Avertir le modérateur

02 décembre 2010

El Voló, le Boulou, au carrefour des civilisations.

Le territoire municipal de Le Boulou, 14,42 kilomètres carrés de superficie, se situe dans la basse vallée du Tech, dans la zone de contact entre la Plaine roussillonnaise, le Moyen Vallespir et les Albères. Il est limitrophe avec Passa au nord-ouest, Tresserre au Nord-Est, Montesquieu de l'Albère à l'Est, Maureillas au Sud-Ouest, Les Cluses au Sud et Saint Jean Pla-de-Cors, - ou Saint Jean de Pagès -, à l'ouest.

 

Le territoire comprend quatre espaces paysagers.


Au midi, le secteur des Monts de l'Albère encadré, à tramontane, par la rivière de la Rome, et, au levant, par celle de Vallmorena, toutes deux affluents du Tech. Il s'étend depuis la faille Nord-est/sud-ouest de Vivés dont il en constitue le bord externe jusqu'au Pic d'Estelle, 377 mètres, borne naturelle avec Maureillas, les Cluses et Montesquieu. Sur ces hauteurs s'y localisent les ruines de l'ancien vilar de Molars et le Mas encore flanqué de son antique église paroissiale dédicacée à Sainte Marguerite, du VIII°/IX° siècle. Mais, dénaturant le site, tout en étant un habitat de qualité mais épars, s'expurge des lieux une conquête glorieuse de l'urbanisation non maîtrisée et irraisonnée, les verrues immobilières du lotissement des Chartreuses. Et c'est le long de cette faille que sourdent les sources thermales des Bains du Boulou connues depuis le IX° siècle.

Le terroir de la vallée du Tech se caractérise en une terrasse Miocène et Pliocène, - un plat pays portant loin sur l'horizon -, re­présentative du comblement de l'ancien golfe de Bouleternère, - dit aussi de Roussillon -. Sur son flanc méridional s'y sont implantées les infrastructures de la station thermale, - depuis le XVIII° siècle -, d'une usine d'embouteillage des eaux naturelles très minéralisées servant essentiellement à des usages médicaux, d'un casino et d'un hôtel.

À son septentrion - le bourg et les installations auto-portuaires s'y nichant -, le bassin bolonencq s'ouvre sur la riche plaine arboricole et viticole illiberrienne. En ces lieux dominés par les collines du Pla del Rey rendu célèbre par une bataille, en 1794, soldée par une victoire française sur l'armée espagnole, un glacis donne, lors, passage sur des replats datés du pliocène tailladés et lacérés, en bandes de terres étroites, par les torrents, tel le torrent du Renard. Très viticole, ces terres offrent des vins de très haute qualité labellisés « A.O.C. Côtes du Roussillon. »

En son milieu s'étend le large lit majeur du Tech, de plus d'un kilomètre, et le fleuve impétueux, lors des crues, se prélasse en de grands méandres. Quelques arpents de basses terres, - les Hortes del Bosc, les Parets, el Molí Nou -, morcelés en jardins sont vulnérable aux trombes d'eau qui déferlent lors des aïguats dont celui de 1940, le plus mémorable et toujours ancré dans la mémoire des anciens...


Le Boulou, antique et présent, un nœud routier.


La territoire municipal s'ordonnance autour du bourg de Le Boulou et s'enorgueillit de son nucléus thermal et touristique des Bains, son ancien vilar de Molars et son église et, complémentaires à sa fonction antique de nœud de communications, son centre douanier, son péage autoroutier et son autoport.

Antiquement situé en bordure de l'ancienne Via Domitia ve­nant, par Villeneuve de la Raho, Bages, Banyuls dels Aspres, de Ruscino et se dirigeant sur le col de Panissars et l'Espagne, tout proche du lieu dit Les Trompettes, non loin d'Ad Centuriones, où croisaient les voies intérieures de la Vallespiriana et la Via menant à Illiberris, - Elne -, à Caucho liberi, - Collioure -, et à Portus Veneris, -Port Vendres -. Présentement, Le Boulou est traversé par la route Nationale 9 menant, depuis Narbonne et Perpignan, à Barcelone, par le Col du Perthus, et il est longé par l'autoroute A9 « La Catalana » ouvrant, par un péage, sur l'autoport.


Le Boulou, carrefour au cœur des Abères-Vallespir.


Nœud routier à ses origines, le Boulou en conserve son fidèle schéma. Remontant l'axe du Tech rive droite, filant sur l'ouest, la Départementale 115 permet d'accèder, par Amélie les Bains, Céret et Arles Sur Tech à Prats de Mollo et le col d'Ares. Et toutes voiles claquant sous la tramontane, elle redescend, rive gauche, le fleuve pour aller s'enivrer, doublant Saint Genis des Fontaines, Sorède et Argelés, des senteurs iodées de la Côte Vermeille. En oublierait-on le cheval de fer ? Que nenni ! Une voie de chemin de fer, Perpignan-Elne-Céret, uniquement pour le fret marchandise, - la ligne voyageur étant fermée depuis des décennies -, dessert l'autoport de le Boulou.

 

Publié le 28 Octobre 2010 sur :

C4N - Le premier site francophone du journalisme citoyen rémunéré !

08 juillet 2010

Montagnes et vallées comtales. Patrimoine et traditions.

Entre les plages aux sables blonds et les côtes de schistes noirs des rives méditerranéennes et les pics acérés des Pyrénées, trois vallées, terres de contrastes, de révolte et de résistance entre tradition et modernité, au sortir du bassin roussillonnais, se partagent le territoire des Pyrénées Orientales.

A quelques lieues de Perpignan, en pentes régulières bien qu'imperceptibles, inéluctablement la plaine s'effiloche et s'éloigne. La terre commence à prendre de la personnalité, de la rigueur et du relief. Engrossant les vignes offertes aux rayons du soleil, l'Agly et le Fenouillèdes, les courbes, aux teintes calcaires, se vêtent de rocailles et d'aridité. A peine un peu plus loin, grès, schistes et granites la parant, s'habillant de vert intense et se rafraîchissant aux berges de petits ruisseaux serpentant le long des chemins pour arroser les champs de pêchers, d'abricotiers et de pommiers, le Conflent, elle se métamorphose. Plus loin encore, le Vallespir, elle est feuillue et mystérieuse, drapée de cerisiers, de chênes lièges et d'histoires étranges...

Alors, le regard, avide d'apprendre et de connaître, peut embrasser les cimes montagneuses des Puigmal, du Carlit, des Madres, du Bugarach, de la Roca Colom, du Roc de Frausa et de l'emblématique Canigou.


La vallée de l'Agly.


Avant que la forêt profonde n'annonce la montagne, l'Agly Fenouillèdes fait étalage de son charme un peu sauvage et, au détour du vallon, la garrigue aux essences méditerranéennes et la fleur de rocaille cèdent leur place à la vigne offerte au soleil et à la Tramontane.

Aux portes de Tautavel, dans la Caune de l'Arago datée de 450 à 700.000 ans, l'homme, « Homo érectus tautavellensis », a laissé son empreinte.

Frontière naturelle avec l'Aude voisine, les Corbières, fières et arides, dressent, sur leurs pitons rocheux, les arrogantes citadelles du vertige telle celle de Quéribus. De son sommet, le château de Peyrepertuse et les forteresses d'Aguilar et de Puilaurens qui furent le théatre de résistance, de sièges, d'assauts et de massacres, se profilent à l'horizon.

Que quelques pas en quittant Saint-Paul-de-Fenouillet et la formidable faille des gorges de Galamus garde, jalousement en son sein, l'ermitage Saint-Antoine fréquenté depuis le VII° siècle.

Rivesaltes, Maury, Rasiguères, Caramany..., des noms chantant le plaisir des papilles et accompagnant les grillades des soirs d'été, ici, les vignobles produisent des vins ensoleillés et gouleyants.


Le Conflent.


De Rodés aux portes de la Cerdagne et du Capcir, des derniers vergers aux premières cimes acérées des montagnes, le Con-flent suit la vallée de la Têt et celles de ses affluents.

Eus, érigé en pyramide sur son promontoire tapissé d'oliviers, tout comme Evol, patrie de Ludovic Massé, et Mosset, est l'un des « plus beaux villages de France. » Lors vient Prades et son église Saint-Pierre, de facture baroque, du XVII° siècle, abritant un merveilleux retable de Joseph Sunyer. Non loin se profile l'abbaye de Saint-Michel-de-Cuixà qui exerça, longtemps, une influence religieuse et culturelle bien au-delà de la Catalogne.

Tout comme la cité fortifiée de Mont-Louis, bastionnée par Vauban, classée en 2008 au Patrimoine Mondial de l'Unesco, Villefranche de Conflent, est une place forte fondée en 1090. Au-dessus de la ville, le Fort Libéria veille sur l'emblématique Petit Train Jaune, gaillard malgré les années, qui assure la liaison ferroviaire avec Latour-de-Carol.

Réserve naturelle de Nyer... bains d'eaux chaudes, en pleine nature, d'Olette, de Canaveilles, de Prats Balaguer... grottes mystérieuses des Canalettes et d'En Gorner...C'est aussi tout cela, le Conflent !


Le Vallespir.


Au différent de ses deux sœurs fluviales, le Vallespir est bien mystérieux...

La légende du pont du Diable, à Céret... La Sainte-Tombe, dans l'abbatiale Sainte-Marie d'Arles-sur-Tech, se remplissant « d'eau miraculeuse » de façon inexpliquée... Et la fête de l'ours qui met en scène dans les rues de Prats de Mollo et de Saint laurent de Cerdan un homme-animal traqué par des « chasseurs-barbiers »... Et les cerises qui sont, dès la fin du mois d'Avril, les premières de France, le chêne-liège les tissages catalans et les espadrilles aux longs lacets, amies de la Sardane, fabriquées à Lamanère... Pour ces énigmatiques terres verdoyantes, adossées aux Albères, Picasso, Matisse, Chagall, Soutine, Pierre Brune... en tombant sous le charme de leur lumière et de leurs couleurs, n'hésitèrent pas à investir Céret...


Pyrénées Orientales, terre mythique et mystique.


Entre terre, mer, soleil et montagne, sous l'aile protectrice du géant catalan, fascinante montagne, citadelle avancée des Pyrénées et vieux berger des ans encapuchonné d'ouates hiémales, le Massif du Canigou, il y a aussi les hommes, leur savoir-faire, leur patrimoine, leur terroir… qu'ils savent offrir en partage.


"Voyage en terres comtales". 2009

En cours de publication aux Etats Unis.

Auteur : Raymond Matabosch.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu