Avertir le modérateur

19 décembre 2010

Abbaye de Saint-André de Sorède, aux pieds des Albères.

Le Monastère bénédictin de Saint André de Sorède fut fondé, vers les années 780/800, par le moine Miró, noble de haute lignée d’origine hispanique, - c'est-à-dire un Wisigoth -, chassé d'Ibérie par les Sarrazins, qui en fut son premier abbé.

L'établissement originel se situait dans la haute Vallée de la Massane, à la Vall de Sant-Martí(1), - la Vallée de Saint Martin de Montbram, aujourd'hui le hameau de Lavall -, dépendant de la commune de Sorède, avant d'être déplacé en son implantation usuelle connue, sur les bords du fleuve côtier « la rivière de Taxò(2) ».

Il est cité dans un précepte, - Monasterium Sancti Andreae(3) -, daté de l'an 823, accordé, à la demande du Comte carolingien Gaucelm du Roussillon, par l'Empereur d'Occident, Louís I le Pieux(4), - ou le Débonnaire 778-20 Juin 840 -, à l'abbé Sisegut, successeur de Miró, une ordonnance, confirmée en Mai 844 et une seconde fois le 23 Février 869(5) par Charles II le Chauve, Roi de Francie occidentale, mettant l’abbaye et ses biens sous la protection de l’empereur et lui concédant l’immunité. Ainsi doté, le Monastère bénéficia d’une importance notoire et d’une prospérité incontestable.


Abbaye de Saint André de Sorède sous la dépendance de l'Abbaye de La Grasse.


Grâce aux Comtes du Roussillon qui la dotèrent de quelques richesses, l'abbaye de saint Andrée fut prospère. Mais, en 1109, elle apparaît ruinée et sans subsides. A l'initiative de la Comtesse Inès, épouse de Girard I du Roussillon parti en Terre Sainte, et de l'Évêque d'Elne, en firent don à l'Abbaye de Sainte Marie de Corbieu. Mise sous la dépendance de La Grasse, les donataires espéraient que ses abbés en imposeraient leurs lois et la restaureraient, ce dont ils s'y attachèrent redonnant lustre à l'établissement monacal.

En 1121, une nouvelle abbatiale fut consacrée par Pedro Bernardo, Évêque d'Elne. Dans l'acte y furent consignées la possession de l'église Saint Marie, église paroissiale de la petite communauté d'âmes, des paysans recherchant la protection des religieux, qui s'était établie aux abords du monastère, et les dépendances de celles de Saint Michel de Candell, -Saint Michel de Llotes -, de Saint Martin de la Ribe, - Sancti Martini de Ripa sive in villa Terrad localisée à l'Ouest de la ville, sur les collines Saint Martin -, et du Monastère de Saint Clément de Réglella, - et son village de éponyme localisés à l'Est d'Ille sur Têt -.

Vers 1151, bien que les documents archives soient très peu parlants sur les raisons qui auraient pu expliciter le changement, une nouvelle communauté séculière avait investi les lieux et s'était installée. Parallèlement à cette époque de mutation, la guerre opposant Gausfred III du Roussillon(6), - Comte du Roussillon de 1113 à 1164 -, à son fils Guisnard II(7), faisait rage dans les Albères et semait désolation et morts.


La décadence de l'Abbaye de Saint André de Sorède.


Engagée auprès du Comte du Roussillon, son protecteur bienfaiteur, l'Abbaye de Saint André eut à souffrir de cette belligérance générant de nombreux dommages et exactions et une cascade d'usurpations, ce qui eut pour effet de limiter son expansion. A la fin du XIII° Siècle, le Monastère ne comptait plus que quatre moines dans ses effectifs et, périclitant, inexorablement tomba lentement en décadence.

Les événements militaires dont la région d'Elne dût à subir des préjudices se multiplièrent, accélérant la ruine de l'Abbaye de Saint André. En 1285, dans le cadre de sa conquête du Roussillon, Philippe le Hardi, Roi de France, détruisit les environs immédiats de la cité épiscopale illiberrienne, saccageant Argelés, Sorède, Saint André, Taxo d'Availl et d'Amont, Palau del Vidre, et..., avant d'agir de même avec Elne dont la Cathédrale Ste Eulalie en garde toujours les traces sous la forme d'éclats dans le marbre du portail.

Le 8 juillet 1344, Jacques I de Majorque(8) fait le siège d'Elne suite à son opposition à Pierre IV d'Aragon, possesseur du fief illiberrien, qui étendait ses pouvoirs seigneuriaux sur les communautés limitrophes des Abères. Enfin, en Juillet 1462, pour mater une rébellion, Jean II, Comte-Roi d'Aragon-Catalogne, fait appel à Louis XI qui, moyennant 200.000 écus d'or, gagés sur les deux comtés du Roussillon et de la Cerdagne, avec les châteaux de Perpignan et Collioure, met 700 lances, - c’est-à-dire 7000 cavaliers et les gens de pied qui vont avec -, à la disposition du monarque catalano-aragonais. Toute la région subit de nouveaux sièges impitoyables et de nouvelles batailles dévastatrices et ravageuses, les troupes françaises, sous la houlette du despotique vice-roi Antoine de Lau désigné par Louis XI, appliquant la méthode de « la Terre brûlée. »


Le démantèlement de l'Abbaye de Saint André de Sorède.


En 1592, l'Abbaye de Saint André de Sorède était totalement exsangue et financièrement ruinée. Philippe II d'Espagne, Prince Souverain des Pays-Bas, Roi d’Espagne de 1556 à sa mort, le 13 septembre 1598, et Roi du Portugal à partir de 1580, intercéda auprès du pape Clément VIII, et obtint l’union de Saint André de Sorède avec l’abbaye Sainte Marie d’Arles sur Tech. Le lien, unissant les deux établissements conventuels, subsista jusqu'à la Révolution.

En nos temps présents, de tout l'édifice monacal, - Chapelles, hôtellerie, église, cloître, fontaine, réfectoire, cuisine, cellules, entrepôts, poterne, tour... -, il n'existe plus que l'abbatiale devenue église paroissiale de la ville de Saint André. Et même les archives concernant leur dévolu, excepté un document unique attaché au cloître, en date de 1744, - document H192 des archives départementales des Pyrénées Orientales faisant état qu'il aurait été détruit au XV° siècle, par les troupes de Philippe II -, restent mystérieusement silencieuses.

Il est vrai que deux chapiteaux, attestés d'apartenance au Monastère de Saint André, servent de support de bénitier dans les églises de Saint-Génis-des-Fontaines et de Saint-Jean-Lasseille, quatre chapiteaux, avec leurs futs, sont conservés dans la chapelle Sainte-Colombe de Cabanes, au Nord de Saint-Génis et que plusieurs chapiteaux, conservés à Saint-Martin-du-Canigou, proviennent du cloître andréen..., toutes choses pouvant donner explications à l'omerta qui plane sur le devenu des restes conventuels...

 

Raymond Matabosch

 

Notes.


(1) La première église de Lavall de Sant Marti de Montbram, mentionnée en 823 dans le précepte de Louis Le Pieux, était la « cella » primitive de l'abbaye de Saint André, transférée sous l'abbé Miró, - ou Miron -.

(2) La rivière de Taxo est un fleuve côtier des Pyrénées Orientales qui, suivant les communes qu'ils traverse à plusieurs toponymes : Rivière de Sorède, Rivière de Saint André, Rivière de Taxò et Ribereta avant de se jeter dans la mer juste au sud du Tech, au grau de la Ribereta. Le cours d'eau reçoit, en aval de Saint-André, un petit affluent, le Miloussa.

(3) Au X° Siècle, Monastérium Sanctus Andrea vel Eldugo, laisse croire que l'établissement monacal se situait sur le territoire ou les terres d'Eldugo, un nom d'origine wisigothique ou germanique.

(4) N'étant pas le fils aîné de Charlemagne, Louis est d'abord destiné à une carrière monastique, et instruit dans la religion. Durant son règne, il réforme les monastères et change de politique vis-à-vis de la papauté en s'engageant à respecter les États de l'Église et à ne pas intervenir dans les élections pontificales.

(5) La confirmation du 23 Février 869 est attribuée, à tort, à Charles III le Simple, fils posthume et légitime du roi de Francie, Louis II le Bègue, de 877 à 879, né en 879. Cette confirmation ne peut être de du fait de Charles II le Chauve Roi de Francie occidentale de 843 à 877 et Empereur d'Occident de 875 à 877.

(6) Gausfred III Comte du Roussillon de 1113 jusqu'à sa mort en 1164. Son père, Girard I du Roussillon, assassiné prématurément, laissa, pour successeur, son fils Gausfred encore enfant. Arnold Gausfred, son oncle, assura la régence du Comté jusqu'en 1121

(7) Guisnard II, - ou Girard II de Roussillon -, fils de Gausfred III, est le dernier comte de Roussillon indépendant, en 1164. A sa mort sans héritiers, en 1172, il lègue ses biens au Roi  d’Aragon et Comte de Barcelone Alphonse II le Chaste.

(8) Jacques I de Majorque, en catalan Jaume I, né en 1243, mort le 29 mai 1311, roi de Majorque, comte de Roussillon et de Cerdagne, et seigneur de Montpellier, de 1276 à sa mort, est le troisième fils du Roi d'Aragon Jacques I le Conquérant. Après la mort de ses frères Alphonse et Ferdinand, il devient le second dans la succession à la couronne. Par testament de 1262, son père divise ses possessions : le frère aîné de Jacques, l'Infant Pierre reçoit les royaumes d'Aragon et de Valence avec le comté de Barcelone, alors que Jacques reçoit le royaume de Majorque, les comtés de Roussillon et de Cerdagne et la seigneurie de Montpellier. Par respect pour son père, à son avènement à la couronne majorquine, il adopta le quantième « II » dans la lignée régnante des Jacques.


Publié le 21 Novembre 2010 sur

C4N - Le premier site francophone du journalisme citoyen rémunéré !

17:49 Écrit par catalan66270 dans Voyage en Terres Catalanes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : saint andré, saint andré de sorède, abbaye, abbatiale, comté du roussillon. | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

Abbaye de Saint Gilles, haut lieu de pèlerinage.

L'histoire, ou plutôt la légende, de la création de l'Abbaye de Saint Gilles trouve ses racines dans le choix de Saint Gilles qui avait fait vœu de se retirer sur le plateau occupé dès la plus haute antiquité, des découvertes archéologiques de latifundia(1) en attestant, et, vraisemblablement, à la préhistoire, afin d'y pratiquer l'érémitisme. Le mythe précise que le saint fut blessé par une flèche tirée par le roi Wisigoth Wamba(2) lors d'une partie de chasse. Comme compensation au désagrément causé par l'incident, le monarque lui avait concédé quelques arpents de terre avec finalité d'y fonder une abbaye.

Il est plus crédible de situer la fondation de l'établissement monastique, originellement dédicacé à Saint Pierre et à Saint Paul, au VII° Siècle. Vers l'an 850, le vocable en était changé au profit du patronage de Saint Gilles qui avait été enterré dans l'église attenante à l'édifice conventuel. Ce substitution d'invocation avait provoqué l'afflux majeur de fervents fidèles du saint et, probablement, généré, l'essence même de la chronique qui lui était dédiée.

Profitant de cet engouement pour l'un des leurs béatifié, la communauté avait obtenu, du Saint-Siège le privilège de l'exemption, et dépendait directement de la souveraineté des papes. Malgré cet avantage conséquent, l'abbaye ne put jamais s'arracher à la médiocrité dans laquelle elle vivait.


L'abbaye de Saint Gilles sous dépendance de Cluny.


En 1066, pour donner donner plus d'or à son blason abbatial, les autorités papales tentèrent de l'attacher au Monastère bénédictin de Cluny mais, en vain, les moines de Saint Gilles s'y opposant farouchement. Ce ne fut qu'en 1077 que le pape Grégoire VII, sous condition que l'établissement monial conserva le privilège de choisir leurs abbés, en avait approuvé l'union.

L'affluence constante de pèlerins, le lien avec l'Abbaye de Cluny et les donations de nobles seigneurs permirent la mise en chantier d'une nouvelle abbatiale. Le pape Urbain II, en personne, en 1096, vint même y consacrer un autel alors que l'église était encore en construction.

Un conflit naquit, lors, opposant l'Abbaye de Saint Gilles aux Comtes de Toulouse désireux d'asseoir leur pouvoir sur le monastère et interrompit les travaux qui ne furent repris qu'en 1116. La conception originelle de l'église en fut modifiée. Les murs déjà érigés et la grande crypte souterraine, longue de 50 mètres et large de 25, furent conservés mais des agrandissements conséquents en advinrent, le corps du bâti atteignant 98 mètres de longueur en 1132, date coïncidant avec une époque d'apogée due à un afflux permanent de pèlerins toujours plus nombreux et à une conséquente puissance économique dont bénéficiait l'établissement monacal. L'abbaye fut même la scène de la mort de l'hérétique Pierre de Bruys brûlé devant l'église en 1136. Enfin, en 1154 le pape accorda des indulgences aux visiteurs, ce qui augmenta, plus encore, l'affluence des dévots.

Après une nouvelle interruption motivée par l'instabilité politique et religieuse, une troisième période constructive s'échelonna entre 1185 et 1209. Le bâtiment resta, cependant, inachevé. En 1226 l'établissement religieux, restant soumis à la monarchie, Saint Louis le visita, lors de ses venues en Aigues Mortes, en deux occasions. Le pape Clément IV, originaire de Saint Gilles, accorda des donations en faveur de la continuation de l'église mais, des difficultés économiques résultant de l’assassinat du légat du pape, Pierre de Castelnau, et de la « pénitence » du comte Raymond VI de Toulouse qui déclenchèrent la Croisade des Albigeois menée contre des Cathares ne permirent pas d'en achever la construction. Ce ne fut qu'au XIV° Siècle que l'abbatiale fut finalisée.


La Collégiale de l'Abbaye de Saint Gilles.


En 1538 l'abbaye restait sécularisée et avait dotée d'une collégiale. Au XVI° Siècle les protestants l'incendièrent et les bâtiments conventuels demeurèrent en état ruineux de longues décennies. L'église fut, elle, transformée en forteresse jusqu'à ce qu'en 1622 sa totale destruction fut ordonnée. Heureusement, le funeste destin édicté à l'encontre de l'abbatiale ne put s'accomplir, l'intervention des troupes en arrêtant la destruction. Bien que le chevet et une bonne partie des nefs furent déjà détruits, sur des bases plus restreintes, leur reconstruction commença. La crypte fut conservée et la nef fut raccourcie en son antique chevet dont les restes furent définitivement démolis pendant la Révolution. La façade romane fut entièrement restaurée.

Épuisés et ruinés par les Guerres de Religion puis par la Révolution, l'Abbaye de Saint Gilles, tout comme le village qui s'était bâti en ses abords, s’engloutirent peu à peu dans l'anonymat.

Aujourd’hui, ses ruines attirent de nombreux visiteurs qui découvrent la richesse iconographique de la façade médiévale de l'église abbatiale, la pureté architectonique de son escalier en vis, la beauté recueillie de son immense crypte.

 

Raymond Matabosch

 

Notes.


(1) Les latifundia étaient des grandes propriétés foncières, à l'époque romaine, spécialisées dans l'agriculture destinée à l'exportation, - grain, huile olive ou vin-, une agriculture industrialisée dont l'économie dépendait uniquement de l'exploitation des esclaves.

(2) À la mort du roi Recceswinth, malgré son âge déjà avancé, Wamba, - alors qu'il ne souhaitait pas devenir monarque -, fut élu roi le 21 septembre 672 par une partie de la noblesse wisigothique réunie dans la région de Valladolid.

 

Publié le 20 Novembre 2010 sur

C4N - Le premier site francophone du journalisme citoyen rémunéré !

09:14 Écrit par catalan66270 dans Voyage en Terres Gardoises | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : saint gilles, gard, porte de la camargue, abbaye, abbatiale, crypte | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu