Avertir le modérateur

15 juin 2010

Craintes d'une éruption vulcanienne pour le volcan Fuego, Guatemala

 

Code 1402-09

Localisation : Latitude 14.5° Nord, Longitude 90.9° Ouest.

Activité volcan : Sous surveillance.


Le volcan Fuego, 3.763 mètres d'altitude, l'un des volcans les plus actifs d'Amérique centrale, est l'un des trois grands stratovolcans surplombant Antigua, ancienne capitale du Guatemala. Bien que ses éruptions laviques soient rares, il est célèbre pour émettre, quotidiennement, des panaches de fumée et posséder une activité fumerollienne en son cratère sommital. Sa dernière éruption, crachant lave, pierre et cendres et obligeant les autorités locales à l'évacuation de sept familles vivant à proximité du volcan, remonte au 9 août 2007.

Le volcan Fuego et son frère jumeau, l'Acatenango, formant le complexe volcanique connu sous le nom de La Horqueta, sont la renaissance d'un ancien volcan, la Meseta, qui s'était effondré, voilà 8,500 ans et avait explosé projetant des avalanches de débris, sur plus de 50 kilomètres, sur la plaine côtière du Pacifique.

Contrairement aux coulées andésitiques caractérisant le volcan Acaténango, celles du Fuego sont devenues mafiques avec le temps et générent des roches basaltiques.

Le volcan Fuego est rentré en éruption, des éruptions violentes de type vulcanien, de quelques heures à plusieurs jours de durée, produisant des panaches s'élevant à plus de 7 kilomètres d'altitude à plus de 60 kilomètres/heure et entraînant des effets atmosphériques et climatiques durant de nombreux mois suivant l'éruption, des pluies de cendres, des coulées pyroclastiques et des coulées de lave, plus de 60 fois depuis 1524, ce qui en fait, pour l'Amérique Centrale, historiquement, le plus actif des volcans. Trois de ces éruptions furent meurtrières.

Depuis le début Juin, l'activité du Fuego est en constante augmentation. Elle se manifeste par des pulses, - émissions brutales -, de gaz et un dégazage plus régulier, un son de locomotive à vapeur entendu jusqu'à 5 kilomètres de distance, monte en puissance. Parallèlement l'activité éruptive et explosive, environ 15 explosions par jour, reste relativement stable mais la vigilance et la surveillance de l'édifice volcanique s'imposent, les éruptions vulcaniennes dont le Fuego est coutumier, s'accompagnent de violentes explosions projetant des cendres, des scories, des bombes à plusieurs kilomètres de hauteur et des nuées ardentes.

En outre, le Guatemala est régulièrement victime d'abondantes précipitations dues aux tempêtes tropicales, produisant, lors d'éruptions volcaniques, des lahars, des coulées boueuses formées d'eau, de tephras en majorité de cendres volcaniques froides ou brûlantes, très denses et lourdes et charriant quantité de débris tels des blocs rocheux, des troncs d'arbres, des restes de bâtiments, etc... Les lahars se forment lorsque des pluies importantes, survenant lors de cyclones ou des pluies prolongées, s'abattent sur des cendres volcaniques. Ils peuvent survenir des années après une éruption volcanique tant que des cendres peuvent être entraînées.

sources partielles : http://www.activolcans.info

12:00 Écrit par catalan66270 dans Sciences : volcanisme et volcanologie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : volcan, volcanisme, guatemala, fuego, arc volcanique, antigua, guatemala city | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

03 juin 2010

Le Volcan Pacaya, en activité strombolienne, fait beaucoup de dégâts, deux morts, trois disparus et de nombreux blessés au Guatemala

« Au Guatemala, le volcan Pacaya, situé à environ 50 kilomètres de la capitale, Guatemala City, au sud du pays, a fait une nouvelle éruption. Deux personnes ont été retrouvées mortes, trois enfants sont portés disparus. Des milliers de Guatemaltèques ont dû être évacués. Pour le moment, l'éruption ne baisse pas d'intensité et les dégâts sont déjà considérables. L’état d’urgence a été décrété. », telle est l'annonce laconique relayée par les médias du monde entier.

Le Pacaya, un des 8 volcans actifs sur les plus de 800 que compte le Guatemala, culminant à 2.552 mètres d'altitude, est situé, sur la Cordillère Guatemaltèque, en périphérie de la ville d'Antigua. C'est un édifice volcanique « jeune » qui naquit, il y a environ 23.000 ans et qui, depuis l'arrivée de Pedro de Alvarado, un conquistador espagnol, en 1523, est entré en éruption au moins vingt-trois fois. Après être resté endormi durant près d'un siècle, il a repris, violemment, son activité en 1961, une activité qui est restée constante.

Depuis le 07 mai, des coulées de lave sont émises à mi-pente, versant Nord-Ouest du cône Mac Kenney, en face du Cerro Chino, des coulées effusives laviques ponctuées par une activité explosive sommitale et par des bouffées de gaz émanant d'une activité fumerollienne intense, et augmentant fortement en s'étendant au flanc Sud-Ouest de l'édifice. Plusieurs unités laviques, les plus importantes atteignant 1.500 à 2.000 mètres de longueur, sont même proches de la base du cône Mac Kenney, créant un nouveau promontoire rocheux susceptible de se déstabiliser et de provoquer des avalanches rocheuses au danger difficilement estimable.

A compter du 19 Mai 2010, faisant suite à un trémor de plus 43 heures, une activité explosive, en plus d'une importante effusion sur son le flanc Sud-Ouest, secoue le sommet de l'édifice et génère une phase éruptive paroxysmale provoquant des dégâts et des dommages conséquents et forts nombreux. De fréquentes explosions cendreuses, de forte intensité, se succédent toutes les 3 à 30 secondes, projettent des blocs et des bombes incandescents à plus de 200m de hauteur et expulsent un panache entre 500 et 700 à 1.000 mètres de hauteur, se dirigeant vers l'Ouest et entraînant la mise en alerte rouge pour le volcan et la fermeture de l'aéroport de la Aurora.

Le 28 Mai, un caméraman Guatémaltèque a même trouvé la mort durant sa couverture de l'événement pour la chaine de télé Canal 7, des enfants, au nombre de trois ou cinq suivant les informations fournies par les autorités locales, sont portés disparus et une vingtaine de blessés, dont certains dans un état grave, sont à déplorer dans les trois départements, Escuintla, Guatemala et Sacatepéquez, proches du volcan.

Depuis le 01 juin, l'activité éruptive est toujours très intense et l'activité explosive, de style strombolien, se poursuit au sommet et forme un panache de cendres dont la hauteur varie entre 900 et 1.500 à 1.800 mètres de hauteur, des ondes de chocs étant ressenties dans un rayon de 5 kilomètres aux alentours. Plusieurs plate-formes de lave, sur le flanc nord, face Cerro Chino, se sont réactivées, produisant des coulées dont certaines de 100 mètres de large et de 1.000 à 1.500 mètres de long, et des zones d'émissions de coulées laviques, de 300 à 700 mètres atteignant, le 02 juin, une 1.500 mètres, une seconde 2.200 mètres, sont actives sur les flancs Sud-Est et Sud-Ouest du cône.

Ce jour, 03 Juin 2010, une puissante activité strombolienne se maintient, produisant des panaches de cendres hauts de plus 1.700 mètres de hauteur et deux coulées, l'une sur le flanc Sud-Est et une seconde sur le flanc Sud-Ouest, sont toujours très bien alimentées et constituent un risque indéniable, bien que le niveau d'alerte soit à l'orange, pour les populations proches.

sources partielles : http://www.activolcans.info

15:33 Écrit par catalan66270 dans Sciences : volcanisme et volcanologie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : volcan, volcanisme, guatemala, guatemala city, antigua, pacaya | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu