Avertir le modérateur

13 janvier 2011

Nous, le petit peuple français, les dindons de la farce. Pamphlet

Nul n'est censé ignorer que, dans une démocratie, les politico-politicards de tous bords et de toutes couleurs politico-politicienne de bas étage, - et, de l'Extrême Droite à l'Extrême Gauche en passant par les mammouths chauves de Droite, du Centre et de Gauche, pas un seul parti pour relever l'autre du chaos dans lequel leurs dirigeants ont, depuis des décennies, entraîné la Nation France -, par goût du pouvoir et par désir effréné de matelasser leurs portefeuilles de monnaies circulantes, ne peuvent s’empêcher, hors tout respect au peuple français, d'énumérer des listings kilométriques de promesses insidieuses, spécieuses, trompeuses et mensongères, à étirer et à déformer la vérité, et à mentir purement et simplement avant une élection.

Et, les élections passées, dans tous les rouages du maillage politico-social, depuis la plus petite commune de France jusqu'au Parlement, - Sénat, ou chambre haute, et Assemblée Nationale, ou chambre basse -, en passant par les Communautés de Communes, les Communautés d'Agglomération, les Conseils Généraux et les Conseils Régionaux, les pléiades de sociétés annexes et les kyrielles d'associations lois de 1901 qu'ils font pousser comme des champignons, n'acceptant pas la défaite, les perdants installent un contre pouvoir.

Lors de la dernière campagne électorale présidentielle de 2007, Nicolas Sarkosy avait proclamé un slogan, grinçant pour son adversaire mais bien agréable à entendre à l'oreille des électeurs, que « Les impôts n’augmenteraient pas. » Malheureusement, comme tout slogan électoral, celui-ci était totalement fallacieux car les prélèvements obligatoires, inexorablement, ne pouvaient qu'augmenter de fait. Et bien que n'ignorant point le système de vases communicants en matière d'impôts, une pompe à fric toujours ré-alimentée, les perdants n'ont pas hésité, mettant la faute sur le gouvernement et la Présidence, à augmenter indélicatement les impôts locaux.

A Paris, ceux-ci ont doublé en cinq ans. Dans bien d’autres communes, c’est pire encore. Comme de bien entendu, outre les prélèvements obligatoires nationaux, les édiles et les élus inter-communaux, départementaux et régionaux n'ont pas hésité à faire exploser les leurs pour couvrir leurs multitudes de dépenses indues...

Conséquences de ces gabegies : la France est un pays en faillite avec une dette nationale de près de 1.600 milliards d’euros. Si les emprunts hors bilan avec notamment les provisions à constituer pour payer les retraites des fonctionnaires, y sont comptabilisés, le déficit atteint 2.400 milliards, soit environ 40.000 euros par habitant. Et tels sont actuellement les slogans que s'évertuent à faire passer dans la population, en vue des futures présidentielles, les perdants de 2007. Mais ne devraient-ils point avouer, aussi, que les Communes, les Communautés de Communes, les Communautés d'Agglomération, les Conseils Généraux et les Conseils Régionaux, les pléiades de sociétés annexes et les kyrielles d'associations lois de 1901 qu'ils ont fait pousser comme des champignons sont tout autant en faillite avec une dette cumulée de toutes ces structures gestionnaires, - au plan local, départemental et régional -, de près de 2.500 milliards d'euros(1) presque une fois et demi supérieure à la dette nationale, à laquelle doivent s'ajouter les emprunts hors bilans pour payer les employés territoriaux attachés à ces structures et toutes les dépenses indues contractées sans raisons gardées... Et si le déficit national atteint environ 40.000 euros par habitant, avec les déficits cumulés locaux, départementaux et régionaux, celui-ci est largement supérieur à 100.000 euros par habitant.

Qu'il n'en soit... Droite ou Gauche, en 2011 et 2012, ne dérogeront pas à la règle sacro-sainte des politico-politicards qui gèrent les destinées de la France depuis des décennies à tous les rouages politico-sociaux de la Nation France... et seuls, comme à leurs habitudes, ce seront les contribuables qui payeront et continueront à payer l'addition de plus en plus salée...

 

 

Note :

 

 

(1) Je sais que certaines et certains vont crier au fou et clamer haut et fort que le déficit des Communes, des Communautés de Communes, des Communautés d'Agglomération, des Conseils Généraux et des Conseils Régionaux, s'il peut exister, ne s'élèverait qu'à 150 millions d'euros... mais se garderont de parler des pléiades de sociétés annexes et des kyrielles d'associations lois de 1901 qu'ils font pousser comme des champignons et qui sont de vrais gouffres à déficits...

Et là il ne faut pas pointer Droite ou Gauche... il faut pointer tous les acteurs politiques de tous bords réunis car tous agissent à l'identique.


 

Publié le 12 Janvier 2011 sur

C4N - Le premier site francophone du journalisme citoyen rémunéré !

 

18:55 Écrit par catalan66270 dans Coups de gueule | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : france, politique, partis politiques, mensonges et élections | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

01 novembre 2010

Un essaim de micro-séismes dans le Briançonnais.

 

Depuis le 31 Octobre 2010, à 20 h 51 Temps Universel, 21 h 51 Heure Locale, pour le premier événements, jusqu'au 01 Novembre, 14 h 07, Temps universel, 15 h 07 Heure locale, pour le dernier en date, 10 microséismes de magnitude comprise entre 2.2 et 3.0 sur l'échelle ouverte de Richter, ont affecté le briançonnais :

Le 31 Octobre :

- 20 h 51 Temps Universel, 21 h 51 Heure Locale, magnitude ML(1) 2.2, latitude 45.03° Nord, longitude 6.86° Est. Son épicentre se situe à 23 kilomètres au Nord-Est de Briançon et à 65 kilomètres à l'Ouest de Turin. Son hypocentre se localise à une profondeur de 2 kilomètres.

- 21 h 52 Temps Universel, 21 h 52 Heure Locale, magnitude ML 2.3, latitude 45.09° Nord, longitude 6.54° Est. Son épicentre se situe à 12 kilomètres au Nord de Le Monêtier-les-Bains, à 21 kilomètres au Nord-Ouest de Briançon et à 65 kilomètres à l'Est de Grenoble. Son hypocentre se localise à une profondeur de 8 kilomètres.

- 22 h 14 Temps Universel, 23 h 14 Heure Locale, magnitude ML 2.7, latitude 45.13° Nord, longitude 6.57° Est. Son épicentre se situe à 11 kilomètres au Sud-Ouest de Modane, à 25 kilomètres au Nord-Ouest de Briançon et à 67 kilomètres à l'Est de Grenoble. Son hypocentre se localise à une profondeur de 5 kilomètres.

- 22 h 36 Temps Universel, 23 h 36 Heure Locale, magnitude ML 2.5, latitude 45.16° Nord, longitude 6.49° Est. Son épicentre se situe à 5 kilomètres au Sud de La léchère, à 30 kilomètres au Nord-Ouest de Briançon et à 60 kilomètres à l'Est de Grenoble. Son hypocentre se localise à une profondeur de 2 kilomètres.

et le 01 Novembre :

- 5 h 28 Temps Universel, 6 h 28 Heure Locale, magnitude ML 2.4, latitude 45.19° Nord, longitude 6.55° Est. Son épicentre se situe à 6 kilomètres à l'Est de La léchère, à 32 kilomètres au Nord-Ouest de Briançon et à 65 kilomètres à l'Est de Grenoble. Son hypocentre se localise à une profondeur de 2 kilomètres.

- 08 h 00 Temps Universel, 09 h 00 Heure Locale, magnitude ML 2.9, latitude 45.16° Nord, longitude 6.48° Est. Son épicentre se situe à 4 kilomètres à l'Est de Valloire, à 30 kilomètres au Nord-Ouest de Briançon et à 60 kilomètres à l'Est de Grenoble. Son hypocentre se localise à une profondeur de 2 kilomètres.

- 09 h 25 Temps Universel, 10 h 25 Heure Locale, magnitude ML 3.0, latitude 45.13° Nord, longitude 6.50° Est. Son épicentre se situe à 7 kilomètres au Sud-Est de Valloire, à 26 kilomètres au Nord-Ouest de Briançon et à 62 kilomètres à l'Est de Grenoble. Son hypocentre se localise à une profondeur de 2 kilomètres.

- 10 h 29 Temps Universel, 10 h 29 Heure Locale, magnitude ML 2.4, latitude 45.14° Nord, longitude 6.51° Est. Son épicentre se situe à 7 kilomètres au Sud-Est de Valloire, à 27 kilomètres au Nord-Ouest de Briançon et à 62 kilomètres à l'Est de Grenoble. Son hypocentre se localise à une profondeur de 2 kilomètres.

- 11 h 17 Temps Universel, 12 h 17 Heure Locale, magnitude ML 2.7, latitude 45.14° Nord, longitude 6.50° Est. Son épicentre se situe à 6  kilomètres au Sud-Est de Valloire, à 27 kilomètres au Nord-Ouest de Briançon et à 61kilomètres à l'Est de Grenoble. Son hypocentre se localise à une profondeur de 2 kilomètres.

- 14 h 07 Temps Universel, 15 h 07 Heure Locale, magnitude ML 2.5, latitude 45.14° Nord, longitude 6.54° Est. Son épicentre se situe à 9 kilomètres au Sud de La léchère, à 26 kilomètres au Nord-Ouest de Briançon et à 65  kilomètres à l'Est de Grenoble. Son hypocentre se localise à une profondeur de 15 kilomètres.

- 18 h 44 Temps Universel, 19 h 44 Heure Locale, magnitude ML 2.7, latitude 45.12° Nord, longitude 6.73° Est. Son épicentre se situe à 10 kilomètres au Sud-est de Modane, à 25 kimomètres au Nord de Briançon et 75 kilomètres à l'Est de Turin. Son hypocentre se localise à une profondeur de 10 kilomètres.

 


Le Briançonnais.

 

Géographiquement, le Briançonnais recouvre le bassin hydrographique de la haute Durance en amont de la Roche-de-Rame. Il s'agit d'un vaste territoire aux 6 vallées. Les 5 premières convergent en étoile aux alentours de Briançon, et, la sixième, la Vallouise, conflue beaucoup plus en aval, en amont immédiat de l'Argentière-la-Bessée.


 

En amont, la vallée principale est parcourue par La Clarée. Elle descend des confins du Dauphiné et de la Savoie, prenant sa source, sous le Seuil des Rochilles, dans le minuscule lac de la Clarée, aussi dénommée, la Mère de l'eau, dans une belle réminiscence celte. Le petit filet d'eau de la Durance, issu des pentes du Gondran, au-dessus de Montgenèvre, la rejoint peu avant la Vachette, et lui impose son nom.

À la hauteur de Briançon, débouche la vallée de la Guisane, parcouru par le torrent du même nom. C'est une vallée large aux versants accueillants, propices au ski à l'ubac et aux alpages à l'adret. Elle permet de rejoindre l'Oisans et Grenoble par le Col du Lautare, - 2.048 mètres -, et, la Maurienne en Savoie, par le Col du Galibier, - 2.645 mètres -, et Valloire.


 

En face ou presque, confluent le Torrent de la Cerveyrette et le Torrent des Ayes. L'un draine une haute vallée frontalière et le versant briançonnais du Col de l'Izoard, - 2.361 mètres -, l'autre un vallon caché aux vastes alpages.

La Vallouise est la dernière grande vallée du Briançonnais historique. Enfin, la vallée de Freissinières complète le Briançonnais géographique et administratif, aux ... 7 vallées, à la hauteur de la Roche-de-Rame. C'est une longue vallée, habitée haut en altitude - vers 1700 mètres à Dormillouse - qui permet de rejoindre Orcières et le Champsaur.


La sismicité en Briançonnais.(2)


La zone Briançonnais-Ubaye correspond à une zone sismique relativement élevée en fréquence et intensité des secousses par rapport aux autres secteurs de la région. Ainsi, en moins d’un siècle, 4 séismes d’intensité épicentrale VII à VII-VIII y ont été ressentis :

- le 27 novembre 1884, épicentre à Guillestre, intensité épicentrale VII,

- le 12 juillet 1904, épicentre à Briançon, intensité épicentrale VII,

- le 19 mars 1935, épicentre à Saint Clément, intensité épicentrale VII,

- le 5 avril 1959, épicentre à Saint Paul sur Ubaye, intensité épicentrale VII-VIII.


 

Le séisme de 1959 a été perçu à plusieurs dizaines de kilomètres de l’épicentre, jusqu’aux villes de Grenoble, Forcalquier, Draguignan, mais aussi de Mondovi en Italie.


C’est probablement le mouvement composite normal-décrochant des systèmes de failles de Serenne et de la Haute Durance qui est à l’origine de cette forte activité sismique. Ces dernières années, la Haute vallée de l’Ubaye a été le siège d’une crise sismique relativement intense. En effet, entre janvier 2003 et novembre 2004, plus de 15.000 séismes de magnitude inférieure ou égale à 3.0 y ont été enregistrés.


Notes.


(1) La magnitude ML, anciennement sur l'échelle de Richter ou sur l'échelle ouverte de Richter, est une magnitude dite locale. Elle est obtenue en mesurant l'amplitude maximale des ondes du séisme à des stations relativement proches, en pratiquant une correction de distance, et pour une fréquence assez élevée su signal, en général, autour de 1 Hz.

(2) http://www.seisme-1909-provence.fr/Brianconnais-et-Ubaye....

11:25 Écrit par catalan66270 dans Sciences : Tectonique des plaques. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : france, microséismes, briançon, briançonnais, alpes, région paca | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

01 juillet 2010

Deux séismes de magnitude 4.2 frappent en deux régions de France : Des séismes naturels ou induits ?

 

Le territoire français a été frappé, le 30 Juin 2010, par deux séismes, tous deux de magnitude 4,2 sur l'échelle ouverte de Richter et d'intensité « feutre », - pour le Centre Sismologique Euro-Méditerranéen, CSEM, France -, donc d'intensité inférieure à 1 sur l'échelle Mercalli modifiée, d'une durée maximum de 10 secondes pour le plus long des deux :

- Le premier, à 07 h 15 Temps Universel, 09 h 15 heure locale, en Vendée. Son épicentre se localise, latitude 46.41° Nord et longitude 0.79° Ouest, à 2 kilomètres au Nord-est de Doix, à 3 kilomètres à l'Est de Montreuil, à 3 kilomètres au Sud-Est de Fontaines, à 5 kilomètres au Sud-Ouest de Saint Martin de Fraigneau, à 5 kilomètres au Nord-Ouest de Saint Pierre le Vieux, à 6 kilomètres au Nord-Ouest de Maillezais, à 7 kilomètres au Sud de Fontenay-le-Comte et à 109 kilomètres au Sud-Est de Nantes. Son hypocentre a été évalué à 2 kilomètres de profondeur.

- Le second, à 11 h 53 Temps Universel, 13 h 53 heure locale, en Tarentaise. Son épicentre se localise, latitude 45.43° Nord et longitude 6.41° Est, à 2 kilomètres au Nord-est de Saint François Longchamp 1650, à 4 kilomètres au Sud-Ouest de Vamorel, à 4 kilomètres au Nord-Ouest de Deux Nants, à 4 kilomètres au Nord-Nord-Ouest de La Sauce, à 5 kilomètres au Nord-Nord-Est de Longchamp, à 5 kilomètres à l'Ouest de Saint Jean de Belleville, à 9 kilomètres au Nord-Ouest de Saint Martin de Belleville, à 28 kilomètres au Sud d'Albertville et à 60 kilomètres au Nord-Est de Grenoble.


Pour mieux comprendre l'intensité « feutre », intensité inférieure à 1 sur l'échelle de Mercalli modifiée qui a été conçue pour décrire les effets d'un séisme, à un endroit donné, sur des objets naturels, sur des installations industrielles et sur les êtres humains :

- Intensité I décrivant les séismes non ressentis, ou seulement ressentis par quelques personnes dans des circonstances très favorables. Sous certaines conditions, certains effets peuvent être notés dans la région immédiate affectée par une secousse. Les oiseaux et les petits animaux semblent perturbés ; rarement des nausées ou des étourdissements sont ressentis ; et quelquefois les arbres, les structures, les liquides et les étendues d'eau peuvent s'agiter, et les portes peuvent se balancer très lentement.

- Intensité II décrivant les séismes ressentis par quelques personnes, surtout par celles situées aux étages supérieurs des maisons ou par des gens nerveux ou sensibles. Certains effets peuvent être perçus comme pour l'intensité I, mais avec légèrement plus de vigueur, tel, par exemple, le balancement possible d'objets délicatement suspendus...

- Intensité III décrivant les séismes ressentis par plusieurs personnes à l'intérieur des structures. Souvent le mouvement est semblable à une vibration rapide. Au début, nombre de personnes ne se rendent pas compte qu'il s'agit d'un séisme d'une durée appréciable et quelquefois estimée. Les vibrations sont analogues à celles causées par des camions légers passant tout près ou par des camions lourds circulant à bonne distance. Les objets suspendus peuvent osciller légèrement. Le mouvement peut être plus notable aux étages supérieurs des hautes structures. Les voitures en stationnement peuvent osciller légèrement.

- etc... etc..., l'échelle de Mercalli Modifiée allant jusqu'à XII.


A la lecture de certains compte-rendus, - presse écrite, parlée ou télévisuelle, et témoignages d'habitants -, concernant ces deux séismes :

- Pour le premier qui a affecté la Vendée, il peut être lu que le tremblement de terre, précédé et accompagné d'un grondement souterrain plus ou moins fort, a été largement ressenti sur une quarantaine de kilomètres autour de l'épicentre localisé entre Doix, Montreuil, Fontaines, Maillezais et Fontenay Le Comte. Certains témoins, situés dans un périmètre de 10 kilomètre autour du foyer, ont même déclaré qu'ils avaient entendu une forte détonation.

- Pour le second qui a affecté la région de la Tarentaise, en Savoie, les mêmes signes sont explicités. Le tremblement de terre, précédé et accompagné d'un roulement souterrain comme le passage d'un camion à proximité, a, lui aussi, été ressenti modérément à faiblement par la population sur une quarantaine de kilomètres autour de l'épicentre localisé entre Saint François Longchamp, Valmorel et La Sauce et, tout autant, certains témoins, habitant Tours en Savoie, ont entendu un bruit de type explosif.

des interrogations se posent car leurs hypocentres identiques, 2 kilomètres de profondeur, sont sub-affleurants.


En effet, de tels témoignages devraient classifier des séismes de magnitude au moins égale ou supérieure à 5.0/5.5, d'Intensité IV, voire V, sur l'échelle de Mercalli modifiée et non d'intensité « feutre » comme déterminée par le Centre Sismologique Euro-Méditerranéen, CSEM, France :

- L'intensité IV décrit un tremblement de terre qui est ressenti à l'intérieur des constructions par de nombreuses personnes, à l'extérieur par quelques-unes. Des dormeurs légers sont réveillés la nuit. Seules les personnes ayant été éprouvées par un séisme important auparavant sont apeurées. Les vibrations perçues sont semblables à celles émises par le passage, tout près, d'un camion lourd. Les fenêtres, les portes, la vaisselle et la verrerie vibrent. Comme si un corps lourd avait heurté l'immeuble ou comme si un objet lourd était tombé dans la maison, les murs craquent, les objets suspendus se balancent vigoureusement, les liquides dans les contenants ouverts sont agités et les voitures en stationnement oscillent.

- La magnitude 4.0 à 4.9 génère des secousses notables d'objets à l'intérieur des maisons, des bruits d'entrechoquement et des dommages importants peu communs et la magnitude 5.0 à 5.9 peut causer, quant à elle, de légers dommages aux édifices bien construits et des dommages majeurs à des édifices mal conçus dans des zones restreintes.


En outre, trois types de séismes peuvent être déterminés :

Les séismes tectoniques, ou séismes naturels, de loin les plus courants, sont bien expliqués par la tectonique des plaques et sont dus au jeu d'une faille et à la rupture soudaine des roches. Ces séismes ont des foyers superficiels de 0 à 60 kilomètres, de profondeur en moyenne, de profondeur intermédiaire, de 60 à 300 kilomètres de profondeur, ou profonds, de 300 à 700 kilomètres. Tous ces séismes, d'origine tectonique, sont toujours suivis de répliques dont certaines sont souvent plus meurtrières que la secousse principale.

Dans cette catégorie, il se peut y rajouter les séismes d'implosion consécutifs à l'effondrement de cavités naturelles situées dans des strates de gypse ou dans les karsts calcaires, les poches de dissolution d'évaporites, les gouffres de quartzites précambriens, les cavités volcaniques, les grottes marines, ou à l'effondrement lié à un grand glissement de terrain. Ces séismes ont des foyers superficiels, de 0 à 10 kilomètres de profondeur

Les séismes volcaniques accompagnent les éruptions volcaniques et servent à la prévision des éruptions. Ils résultent de la fracturation des roches provoquée par l'intrusion de magma, au dégazage d'un volcan ou à l'oscillation propre du réservoir magmatique.

Exceptés les tirs nucléaires, les séismes artificiels, ou séismes induits, hypocentres sub-affleurants compris entre 0 et 3 à 5 kilomètres de profondeur, dus à certaines activités humaines telles que barrages, mise en eau d'un barrage, pompages profonds, exploitation de gaz ou de pétrole, extractions minières, tirs d'exploration sismique, tirs de mines et carrières, explosions souterraines, effondrements d'anciennes mines..., sont, généralement, de « petits » séismes de magnitude maximum ne dépassant pas 4.5.


Certes, en Vendée, à la limite du Massif Armoricain, les secousses sont fréquentes et des failles seraient actives. Elles correspondraient aux marges de terranes ou de microplaques précambriennes, l'Armorica, l'Avallonia et l'Ibérica, à l'origine de l’orogenèse hercynienne du Massif Armoricain, il y a 350 à 450 millions d’années, qui continueraient, par secteurs, soit à coulisser, soit à converger, soit à diverger.

Certes, la chaîne des Alpes bouge régulièrement et la faille bordière de Belledonne, longue d'une cinquantaine de kilomètres et passant près de Grenoble, remontant la vallée de l'Isère, et par Pontcharra, Montmélian, les Bauges, arrivant jusqu'à Albertville, reste très active.

Mais de là à expliquer la forte détonation afférente au séisme vendéen, et le bruit explosif perçu lors du tremblement de terre savoyard, la magnitude de 4.2 étant plus que modérée, cela paraît fort improbable d'autant que :

- Une manifestation similaire, non considérée comme séisme par la station de Lormes, dans la Nièvre, dépendant du CEA-DAM, bien qu'une magnitude équivalente à 4.0/4.3 ait pu en être déterminée, s'est produite le 29 Juin 2010, à 9 h 22, à Toulouse et dans toute la région toulousaine, le Gers et le Tarn. La déflagration a été forte, un bruit sec plutôt aigu, et a fait vibrer les vitres et le sol. Pour seule explication, il a été fait état d'un bang supersonique... fort étrange car le bruit a été entendu simultanément et instantanément en tous lieux concernés par le bruit de l'explosion.

- Un même phénomène, une magnitude équivalente à 3.9/4.1 ayant pu être déterminé, avait affecté la région de Rennes le 18 Mars 2010 à 11 h 39, à l'Est de Rennes vers Cesson Sévigné et de Bédée à Vitré, un phénomène de même non répertorié secousse séismique par le RéNaSS, le Réseau National de Surveillance Sismique.

- etc... etc...


Alors, séisme artificiel ? ou séisme naturel ?

La profondeur de l'hypocentre et les explosions entendues laissent à penser à deux séismes induits.

Mais de quelle nature ? La question est posée.... Les autorités y répondront-elles ?

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu