Avertir le modérateur

03 juillet 2015

Les complexes volcaniques Hakone et Fuji-san, proches d'une phase éruptive...

Les complexes volcaniques Hakone et Fuji-san, proches d'une phase éruptive...

Une étude complète de l'historique éruptif de ces deux édifices et les raisons tectoniques, autres que celles résultant du séisme du 11 Mars 2011 dit séisme de Tohoku, magnitude 9.0, de leur plausible entrée en éruption avant 2020 au plus tard... d'autant que plusieurs cônes adjacents au complexe Hakone sont déjà entrés en éruption et que les deux complexes volcaniques se localisent sur une même faille...

Pour en savoir plus, il vient de paraître :

Le Fuji-san.jpg

Le Fuji-san, volcan du Lotus hondoïen.
de Raymond Matabosch

Le Fuji-san, volcan du lotus hondoïen

  

ISBN : 9781326340254
Langue : Français
Pages ; 102
Reliure : Couverture : souple en dos carré collé
Impression intérieure : Noir & blanc

 

S'élevant à 3.776 mètres d'altitude au pic Shin-Fuji, l'iconique Fuji-san, cône volcanique quasi symétrique de trente kilomètres à sa base lui conférant un volume de 870 kilomètres cubes, aux pentes prononcées et régu-lières, - seule véritable irrégularité de ses pentes constituée par le cratère Hōeizan, approximativement à 2.300 mètres d'altitude -, couronné par un cratère de 500 à 700 mètres de diamètre pour une profondeur comprise entre 100 et 250 mètres, et point culminant du Japon, immortalisé par les « 36 vues du mont Fuji », - série de quarante-six estampes réalisées entre 1760 et 1849 -, de Katsushika Hokusa, les « cinquante-trois relais du Tôkaidô », d'Utagawa Kuniyoshi ou les superbes estampes d’Andô Hiroshige, et inscrit, sous le titre « Fuji-san, lieu sacré et source d'inspiration artistique », au Patrimoine mondial de l’Unesco, en Juin 2013. est, enneigé plusieurs mois par an, l'un des symboles majeurs de l'archipel nippon.

Situé sur la côte Sud de l'île de Honshū, à moins de 100 kilomètres au Sud-Ouest de l'agglomération de Tokyo, dont il est visible par temps clair, à cheval sur les préfectures de Shizuoka, au Sud, et de Yamanashi, au Nord, il se trouve à l'aplomb de la jonction triple, - région où trois plaques tectoniques se rejoignent -, entre la plaque Philippine et les micro-plaques Amour et Okhotsk. Suivant les récentes découvertes, le Fuji-san se dresserait à l'aplomb d'une jonction quadruple, entre la plaque Philippineet les micro-plaques Amour, Okhotsk et Kanto, - un fragment de plaque, d'une centaine de kilomètres de long et de 25 kilomètres d'épaisseur, qui se serait détaché, selon Shinji Toda, du Active Fault Resaerch Center à Tsukuba et ses collègues de l'United States Geological Survey, suite à la collision de deux chaînes de montagne sous-marines au niveau de la Fosse du Japon, à 200 kilomètres à l'Est de Tokyo, de la plaque Philippine, il y a 2 ou 3 millions d'années -.

[......................]

Le complexe volcanique Fuji-san, tout comme celui du volcan Hakone, sont de véritables cocottes minutes qui peuvent exploser dans des temps très proches, en toute chose avant 2020, l'éruption du volcan Hakone précédant celle du volcan Fuji-san.

21:19 Écrit par catalan66270 dans Mes livres publiés | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : volcan, éruption, hakone, fuji-san, mont fuji, japon | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

09 mai 2015

Le volcan Hakone, au Japon, en état pré-éruptif... Des évacuations...

Volcan Hakone, au Japon, état pré-éruptif...

Des évacuations...


Le quotidien russe "gorets-media.ru", a annoncé le Jeudi 7 mai 2015 : "Volcan Hakone, peur sur le Japon, les autorités nippones ont intimé une évacuation d'urgence des personnes..."

Suivant ce quotidien

Les autorités japonaises, élevant le niveau d'alerte volcan au Niveau 2, ont annoncé la complète évacuation des personnes du plateau Ovakudani, ce qui a concerné, en particulier, l'évacuation de touristes. Le volcan Hakone fait partie du parc national de Fuji-Hakone-Izu.. Le lac de soufre est rentré en ébullition et a atteint une température d' une centaine de degrés Celsius, une température qui peut se propager dans toute la vallée....

Cette élévation de la température, dans le lac de soufre, est concomitante avec un essaim sismique d'origine volcanique dont les épicentres sont de plus en plus proche de la surface, qui a débuté début avvril et dont le nombre d'évents est en constatnte augmentation. Des experts de l'Université de Kyoto croient que le volcan Hakone peut rentrer en éruption au cours des prochains jours prochains jours et au plus dans le laps de temps d'une quinzaine de jours.

Selon "RIA Novosti", un autre quotidien russe, les sismologues ont enregistré, du 26 Avril au 4 mai, 790 séismes d'origine volcanique, de magnitude maximum 2,6. Mais le Mardi 2 Mai plusieurs secousses ont été ressenties par la population.

La dernière éruption du volcan, d'origine phrétomagmatique, s'est produite en 1170...

Lac Ashi et en arrière plan, le Mt Fuji.JPG

 Et dans le cadre de mes livres de vulgarisation sur les volcans, mon prochain "Le Fuji-san, volcan du Lotus hondoïen." est sous presse et tout un chapitre est consacré au volcan hakone avec l'interrogation finale;;; Si le volcan hakone rentre en éruption, ne déclenchera-t-il pas, possédant une même chambre magmatique profonde, une éruption au Mont Fuji, d'autant que le Mont Fuji, le volcan Hakone et le volcan Ashikamaya font parti du même complexe volcanique..

Première de couverture.jpg

Les deux premières pages du chapitre consacré au volcan Hakone

 

le volcan hakone texte.jpg


 

16 avril 2011

Japon 11 avril 2011, séisme de magnitude 6,7: annonce du Big-One ?

Le 11 avril 2011, à 8h16 Temps Universel, 17h16 heure locale, un fort séisme a été induit par le rééquilibrage des contraintes au sein des plaques tectoniques affectées par le puissant tremblement de terre du 11 mars 2011. La secousse principale a été évaluée à une magnitude du moment (Mw) de 6.7 par le Centre Séismologique euro-méditerranéen. Parallèlement, l'United States Geological Survey (USGS), après l'avoir initialement annoncée à 7.1, l'a déterminée à une magnitude locale (ML) de 6.6 sur l'échelle ouverte de Richter. Son intensité au foyer, sur l'échelle de Medvedev-Sponheuer-Karnik (MSK), a été estimée à IX. Douze répliques, de magnitude supérieure à 5.1, dont deux de magnitude supérieure à 6.0 et d'hypocentre égal ou inférieur à 10 kilomètres de profondeur, se sont produites au cours des premières 24 heures.

Son épicentre, latitude 37.007° N, longitude 140.477° E, se situe à 16 kilomètres au sud d'Ishikawa, à 36 kilomètres à l'ouest d'Iwaki, à 44 kilomètres au sud-sud-est de Koriyama, à 71 kilomètres au nord de Mito, à 80 kilomètres au sud-est de la centrale nucléaire endommagée de Fukushima et à 161 kilomètres au nord-nord-est de Tokyo, capitale du Japon. Son hypocentre est localisé à 10 kilomètres de profondeur +/- 3.6 kilomètre pour l'USGS et à 20 kilomètres de profondeur pour le CESM.

Une vigilance tsunami a été initiée mais vite levée car aucune vague anormale n’a été observée. Au différent, une alerte pertes économiques au moins égales à 1% du PIB du Japon a été lancée. Elle prévoit une catastrophe d'ampleur régionale qui devrait générer de probables dommages importants et de possibles victimes. La violence de la secousse séismique a fait tremblé les immeubles de Tokyo et a été ressentie près d'Iwaki, dans la préfecture de Fukushima.

 

La suite sur Suite 101

18 juin 2010

Les îles Kouriles frappées par un séisme de magnitude 5.9, le 18 Juin 2010.

Le 18 Juin 2010, à 02 h 23 Temps Universel, 14 h 23 Heure locale, un séisme sous-marin, de magnitude 5.9, à frappé au large de la côte Sud de l'île volcanique Iturup/Etoruf, en surplomb de la fosse Kouriles-Kamchatka. Son épicentre, localisé latitude 44.533° Nord et longitude 148.634° Est, à la côte -523 mètres, se trouve à 79 kilomètres au Sud de Sentyabrskiy, à 100 kilomètres au Sud-Est de Kuril'sk, à 284 kilomètres à l'Est-Nord-Est de Nemuro, à 385 kilomètres à l'Est-Nord-Est de Kushiro, et à 475 kilomètres à l'Est-Nord-Est d'Obihiro. Son hypocentre se localise à 48,1 kilomètres de profondeur.

La secousse principale a été suivie, 8 minutes plus tard, d'une réplique de magnitude 4.0, d'hypocentre similaire, 50 kilomètres de profondeur, et son épicentre a été localisé, dans le même secteur marin, latitude 44.38° Nord et longitude 148.71° Est.

Une alerte tsunami a été lancée mais elle a été vite suspendue.

Les îles Kouriles, rattachées à l'oblast de Sakhaline, administrées par la Russie mais dont les Kouriles Méridionales sont revendiquées par le Japon sous le nom de Territoire du Nord, sont un archipel d'îles volcaniques s'étendant, sur environ 1.300 kilomètres, de l'extrême Nord-Est d'Hokkaido, Japon, à la pointe Sud de la péninsule du Kamchatka, Russie. Elles séparent la mer d'Okhotsk, à l'Ouest, de l'Océan Pacifique, à l'Est. La chaîne se compose de 22 îles principales, la plupart ayant une activité volcanique, de 36 petits îlots et d'une kyrielle de petits rochers, pour une superficie totale de 15.600 kilomètres carrés.

Ces îles font partie de l'arc volcanique Kouriles-Kamchatka et sont implantées sur l'anneau tectonico-vulcanien cerclant l'Océan Pacifique, le « Ring of Fire » ou « Cercle de Feu du Pacifique. » Elles sont les parties sommitales émergées de strato-volcans sous marins résultant de la subduction de la plaque Nord-Pacifique sous celle d'Okhotsk, une subduction formant la fosse Kouriles-Kamchatka se situant à quelques 200 kilomètres à l'Est de la chaîne îléenne qui compte environ 100 volcans, dont 40 sont actifs, de nombreuses sources chaudes et des sites fumerolliens.

L'activité sismique, de forte intensité et de magnitude majeure, y est fréquente. En 1963, un séisme de magnitude 8.5 et le 15 Novembre 2006, un de magnitude 8.3, y sont enregistrés, l'un et l'autre entraînant des tsunami avec des vagues de plus de 1;5 mètre de haut qui ont atteint les côtes de la Californie.

L'île Iturup-Etorofu-to, situé près de l'extrémité Sud de la chaîne Chishima, entre l'île Kunashiri, à 19 kilomètres au Sud-Ouest, et l'île Urup, à 37 km au Nord-Est, est la plus grande des îles des Kouriles Méridionales et elle est, aussi, la plus septentrionale de ces îles. D'une longueur de 200 kilomètres pour une largeur de 27,07 kilomètres, elle couvre un espace de 3.139 kilomètres carrés. Massif volcanique, une série d'une douzaine de volcans actifs, sur un axe Nord-Est/Sud-Ouest forment son épine dorsale de l'île, le Stokap , le plus élevé d'entre eux, dans la partie centrale, culminant à 1.634 mètres.

Le Kurils-Kamchatka-Trench, la fosse Kouriles-Kamchatka, une fosse océanique, de 10.542 mètres de profondeur maximum, s'étend depuis la triple jonction, fosse Kouriles-Kamchatka, faille Ulakhan et fosse des Aléoutiennes, au Nord, jusqu'à la Fosse du Japon au Sud. Parallèlement, à la formation de la zone de subduction qui a créé l'arc insulaire volcanique des îles Kouriles ainsi que celui du Kamchatka, la fosse a pris naissance à la fin du Crétacé. De nos jours, la plaque du Pacifique est en cours de subduction sous la plaque d'Okhotsk, lithosphère continentale et océanique, le long de la tranchée, à la vitesse de 9,5 centimètres par an, ce qui entraîne un volcanisme maximal, violent et paroxysmique et une intense sismicité.

26 mai 2010

Séisme sous-marin destructeur générant un tsunami frappant les côtes de l'archipel japonais Daito et l'île Okinawa

26 Mai 2010 à 08 h 53 Temps Universel, 17 h 53 heure locale à l'épicentre, un séisme sous marin de magnitude 6.4 a frappé à moins de 100 kilomètres au large de la côte Ouest-Sud-Ouest de l'Île japonaise de Minami Daito, la plus grande des îles Daito situé dans le district Shimajiri, Okinawa, dans la Mer des Philippines. Son épicentre, latitude 25.81° Nord et longitude 129.97° Est, se trouve à 101 kilomètres à l'Ouest-Sud-Ouest de Nishi, à 104 kilomètres l'Ouest-Sud-Ouest de Minadaito village, à 105 kilomètres à l'Ouest-Sud-Ouest de Kita, à 216 kilomètres au Sud-Est de Nago, à 226 kilomètres à l'Est d'Okinawa, à 235 kilomètres à l'Est de Naha, à 600 kilomètres à l'Est-Nord-Est de Ishigaki-jima et à 645 kilomètres au Sud de Kagoshima. Pour l'USGS, son hypocentre se situe à 10 kilomètres de profondeur mais pour le Centre Sismologique Euro-Méditerranéen, le CSEM, le séisme serait sub-affleurant et son foyer ne serait qu'à 2 kilomètres de profondeur.

Ce tremblement de terre de forte magnitude et de forte intensité, VIII sur l'échelle Medvedev-Sponheuer-Karnik, aussi appelée échelle MSK, fait suite à une crise sismique dont 5 secousses ont des magnitudes égales ou supérieures à 4,7 :

16 Mai 2010, magnitude 4.7, hypocentre 30 kilomètres de profondeur

16 Mai 2010, magnitude 5.3, hypocentre 28 kilomètres de profondeur

16 Mai 2010, magnitude 4.8, hypocentre 70 kilomètres de profondeur

16 Mai 2010, magnitude 4.7, hypocentre 40 kilomètres de profondeur

20 Mai 2010, magnitude 4.8, hypocentre 2 kilomètres de profondeur.

La secousse principale a été suivie, à 11 h 51 Temps Universel, 20 h 51 heure à l'épicentre, localisée latitude 25.75° Nord, longitude 130.11° Est, d'une réplique de magnitude 5.0 sur l'échelle ouverte de Richter.

L'Île est dans la zone subtropicale et, comme ses îles sœurs, Kita Daito et Oki Daito, elle a été formée à partir de récifs coralliens.

Le tremblement de terre s'est produit au cœur même de la Fosse de Ryukyu ou Fosse Nansei-Shoto, 1.200 kilomètres de longueur, profondeur maximale 7.460 mètres. Cette fosse se situe près de l’archipel des Ryukyu, se prolonge jusqu'à Taïwan et marque la frontière entre les plaques philippine et eurasiatique.

Le tsunami déclenché par le séisme a causé de nombreux dégâts et de probables victimes sur les îles de l'archipel corallien Daito

26 avril 2010

26 Avril 2010, un séisme sous marin de magnitude 6.5 frappe au Sud-Est de Taïwan.

26 Avril 2010, 02 h 59 Temps Universel, 11 h 59 Heure locale, un séisme sous marin de forte magnitude d'énergie, - ou du moment -, 6.5, au large de la côte Sud-Est de Taïwan. Son épicentre se situe à 233 km au Sud d'Ishigaki et à 278 km à l'Est de Taitung, et son hypocentre, latitude 22.27° Nord, longitude 123.79° Est, se localise à 2 kilomètres de profondeur dans un haut fond de -5.580 mètres.

Ce séisme a été précédé de deux secousses précurseur,

- l'une, le 25 Avril 2010, 20 h 43 Temps Universel, 05 h 43 Heure locale le 26 Avril 2010, un séisme sous marin de magnitude 4.9 sur l'échelle ouverte de Richter, au large de la côte Sud-Ouest de l'Île japonaise d'Irabu. Son épicentre se situe à 24 km à l'Ouest d'Hirara et à 310 km au Sud-Ouest de Naha, et son hypocentre, latitude 24.78° Nord, longitude 125.05° Est, se localise à 60 kilomètres de profondeur

- l'autre le 25 Avril 2010, 11 h 14 Temps Universel, 20 h 14 Heure locale, un séisme sous marin de magnitude 4.8 sur l'échelle ouverte de Richter, au large de la côte Sud-Est de Taïwan. Son épicentre se situe à 89 km au Sud-Est de Taitung et à 117 km au Sud-Est Kuansha, et son hypocentre, latitude 22.08° Nord, longitude 121.60° Est, se localise à 10 kilomètres de profondeur

De nombreuses répliques se sont ensuite succédées dont une à 04 h 09 Temps Universel, 13 h 09 Heure locale, une secousse sous marine de magnitude locale 4.8 sur l'échelle ouverte de Richter, au large de la côte Sud-Est de Taïwan. Son épicentre se situe à 236 km au Sud d'Ishigaki et à 273 km à l'Est de Taitung, et son hypocentre, latitude 22.27° Nord, longitude 123.72° Est, se localise à 2 kilomètres de profondeur dans un haut fond de -5.560 mètres.

En regard de la faible profondeur de son foyer, 2 kilomètres, sous un haut fond de plus de 5,500 mètres, le séisme à déclenché un tsunami local. En absence de toute information émanant des autorités locales, il est impossible de connaître s'il y a eu des dégâts et des atteintes à la population.

Taïwan est une zone clé, un point singulier où les plaques s’affrontent et se déchirent, où les déformations sont parmi les plus rapides du monde, tant sur terre qu’en mer, où enfin les risques naturels sont maximums et affectent une région à très haute densité de population.

Installée sur le prisme d’accrétion crustal et la fosse de subduction des Ryukyu, une zone de très forte déformation bordant la plaque philippine subductante sous la plaque eurasienne chevauchante, l’île subit un raccourcissement de 8 centimètres et un soulèvement orogénique qui peut atteindre 3 centimètres par an, en équilibre avec une érosion intense.

La chaîne centrale atteint 4.000 mètres avec des pentes très raides, une végétation dense et une forte altération des terrains. Favorisés par les pluies tropicales, l’équilibre précaire et les secousses sismiques, les glissements s’avèrent parfois catastrophiques. Les séismes sont très fréquents, quoique souvent modérés, une partie des mouvements se faisant par glissement asismique, de type creep. Toutefois, le Séisme de Chichi, de magnitude 7,6 dans une zone surpeuplée avait fait 2.500 morts et 5.000 blessés en 1999.

La terminaison Nord de l’île où le régime distensif se traduit par le rift Okinawa à ouverture rapide, est le siège d’une intense activité sismique limitée à la région avant-arc des Ryukyu se situant à quelques dizaines de kilomètres seulement des côtes japonaises et taïwanaises. Taipei, la capitale est bâtie sur un bassin alluvionnaire contrôlé par des failles normales dans lequel l’effet de site et les fréquentes inondations renforcent le caractère dévastateur des seïsmes. La région a déjà subi plusieurs séismes historiques comme celui du 5 Juin 1920 de magnitude au moins égale à 8, ou plus récemment, celui du 31 Mars 2002 de magnitude 7.1.

Si le Japon s'attend à un séisme majeur près de l'extrémité nord de la zone de subduction des Ryukyu, lieu d'affrontement entre les plaque philippine et eurasienne, lieu souvent générateur de chaînes de montagnes en croissance et donc de glissements de terrains. Cette zone de subduction qui permet à la plaque Philippine de s'enfoncer sous la plaque Eurasiatique s'étend sur plus de 2.000 kilomètres et vient buter contre l'île de Taiwan plus au sud. La sismicité y est intense et il ne peut être qu'envisagé le risque qu'un séisme de magnitude égale ou supérieure à 8.5/9.0 ne survienne dans un temps plus ou moins proche car les caractéristiques de cette subduction, en lacune sismique aux abords de Taïwan, rappellent, en plusieurs points celles de Sumatra.

Sources : D'après Géosciences, Juin 2007, pour l'étude sismologique de la région de Taïwan.

10:46 Écrit par catalan66270 dans Sciences : Tectonique des plaques. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : séisme, tremblement de terre, tsunami, raz de marée, taïwan, japon | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

14 mars 2010

Un séisme de forte intensité, magnitude 6.6, au large de Honshu, Japon : Crainte de tsunami.

Après deux fortes alertes sismiques, l'une le 12 Mars 2010 à 17 h 32 Temps Universel, Magnitude 5.8 au large de la Côte Orientale et le 13 Mars 2010 à 12 h 46 Temps Universel, Magnitude 5.6, au large de la Côte Orientale, un séisme de Magnitude 6,6, toujours au large de sa Côte orientale, ce 14 mars 2010, à 08 h 08 Temps Universel, 17 h 08 heure locale, faisant, entre autres, trembler les immeubles à Tokyo pendant plusieurs secondes, vient de frapper l'île de Honshū, au Japon

Honshū, autrefois appelée Hondō, est la plus grande île du Japon sur laquelle se trouvent, entre autres, les villes de Tōkyō, Ōsaka, Kyōto, Hiroshima,Yokohama, Nara et Nagoya. En superficie, c'est la septième plus grande île du monde et la deuxième plus peuplée après l'île de Java. Elle s'étire, en longueur, sur plus de 1.290 kilomètres, sa largeur varie entre 50 et 240 kilomètres, pour une surface de 230.510 kilomètres carrés représentant, environ, 60 % de la surface totale du Japon. Montagneuse et volcanique, Honshū est souvent sujette à des tremblements de terre provoquant parfois la mort de milliers de personnes. Le point culminant de cette île est le Mont Fuji, volcan actif culminant à 3.776 mètres

Le Japon est situé dans une zone de subduction de 4 plaques tectoniques, - Pacifique, Nord-américaine, des Philippines et Eurasiatique -, de nombreux volcans, comme le Mont Unzen, - d'auguste mémoire, les époux Krafft, Harry Glicken, vulcanologues et 40 autres personnes y ayant perdu la vie le 3 Juin 1991 -, sur l’île de Kyūshū, sont actifs.

Des milliers de secousses telluriques, d’intensité variable de 4 à 7,3 sur l"échelle de Richter, sont ressenties dans le Japon tout entier chaque année. Par ailleurs, les puissants et ravageurs tremblements du plancher sous-marin génèrent des raz-de-marée, ou tsunamis.

L'épicentre du séisme, localisé 37.780° Nord et 141.562° Est, se trouve à 80 kilomètres au Sud-Est de Sendai, à 95 kilomètres à l'Est de Fukushima, à 100 kilomètres au Nord-Est d'Iwaki et à 285 kilomètres au Nord-Est de Tokyo, la Capitale du Japon. Son hypocentre se localise, en milieu océanique, à 39 kilomètres de profondeur.

Ce séisme se situe près des fosses océaniques : fosse du Japon dans l'océan Pacifique à l'est de Honshū, sa profondeur atteignant 9.500 mètres, et la fosse d'Izu Bonin ou fosse d'Izu Ogasawara, profondeur maximale 9.780 mètres.

 

Une alerte tsunami a été lancée.


Historique des séismes proches de Honshū :


27 Septembre 1611 Magnitude 6.9 Honshū oriental, Japon.

18 Octobre 1644 Magnitude 6.5 Honshū oriental, Japon.

21 Avril 1659 Magnitude 6.9 Honshū oriental, Japon.

10 Juillet 1804 Magnitude 7.0 Honshū oriental, Japon.

07 Décembre 1833 Magnitude 7.7 Côte Ouest de Honshū, Japon.

20 Juillet 1835 Magnitude 7.0 Côte Est de Honshū, Japon.

22 Octobre 1894 Magnitude 7.0 Côte Ouest de Honshū, Japon.

31 Août 1896 Magnitude 7.2 Honshū oriental, Japon.

15 Mars 1914 Magnitude 7.1 Honshū oriental, Japon.

12 Juin 1978 Magnitude 7.4 Côte Est de Honshū, Japon.

26 février 2010

Séisme de magnitude 7, au Japon

Il y a 1 heure

Magnitude 7.0

Ce jour 26 février 2010, 20:31:26 Temps Universel

25.965°N, 128.443°E

Hypocentre : 22 km

sur l'ïle de Ryukyu Japon

à 81 km de Naha, Okinawa, Japon

Probable tsunami car épicentre à 80 km des côtes....

En attente d'information supplémentaires

22:55 Écrit par catalan66270 dans Sciences : Tectonique des plaques. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : séisme, japon, ïle-de-ryukyu | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu