, qui ont révélé, dans le Monde, que le téléphone de Nicolas Sarkozy avait été placé sous écoute et qu'il était visé par une enquête judiciaire, sont souvent reçus à l’Élysée, par le Chef de l’État -, des extraits pernicieusement sortis de sept écoutes judiciaires de la ligne ouverte par Nicolas Sarkozy sous une fausse identité.

Une bombe à fragmentation tant il est difficile de dire aujourd’hui, jusqu’où et avec quelle force pourront se faire sentir les déflagrations. Et d’abord pour Nicolas Sarkozy. Les approximations gouvernementales, et notamment celles de la garde des Sceaux Christiane Taubira, avaient fini par faire passer au second plan le pourquoi de sa mise sur écoutes judiciaires et l’ouverture, dans le cadre de ces écoutes, d’une information judiciaire pour trafic d’influence et violation du secret de l’instruction, - comme quoi quand le ver dictatorial et autoritaire est dans la pomme, un pouvoir en place s'autorise toutes les exactions en choisissant de faire publier, par des médias corrompus, des extraits d'écoutes, sciemment sortis de leur contexte pour faire plus vrai et faire passer, non des couleuvres mais des boas indigestes -, des révélations qui sont l'image de marque d'une véritable et machiavélique machination ourdie par le pouvoir socialiste afin d'amener à lui tous les simples d'esprit qui croient en leurs balivernes, leurs calembredaines, leurs billevesées et leurs inepties.

A moins de quatre jours des municipales, le Parti Socialiste s’est engouffré dans les fonds des culs de basses fosses. pour accuser Nicolas Sarkozy, par la voix de Harlem Désir, - pataugeant dans l'affaire de la MNEF aux côtés de Julien Dray, puis, de novembre 1986 à octobre 1987, occupant la présidence de SOS Racisme tout en étant salarié par l'Association régionale pour la formation et l'éducation des migrants, basée à Lille en tant que formateur permanent et percevant, pour cet emploi fictif, un salaire mensuel net de 8.900, 30 francs, cela lui vaut d'être condamné, le 17 Décembre 1998, à 18 mois de prison avec sursis et à 30 000 francs d'amende pour recel d'abus de biens sociaux, et, enfin, qui a bénéficié d'une amnistie de François Mitterrand concernant une dette de 80 000 francs au Trésor public, résultant d'amendes de stationnement, décision de justice du 9 Mai 1992, alors qu'il était président de SOS Racisme -, un Harlem Désir s'autorisant à tancer Nicolas Sarkozy en l'accusant « d’avoir voulu faire obstruction à la justice », quand la porte-parole du gouvernement Najat Vallaud-Belkacem, - pour le journaliste marocain Ali Amar, « l’espionne du roi qui se rêve à l’Elysée » et « la Sphinge grecque qui cache bien son jeu », menant une carrière politique au Maroc sous la nationalité marocaine et élu en France sous l'égide du Parti Socialiste et membre du Gouvernement Ayrault -, a souligné « l’extrême gravité des accusations et des soupçons. » Et Harlem Désir d’ironiser, en affirmant « mieux comprendre l’acharnement des amis de Nicolas Sarkozy et de l’UMP à créer des diversions depuis une dizaine de jours. »

Il est vrai qu'en tirant à hue et à dia sur Nicolas Sarkozy, « Le Parrain » pour Libération, englué dans une affaire « montée de toute pièce » pour l'empêcher de revenir en politique, qu'en traitant les adversaires et les opposants aux projets asociétaux « de pourris », « de nazis », « de fachos », « d'homophobes », « de dieudonnistes », « d'intégristes » ou « d'obscurantistes », qu'en souhaitant la « mort
à ces païens », ou que « des bombes explosent sur leur passage », - des personnalités influentes de gauche ou autres ministres et responsables politiques socialistes de tous poils, tels Pierre Bergé, Cécile Duflot, Michèle Delaunay, Denis Baupin, Bruno Julliard, Caroline Mecary, Mohamed Toubache ou Jean Bourdeau, légitimant les méthodes ultra violentes pour faire barrage à la contestation grandissante -, les écrans de fumée sont nombreux afin de mieux masquer les forfaitures socialistes et la création de banques fictives, - l'un des Ministres du Gouvernement Ayrault, lors de son déplacement au Oulan-Bator, les 25 et 26 Octobre 2013, avait laissé entendre, à certains de ses collaborateurs qui l'accompagnaient, que cette expérience était aussi menée par Bercy... - auprès desquelles des emprunts à financements fictifs seraient souscrits.

Qu'ainsi un tel acharnement politique, de la part des socialistes, du gouvernement Ayrault et du Président de la République, François Hollande, pourrait être compréhensible...

15:00 Écrit par catalan66270 dans Coups de gueule | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

19 mars 2014

La Basilique de Montmartre vandalisée et saccagée : banalisation des actes anti-chrétiens

La Basilique de Montmartre vandalisée et saccagée : banalisation des actes anti-chrétiens

montmartre.jpg

Dans l'univers manichéen de la gauche qui perd pied, les adversaires sont soit des pourris, soit des nazis. « Le Parrain », a titré Libération pour illustrer les écoutes judiciaires dont Nicolas Sarkozy a été la cible durant six mois. Le « retour aux années 1930 » est l'autre cliché que récitent les commentateurs acquis au hollandisme pour qualifier le réveil de la société civile et son rejet des tyrannies idéologiques. À l'instar de Vladimir Poutine et de la propagande russe, qui voient des fascistes partout chez les Ukrainiens en quête de démocratie, François Hollande recourt à une même violence d'État, en réponse à la contestation grandissante de ses résultats. Ce qui se met en place, sous couvert d'un moralisme emphatique, est une radicalisation. La gauche affolée devient de plus en plus sectaire. Mais ses impostures accélèrent sa chute.

Sur les colonnes de la Basilique de Montmartre, qui ferme ses portes de 23 heures à 6 heures du matin, un ou plusieurs inconnus ont inscrit, à l'aide de bombes de peinture rouge et sur une cinquantaine de centimètres de hauteur, divers slogans anarchistes et anticléricaux dont « Feux aux chapelles », « Ni Dieu, ni Maître », « À bas toutes les autorités » ou encore « Fuck le tourisme ».

Une autre inscription appelle à la « solidarité Monica et Francisco », semble-t-il en référence à Monica Caballero et Francisco Solar, deux militants chiliens incarcérés en Espagne après un attentat à l'explosif commis le 2 octobre 2013 contre la basilique del Pilar de Saragosse. Une bonbonne de gaz remplie de poudre noire avait causé d'importants dégâts à l'intérieur, faisant un blessé. L'attentat avait été revendiqué par le « Comando Insurreccional Mateo Morral », groupuscule qui avait signé l'attentat visant le 7 février 2013 la cathédrale de La Almudena, à Madrid. Depuis leur prison, « Monica et Francisco » ont rédigé un communiqué menaçant d'un « désastre général ».

Sur la porte et le parvis de la Basilique, construite pour « laver Paris de l'affront de la Commune » et de ses 30.000 morts, de grosses inscriptions en lettres capitales rouges et noires proclament: « A BAS TOUTE AUTORITE », « FEU AUX CHAPELLES », « NI DIEU NI MAITRE NI ETAT » « A BAS DIEU » « 1871 VIVE LA COMMUNE » « SOLIDARITE AVEC MONICA ET FRANCISCO » « BURN ME » « ALLEZ DEBOUT LES GRANDS CHASSEURS D'ETOILES ». L'inspiration anticléricale et anarcho-communiste est évidente. Elle vient rappeler en creux que s'en prendre à une communauté à raison de son appartenance à une religion est un acte profondément antirépublicain, en ce qu'il menace le vivre ensemble.

Des personnalités de gauche, des ministres et des responsables politiques socialistes ont légitimé les méthodes ultra violentes

Les auteurs de cette agression non revendiquée à ce stade sont vraisemblablement issus de ces groupuscules d'extrême gauche, qui prospèrent depuis un an avec l'aval des autorités politiques, et qui se sentent encouragés par l'expression d'une cathophobie décomplexée. En qualifiant rageusement de « fachos », « homophobes », « dieudonnistes », « intégristes » ou « obscurantistes » les opposants aux projets sociétaux du gouvernement, en appelant à « tirer sur eux », en souhaitant leur « mort » ou que des bombes explosent sur leur passage, des personnalités influentes de gauche ou autres ministres et responsables politiques socialistes de tous poils, (comme Pierre Bergé, Cécile Duflot, Michèle Delaunay, Denis Baupin, Bruno Julliard, Caroline Mecary, Mohamed Toubache ou Jean Bourdeau) ont légitimé les méthodes ultra-violentes de ces groupuscules.

Quel responsable politique aujourd'hui aura assez de sensibilité pour condamner ces actes anti-chrétiens odieux, pour expliquer en quoi ils portent atteinte à nos valeurs républicaines, et pour témoigner de sa solidarité avec ceux dont la foi intime a été blessée, comme cela a été fait de manière unanime et justifiée il y a quelques semaines lors des inscriptions antisémites de Toulouse?

L’extrême-gauche et l’État accusés de concert

Si la classe politique est quasi-unanime pour dénoncer ces tags violents, d’aucuns accusent l’extrême-gauche, dont les codes sont facilement identifiables derrière les symboles graffés hier soir. Mais d’autres pointent du doigt l’État et ses ministres…

21:19 Écrit par catalan66270 dans Coups de gueule | Lien permanent | Commentaires (3) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

Des emprunts à financement fictif auprès de banques fictives...

argent.jpg

Si l'on en croit la loi N° 2013-672 du 26 juillet 2013 de séparation et de régulation des activités bancaires et les articles

- L. 1611-3-1 du CGCT fixant le cadre juridique du recours à l'emprunt pour les collectivités territoriales, leurs groupements et leurs établissements publics ;

- L. 1611-3-2 du CGCT autorisant la création d'une agence de financement des collectivités locales.

le pouvoir en place à légalisé, pour les collectivités locales, les emprunts illégaux qui étaient contactés, par dites collectivités locales, hors circuits de financements légaux...

Le pouvoir en place est même allé plus loin dans le cadre de ces emprunts...

Des échanges verbaux, entre plusieurs hauts dignitaires du parti au pouvoir et du gouvernement laissent à penser que certaines communes expérimenteraient même des emprunts à financement fictif, hors budget, auprès d'une ou plusieurs banques, créées à cet effet, tout aussi fictives où seuls les remboursements des intérêts et des emprunts, contractés auprès de ces banques fictives, seraient effectués en argent sonnant et trébuchant...

Bien plus, l'un des Ministres des premier et deuxième Gouvernement Jean Marc Ayrault, sous la Présidence de François Hollande, lors de son déplacement au Oulan-Bator, les 25 et 26 Octobre 2013, avait laissé entendre, à certains de ses collaborateurs qui l'accompagnaient, que cette expérience était aussi menée par Bercy...

Nous en dira-t-on beaucoup plus après les municipales ou les médias s'y intéresseront-ils afin que le peuple soit beaucoup plus informé sur les finances, et les dérives afférentes à ces finances, de l'État et d'un certain nombre de collectivités locales sans en oublier les collectivités territoriales, leurs groupements et leurs établissements publics ?

18:12 Écrit par catalan66270 dans Coups de gueule | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

Déficit de la Sécu : Les incohérences dans les propos de la Ministre de la santé.

France: le déficit de la Sécu moins grave que prévu en 2013...

Ministre.jpg

Comment peut-on parler de déficit de la Sécurité Sociale, un organisme , - à sa tête l'UCANSS public -, privé au service du public quand cet organisme n'a pas de budget propre et que son budget est partie intégrale du budget de l’État et coté, dans le cadre du budget de l’État par l'Assemblée Nationale et le Sénat...

Comment peut-on parler de déficit de la Sécurité Sociale qui est obligée, pour payer ses prestations journalières d'emprunter ses fonds, chaque jour, auprès de la CDC et de payer des agios plus que conséquents d'un montant égal à quasi 10% des sommes qu'elle emprunte journellement... en fin d'année cela fait quelques milliards d'agios payés indument...

Comment parler de déficit de la Sécurité Sociale quand l’État ne verse pas les cotisations salariales et patronales pour ses fonctionnaires et ses territoriaux, quelques milliards par an
et que les Régimes Particuliers sont financés par le Régime Général... des milliards par an sur le compte exclusif du Régime Général

Comment parler de déficit de la Sécurité Sociale quand c'est la Sécurité Sociale qui finance les opérations militaires qui se déroulent en Centre Afrique et au Mali... plus de 3 millions par jour, des milliards depuis le début des opérations...

etc... etc... etc...

Sans parler des cents milliards de patrimoine foncier possédé par la Sécurité et loué à 2 francs six sous aux élus de la République... et aux petits copains du pouvoir en place...

Il est où le déficit de la Sécurité Sociale ? surtout pas tel que présenté dans l'article de presse Déficit de la Sécu moins grave que prévu...

17:48 Écrit par catalan66270 dans Coups de gueule | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

18 mars 2014

Le dictateur François Hollande ordonne et la police politique s'exécute... en se commettant dans des abus de pouvoir...

Nicolas Sarkozy....jpg

Alors que Sarkozy n'a jamais été entendu dans le cadre de l'affaire du financement lybien de sa campagne présidentielle 2007, alors qu'il n'est même pas mis en examen et que, par contre, en toute illégalité, il a été mis sur écoute, donc dans toute impossibilité, tant lui que son conseil, d'avoir accès au dossier...

Que seuls les deux juges d'instructions a qui l'affaire a été confiée par le Procureur de la République, le parquet, la Garde des sceaux & Ministre de la Justice, Christiane Taubira, la cellule de la PJ chargée des écoutes, et le Ministre de l'Intérieur sont détenteurs de ces enregistrements...

dans le cadre des écoutes de Sarkozy et de son conseil Maître Thierry Herzog, Mediapart dévoile, en toute illégalité, et par cela passible des assises et de la fermeture juridique du journal, - mais étant de Gauche et au service du pouvoir en place, s'étant exécuté de bonne grâce avec, sans nul doute comme l'avait déclaré en son temps François Hollande, des primes conséquentes en retour pour lui avoir ciré les bottes -, une partie des enregistrements, à 5 jours des élections municipales... Mediapart révèle le contenu d'une partie des écoutes de Sarkozy

Donc ces fuites volontaires et commises sciemment, en toute illégalité et dans le but de détruire l'opposition au pouvoir en place, viennent des seules personnes, et exclusivement d'elles, qui en sont en possession, et en cela elles se sont commises dans une violation flagrante de la procédure... Malheureusement, tous les simples d'esprit vont applaudir des deux mains et encenser un Président imposteur qui n'a aucune légitimité car sa candidature à la course à la présidentielle aurait due être rejetée pour fausse déclaration, inéligibilité aurait due être prononcée à son encontre et, pour clôturer le tout une plainte pour complicité de viol, contre lui, a été jugée recevable, avant Mai 2012, par le doyen des juges mais n'a toujours pas été instruite en Mars 2014... le sera-t-elle un jour ?
Sans autre forme, nous sommes dans un procès politique orchestré, avec à la manœuvre le Président de la République et son Cabinet Noir en place depuis Octobre 2012, le Ministre de l'Intérieur qui a doté son ministère de 38 policiers supplémentaire de la PJ depuis 18 mois pour exécuter un plan "Overlod", et la Garde des Sceaux & Ministre de la Justice qui a imposé aux parquets de lui remonter toutes les affaires pouvant mettre en cause des élus et des personnalités opposés au PS et de les médiatiser à outrance, par le pouvoir totalitaire et dictatorial en place... Une nouvelle preuve que François Hollande est, non un Président de la République, mais tout simplement un dictateur... des Ministres Kapos et des juges et des policiers dans le rôle d'une police politique....

Nous serions aux États Unis tout ce beau Monde serait destitué de ses fonctions, serait trainé devant la Justice et croupirait dans un pénitencier... Mais nous sommes en France sous un pouvoir socialiste... telle est la différence...

A quand les élections truquées comme elles sont coutumières dans les pays totalitaires...

Les premières, avec toutes les magouilles dans lesquelles se commettent les listes soutenues par le PS sans qu'aucune de celles-ci ne soient sanctionnées par les préfets qui, au différent pratiquent des coupes franches dans les listes de Droite et d'Extrême Droite..., ne seraient-elles pas les élections municipales avec les bourrages des urnes avec la multiplication des mandats forcés accordés à des mandataires du PS... qui, même si la loi le stipule, ne doivent détenir que 2 mandats au total dans le bureau de vote dans lequel eux-mêmes votent... mais qui en détiendront 2 par bureau de vote, sur des dizaines de bureaux de vote et sur plusieurs communes, donc votant en toute illégalité... comme cela s'est passé lors de la dernière législative et de la dernière présidentielle... entre autres villes à Montpellier, etc...

23:32 Écrit par catalan66270 dans Coups de gueule | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

16 mars 2014

Étroits d'esprits & pleutres réalités. Pamphlet. VIII. François Hollande un fieffé menteur (10/12)

 Étroits d'esprits & pleutres réalités. Pamphlet.

 VIII. François Hollande un fieffé menteur (10/12)

François Hollande.jpg

[...]Après cette avalanches continuelle de mensonges d’État, - ceux répertoriés dans ce chapitre, même si déjà leur nombre est conséquent, n'étant qu'un piètre reflet de leur nombre réel d'autant que le décorticage de certaines interventions du chef de l’État en comportent de nombreux, souvent même les uns infirmant, invalidant, réfutant ou contredisant les autres, mais jamais relevés par les médias à sa botte car ce serait le ridiculiser alors que les primes pleuvent pour lui cirer les pompes -, tant au niveau national qu'international, - la presse étrangère en regorgeant -, distillés, quasi journellement, par le Président de la République François Hollande, depuis son élection à la Présidence le 15 Mai 2012, que pouvons nous comprendre de sa déclaration, au côté de Matteo Renzi, le nouveau président du Conseil italien, lors d'un point de presse commun à l’Élysée ?

Que pouvons-nous comprendre quand il déclare, interrogé sur l'Affaire des écoutes de Sarkozy, - auxquelles doivent se rajouter celles sur Maître Thierry Herzog, Claude Guéant, Brice Hortefeux, l'avocat général de la Cour de Cassation Gilbert Azibert, l'ancien patron de la Police Nationale Michel Gaudin et tant bien d'autres pour l'instant non dévoilées -, se poser « en garant d'une justice incontestable » ? Incontestable ne signifie-t-il pas qu'on ne peut contester, indéniable, avéré, flagrant, indiscutable, irrécusable, reconnu, vrai..., qu'ainsi, telle étant sa conception de la justice, par son dire péremptoire et intransigeant, « La justice passera et je dois faire en sorte qu'elle puisse être incontestable parce qu'elle ne peut pas être contestée... », ne devant pas être autre que ce qu'il édicte, irréfutablement, il se pose en garant de la culpabilité de son prédécesseur... Et, comme il est le Chef de l’État, la Justice ne peut et ne doit lui donner tort...

Que pouvons-nous comprendre quand il martèle, « Ma responsabilité, comme Chef de l’État, c'est d'assurer l'indépendance de la justice, un principe fondamental... » et qu'il insiste en rappelant que « cette indépendance est fondée sur trois principes : le premier la séparation des pouvoirs, c'est-à-dire, y veillant tout particulièrement avec un changement des pratiques, le fait que l'exécutif n'intervienne pas sur le judiciaire ; le second, le respect des droits de la défense en recevant, dans les jours prochains, les avocats qui, à un moment, ont pu s'interroger sur des écoutes qui ont été décidées par la justice et par la justice seule ; et le troisième, la présomption d'innocence dans des affaires ou des noms sont cités, des procédures en cours, mais qu'il ne lui appartient pas de les qualifier. » En toute chose, de ce véritable amalgame de dits, de non-dits, de sur-dits, de contredits, d'affirmations passe-partout, servies à toutes les sauces, même les plus frelatées, et mille fois rabâchées, une certitude, d'autant que certains propos sont accentués avec la force de conviction qui lui a été propre, le 2 Mai 2012, dans son syntagme, « Moi Président de la République », répété dans l'anaphore, d'une durée de 3 minutes 21 secondes, prononcée par le candidat François Hollande, au cours du débat télévisé de l'entre deux-tours l'opposant à Nicolas Sarkozy, lors de l'élection présidentielle française de 2012, une anaphore s'achevant par « le Président normal » pour « la présidence normale », et qui lui est propre quand il déballe, afin d'endormir « les simples d'esprit » qui « boivent » ses paroles « comme du petit lait », ses mensonges d'État, de ce véritable amalgame s'extirpe le concept des turpitudes caractéristiques aux régimes totalitaires et dictatoriaux.

article_hollande.jpg

Et pour cause flagrante ! Lorsque les questions en sont venue à la date à laquelle « il avait pris connaissance de ces écoutes, sur sa connaissance de leur contenu ou sur le renouvellement de sa confiance à la Ministre de la Justice, Christiane Taubira », toutes ont été éludées. Trop pertinentes pour lui, il s'est soustrait à éclairer le peuple de France sur les interrogations que se posent sur l'honnêteté dont un Président doit faire acte envers ses concitoyens et le respect qu'il peut avoir envers les électeurs, même si ceux-ci ne représentent qu'environ 30 % des électeurs inscrits sur les listes électorales, qui l'ont élu, une honnêteté et un respect ainsi bafoués par sa non-réponse.

Il est vrai, des centaines d'avocats, pointant la saisie du téléphone portable de Thierry Herzog lors d'une perquisition à son bureau, ont signé un texte pour dénoncer des « atteintes graves et répétées » au secret professionnel après les révélations du Monde.

Il est vrai, le bâtonnier de Paris l'a saisi « afin qu'il puisse arbitrer dans cette affaire et prendre les mesures qui conviennent qui sont à son niveau » car, les juges étant « sortis de leur saisine, et, ce qui est révoltant, à partir du dossier libyen, ils sont allés sentir comme des chiens de chasse, à droite, à gauche, jusqu'à tomber des mois plus tard sur autre chose... », il « s'agit de la défense des libertés publiques des avocats, et les libertés publiques, c'est le secret professionnel chez l'avocat, le secret professionnel chez le médecin, le secret professionnel chez le curé. » Il est vrai, le bâtonnier de Paris est clair net et précis, « Les juges sont sortis de leur saisine... » et il pointe un abus de pouvoir de la part de juges qui se sont comportés, non comme des « magistrats indépendants » dans une « justice indépendante », mais comme des « policiers politiques commandités par le pouvoir en place. »

Il est vrai, le Conseil National des Barreaux, par son président président, Jean-Marie Burguburu, dénoncent que les juges qui ont « diligenté les écoutes de Nicolas Sarkozy et de Thierry Herzog se sont rendus coupables d'un détournement de procédure », car« il n'y avait pas, au départ, d'indices graves et concordants justifiant le placement sur écoutes de l'avocat », d'autant qu'aucune « écoute d'un avocat ne peut être ordonnée ni réalisée à titre préventif pour rechercher les indices éventuels d'un éventuel fondement à des poursuites pénales. Ces règles ont visiblement été contournées... », accusent « les méthodes des juges qui ont attendu assez longtemps pour ramener quelque chose » et en appellent les « pouvoirs publics à clarifier d'urgence cette inquiétante atteinte au bon fonctionnement de notre démocratie », une atteinte qui montre au grand jour « une certaine dérive au sein de la magistrature. »

Il est vrai, l'Union Syndicale des Magistrats l'a aussi interpellé en lui demandant « de rappeler le principe de séparation des pouvoirs. » Trop peu divulgué par la presse, il s'avère, et cela pose de graves interrogations, le Président de la République, François Hollande, n'a répondu, par lettre, qu'à l'Union Syndicale des Magistrats, y précisant qu'il avait « seulement eu connaissance des écoutes... » diligentées à l'encontre de Nicolas Sarkozy et de Maître Thierry Herzog « ...que le 7 Mars, jour de la publication de l'affaire, par le Monde », en lui servant la même chanson que celle ahannée et rabâchée à l'envie par la Ministre de la Justice, Christiane Taubira, le Ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, le Premier Ministre, Jean Marc Ayrault, - avant qu'il ne se déballonne, en direct, au 20 heures de France 2, le 11 Mars, et qu'il ne balance « que lui et la Ministre de la Justice, Christiane Taubira, étaient au courant depuis le 26 Février, date à laquelle le juge d'instruction Serge Tournaire a versé les écoutes au dossier » -, et toute l'armada du Parti Socialiste à l'unisson. Mais sur ce fait, et lors de son intervention en direct, le Premier Ministre s'est commis dans un double lapsus coupable. En effet, il a parlé du Juge Tournaire, du juge Tournaire exclusivement, et de la date du 26 Février, pour justifier la manière dont il a été informé ! Légalement, ce n'est pas un juge qui informe la chancellerie mais le Procureur Général, et celui-ci l'a fait par le truchement d'un courrier qui n'est parvenu, à la chancellerie, que le 28, soit 2 jours après que le jour où le Premier Ministre ait été « mis au courant », ce qui tend à confirmer les accusations portées par le Conseil National des Barreaux qui en a appelé les « pouvoirs publics à clarifier d'urgence cette inquiétante atteinte au bon fonctionnement de notre démocratie », une atteinte qui montre au grand jour « une certaine dérive au sein de la magistrature. »

Aussi le Président de la République, François Hollande, est un fieffé menteur. Il n'a jamais ignoré, l'affaire du financement de la campagne de Sarkozy ayant été confiée aux juges Serge Tournaire et René Grouman, par le Procureur de la République, le 19 Avril 2013, donc l'affaire ayant débuté plusieurs mois auparavant, - la Chancellerie sachant inévitablement, pour la simple raison que c'est le parquet, placé sous son autorité, qui ouvre les informations judiciaires, étend les saisines des juges d'instruction et la tient informée de l'avancement de l'affaire en lui adressant des rapports, que c'est la Direction des affaires criminelles et des grâces qui veille au grain et que c'est le directeur de cabinet de la Garde des Sceaux qui assure un suivi permanent -, que « Nicolas Sarkozy était sur écoute depuis un an » d'autant que le chef de l'État, recevant, à l'Élysée, de jeunes députés du Parti Socialiste, le fait étant rapporté par Le Journal du Dimanche, leur a déclaré « Ne vous inquiétez pas, je le surveille. Je sais exactement ce qu'il fait ! »

Qu'en outre, malgré les engagements de la Garde des Sceaux, Christiane Taubira, - encore des engagements non tenus mais des mesures de répressions amplifiées à la place -, à renoncer aux instructions écrites et aux rapports à remettre, a créé un procureur national financier, et le 31 Janvier 2014, elle a produit une circulaire pénale dans laquelle elle exige, des procureurs généraux, une remontée d'informations, eu égard à « la personnalité de l'auteur ou de la victime, élus, personnalités de la société civile... », agrémentée d'un annexe spécifiant, difficile d'être plus clair, une « médiatisation possible ou effective de la procédure. »

Au sujet du Ministre de l'Intérieur, la pseudo-méconnaissance des affaires étonne les ex-responsables policiers ou d'anciens ministres de l'Intérieur, dont Claude Cancès, ex-patron de la Police Judiciaire de Paris, pour qui « cela paraît invraisemblable que le Ministre de l'Intérieur n'ait pas été au courant et ça dès le début des investigations », comme cela étonne même des députés Socialistes qui, bien que non désireux « de l'accuser de double jeu, » préfèrent mettre en doute son action : « Manuel Valls ne savait pas pour Cahuzac, il ne savait pas pour Julie Gayet, il ne savait pas pour les écoutes. Une fois ça va, trois fois, bonjour les dégâts. C'est le Ministre de l'Intérieur le plus incompétent de la V° République. »

Mais Place et hôtel de Beauvau, depuis des mois et bien avant Avril 2013, suivant les propos d'un préfet et d'un chef de cabinet, « on voit des représentants de la Police Judiciaire aller directement dans les bureaux du ministre, alors que c'était la Direction générale de la Police Nationale qui, autrefois, assurait la liaison. » et, selon une haute personnalité policière, en charge de la cellule d'écoutes, la seule affaire libyenne, « justifiant les écoutes, mobilise, depuis plus de 18 mois, jusqu'à trente-deux fonctionnaires. C'est l'opération Overlord », se permettant, même de rajouter qu'il « faut de la constance pour assurer le suivi et le décryptage de centaines, voire de milliers d'heures d'écoutes de l'ex-président, de son avocat, de deux ex-ministres et de leurs nombreux proches...»

cellule_elysee.jpg

Cellule « Cabinet Noir. ». Sources : Valeurs Actuelles.

Enfin, dénoncé, le 4 Juillet 2013 puis à nouveau le 30 Octobre, par l'hebdomadaire « Valeurs Actuelles », ne pouvant que confirmer les propos du Chef de l'État, « Ne vous inquiétez pas, je le surveille. Je sais exactement ce qu'il fait ! », il s'avère que l'Élysée s'est doté d'un « Cabinet Noir », chargé de veiller à la mise hors circuit de l’ancien chef de l’État et d’orchestrer le rythme des « affaires » qui ternissent son image. À sa tête, depuis le 6 Octobre 2012, - des rumeurs, suite à des fuites sciemment orchestrées, laissant à penser qu'il pourrait être dirigé par l’ultra-hollandiste Stéphane Le Foll, Ministre de l’Agriculture -, le commandant militaire de l’Élysée, le colonel de gendarmerie Éric Bio-Farina, a un profil plus compatible avec la gestion du cabinet noir.

Tout comme l'ancien préfet de Corrèze Alain Zabulon, sa chef de cabinet adjointe Isabelle Sima, son chargé des relations avec les élus Bernard Combes et Frédéric Monteil, en charge des affaires privées du président, tous ayant rejoint le Palais en 2012, « le clan des Corréziens de l'Élysée constituant l'un des cercles de confiance du président », le colonel Eric Bio-Farina, faisant partie du réseau corrézien de l'ancien maire de Tulle, François Hollande, est devenu, le 6 octobre 2012, le Commandant Militaire de l’Élysée et le « patron du Cabinet Noir de la présidence de la République », chargé, à l’Élysée, de fouiller illégalement dans les archives de Nicolas Sarkozy pour orchestrer des affaires contre lui.

ecoutes de l'elysée.jpg

Et dès le mois d'Avril 2013, le chef du service des transmissions et de l’informatique de l’Élysée a été sommé, par le colonel Eric Bio-Farina, - invoquant de potentielles demandes de la justice -, de pénétrer dans le réseau informatique de la présidence, de faire sauter les verrous et de récupérer l’ensemble des données afférentes au quinquennat de Nicolas Sarkozy afin que la cellule du Cabinet Noir puisse en extraire tous les documents « sensibles ». […]

Suite : VIII. François Hollande un fieffé menteur (11/12 : Le Cabinet Noir)

17:08 Écrit par catalan66270 dans Coups de gueule, Mes livres publiés | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

15 mars 2014

La République Française touche le fond des culs de basses fosses. Pamphlet. Najat Vallaud-Belkacem Marocaine ? ou Franco-Marocaine ? (2/5)

La République Française touche le fond des culs de basses fosses. Pamphlet.
Najat Vallaud-Belkacem Marocaine ? ou Franco-Marocaine ? (2/5)

Najat Vallaud-Belkacem.jpg

Suivant le journaliste marocain Ali Amar, sur son site « Vox Maroc », s'exprimant sur Najat Vallaud-BelKacen, celui-ci précise que « Najat Belkacem était, jusqu’en Décembre 2007, la porte parole du Palais », donc la porte parole du Roi Mohammed VI, et conclut, dans l'un de ses articles que « celle qui siège, à 34 ans, comme adjointe au maire de Lyon, et également comme conseillère générale, engrange les faits d’arme d’agent double ».

Alors il se pose une première question : Comment Madame Najat Vallaud-Belkacem, peut-elle concilier, jusqu'en Décembre 2007, son appartenance au Parti Socialiste français, devenant même, en 2005, conseillère nationale au Parti socialiste, être élue, en Mars 2004, au Conseil Régional du Rhône-Alpes, sous cette étiquette, et y assumer la Vice-Présidence et la présidence de la Commission Culture, en France, et, parallèlement, être la porte parole du Palais, au Maroc, dont le Roi, Mohammed VI, incarnant la Droite-Ultra, est le chef politique suprême, le chef des armées et le Commandeur des Croyants, - le chef religieux du pays - ?

En outre, si nous nous en référons à son curriculum vitae officiel, en France, Madame Najat Vallaud-Belkacem a d'abord été, à partir du 22 Février 2007, porte parole de Ségolène Royal, dans le cadre de la campagne pour les Présidentielles de Mai 2007, puis candidate du Parti Socialiste aux élections législatives de Juin 2007 dans la quatrième circonscription du Rhône, y échouant au 2e tour ; en Mars 2008, élue Conseillère Générale du Rhône lors des élections cantonales, sous les couleurs du Parti Socialiste dans le canton de Lyon-XIII-Montchat ; et élue conseillère municipale sur la liste d'Union de la gauche conduite par Gérard Collomb lors des élections municipales à Lyon, nommée 6e adjointe au maire de Lyon chargée des grands événements, de la jeunesse et de la vie associative, et également désignée conseillère communautaire à la Communauté Urbaine de Lyon ; en 2011 promue porte-parole de Ségolène Royal dans le cadre de la primaire présidentielle socialiste ; le 16 Novembre 2011, porte-parole de François Hollande pour la campagne présidentielle 2012 ; et Le 16 Mai 2012 et le 18 Juin 2012, Ministre des Droits des femmes et porte-parole du gouvernement dans les 1er et 2e gouvernements Jean-Marc Ayrault.

Si par contre, nous nous référons à son curriculum vitae marocain, depuis Décembre 2007, Madame Najat Vallaud-Belkacem est nommée membre du CCME, le Conseil de la Communauté Marocaine à l'étranger, par le Roi Mohammed VI, un CCME dont elle est toujours membre au 14 Mars 2014 malgré ses dénégations, en fin Avril 2012, suite à son interpellation par Valérie Rosso-Debord, déléguée adjointe de l'UMP, précisant, lors, « avoir quitté cette instance en Décembre 2011. »

CCME.jpg

Se pose une deuxième question : Comment Madame Najat Vallaud-Belkacem, peut-elle concilier cette double appartenance politique, ce double engagement et ces doubles fonctions représentatives dans deux états distincts ? En droit français, c'est une forfaiture punissable d'incarcération en milieu pénitentiaire.

Et une troisième : Comment un Président de la République peut-il avoir nommé, au poste de Ministre des Droits des femmes et porte-parole du gouvernement, une personnalité politique marocaine, même si celle-ci essaye de s'en justifier par sa bi-nationalité franco-marocaine, ayant des responsabilités nationales au Maroc, et d'autant plus qu'au Maroc, d'une part, la bi-nationalité n'existe pas et la nationalité française de Najat Vallaud-Belkacem n'est pas reconnue et, que d'autre part, le Maroc étant une monarchie constitutionnelle, son Gouvernement a été concédé, le 29 Novembre 2011, par le Roi Mohammed VI, à Abdel-Ilah Benkiran, du Parti de la justice et du développement, un parti politique marocain de référentiel islamique ?

Enfin, et la plus primordiale des questions : Étant toujours membre, au 14 Mars 2014, de la CCME, - un organisme que le journaliste marocain, Thami Afailal -, après avoir persiflé Najat Vallaud-Belkacem en la traitant « d'incarnation féminine du renouveau générationnel de gauche qui est membre du Conseil de la Communauté marocaine à l’Étranger » -, décrit comme étant« le Soviet suprême du Makhzen... », l'État marocain et les institutions régaliennes marocaines, justice, administration, armées, police, sapeurs pompiers, etc…, « ...chargé de garder à l'œil les résidents marocains à l’étranger afin qu’ils gardent éternelle fidélité au régime et n’arrêtent pas d’envoyer chaque année les flouss qui maintiennent à flot le régime », comment Najat Vallaud-Belkacem peut-elle concilier son engagement socialiste, en France, alors qu'elle est l'un des représentants actifs, nommée par le roi, d'une organisation nationale marocaine dont le gouvernement du pays est de référentiel islamique ?

Najat Vallaud-Belkacem Marocaine ? ou Franco-Marocaine ? Nous voilà encore face à un nouveau scandale d'État !!!

18:57 Écrit par catalan66270 dans Coups de gueule | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

Étroits d'esprits & pleutres réalités. Pamphlet. V. La France sous le joug d'une dictature Socialiste(1/9).

 Étroits d'esprits & pleutres réalités. Pamphlet.

V. La France sous le joug d'une dictature Socialiste(1/9).

christiane-taubira1.jpg

La Ve République est défunte et définitivement enterrée. Ce n'est pas une boutade, bien au contraire mais une réalité glaciale : L’état dictatorial est en marche en France. La Garde des Sceaux et Ministre de la Justice, Christiane Taubira, et le Ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, deux énergumènes qui « ne savent jamais rien » et qui « apprennent toutes les affaires par les médias », mais qui multiplient les coups de force, l'une faisant imposer, à marche forcée, par le Parlement, des lois scélérates, le second imposant, à ses services de polices, des actes de barbouzeries assez peu ragoûtantes, en ont d'abord posé les fondements et la Ministre de la Justice a porté la dictature hollandienne sur les fonds baptismaux en signant son décret d'installation pérennisant les dérives en détournement de la Démocratie qui ont été initiées, dès le 15 Mai 2012, avec l'élection à la Présidentielle de l'imposteur François Hollande. Vive le Président « normal ! » Vive la dictature hollandienne ! Et, d'autant qu'elle est adoubée par les simples d'esprits qui l'on portée au pouvoir avec l'aide indéfectible d'une majorité des médias et une frange de la magistrature à solde du Parti Socialiste, longue vie à elle.

En effet, une circulaire portant la signature de la Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, publiée, le 31 janvier 2014, au « Bulletin officiel » du Ministère de la Justice, en apporte la preuve irréfutable. Celle-ci édicte que « le garde des Sceaux doit être renseigné sur les procédures présentant une problématique d’ordre sociétal, un enjeu d’ordre public, ayant un retentissement médiatique national. » Les critères des procédures, « devant... » obligatoirement et impérativement « être signalées », sont, eux, répertoriés en annexe et concernent particulièrement « la personnalité de l’auteur ou de la victime... », en particulier les élus, les corps constitués, etc..., et la « médiatisation possible ou effective de la procédure. » En clair, la Garde des Sceaux, instaurant l’allégeance de la justice, alors qu'elle ne cesse de clamer, et la meute de loups du Parti Socialiste à l'unisson, que « la justice est indépendante », oblige, officiellement, les magistrats à, d'une part, violer les secrets de l'instruction et, par la médiatisation, - des primes étant versées aux journalistes qui cirent les bottes aux hollandistes, de fait des journalistes qui sont achetés par l’État pour le servir -, à jeter l'opprobre sur les personnalités dans les viseurs du Président de la République et du Gouvernement, et, d'autre part, tous les moyens à mettre en œuvre pour arriver à leurs fins étant requis, - mises sur écoutes et perquisitions à profusion -, à troquer leur costume de Juges et de Procureurs pour celui de Policier Politique.

A cette flagrante constatation se rajoute, en confirmation à l'état de délire dans lequel évolue la Garde des Sceaux, - et par elle, étant Ministre, le Président de la république, François Hollande, le Premier Ministre, Jean Marc Ayrault, le Ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, l'entier Gouvernement et toute la Direction du Parti Socialiste - , la publication de son livre, aux Éditions Flammarion, « Paroles de liberté. » Dans un style abject et outrancier puisant ses sources dans les caniveaux et les égouts, s'en prenant exclusivement aux politiciens de Droite, elle y éructe et y vomit un réquisitoire, aux consonances mi-hitlériennes, mi-bolcheviques contre une France « tombée aux mains des obscurantistes, des escrocs de l’estrade, des nationalistes et de ces trafiquants d’angoisse qui brandissent une identité crispée et manient un langage buveur de sang… » Les amalgames à deux francs six sous, insipides, venimeux, biaisés, insidieux, hypocrites, sournois et fallacieux, véritables appels à la mise en charpie de tout ce qui pourrait porter et qui porte contredit à ses convictions politiques et à celles de ses amis de parti, et apologie au racisme anti-français, - des amalgames rappelant les heures noires des années 1930 -, jettent en pâture, - les appelant au combat « Cette bataille sémantique, nous la livrerons et nous ne ferons aucun quartier » -, aux troupes socialistes et aux groupes extrémistes de Gauche et d'Extrême Gauche qui ne rêvent, sous la haute protection du Ministre de l'Intérieur, que de casser du français et que de détruire ce qu'il peut rester de la France en lambeaux, « les racistes aux anti-mariage homosexuel », « les frondeurs antitaxes », « les délinquants anti-IVG », « la race blanche se commettant dans des démences meurtrières racistes, des stigmatisations, des discriminations raciales », et « l'anti-islamisme et l’anti-sémitisme. »

Ainsi, diligenté par François Hollande, Christiane Taubira et Manuels Valls étant aux manettes, par des mises sous écoute, des déferlements de perquisitions, à l'encontre de Nicolas Sarkosy, de Maître Thierry Herzog, de Claude Guéant, de Brice Hortefeux, de l'avocat général de la Cour de Cassation Gilbert Azibert, de l'ancien patron de la Police Nationale Michel Gaudin, et plausiblement des dizaines d'autres... et, par les multiples dépôts de plaintes déposées par des loups socialistes, contre les élus de Droite et d'Extrême Droite, s'éclaire, sous un angle spécieux, la face cachée de l'acharnement politique auquel se prête le pouvoir en place depuis le 15 Mai 2012 et, par les médias, depuis le 16 Mai 2007...[...]

12:51 Écrit par catalan66270 dans Coups de gueule, Mes livres publiés | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu