Avertir le modérateur

31 décembre 2010

Réal en Capcir, un village endormi en bord d'Aude.

Municipalité du Capcir, s'étendant en la partie basse de la vallée, depuis les versants sud-occidentaux du Massif de Madres et son Pic de l'Ós, - le Pic de l'Ours culminant à 2.341 mètres d'altitude -, au col de Censà, limite avec le Conflent, jusqu'aux rives du fleuve Aude, limite occidentale du territoire, qui en ce lieu donne vie au lac artificiel et au barrage de Puyvalador, le territoire communal de Réal, - ou Ral -, au milieu des herbages et des champs de céréales et de pommes de terre, est un espace de tranquillité à proximité de l’effervescence Capcinoise.


Les versants montagneux y sont boisés et la zone cultivée, essentiellement des près et des pâturages où paissent chevaux et bovins, est restreinte. Les activités touristiques ont peu impacté la localité qui subit, de la sorte, un fort pourcentage de dépeuplement. Le village, implanté à 1.509 mètres d'altitude, sur la berge droite de l'Aude, se dore au soleil face à la confluence avec la rivière Lladura, et son hameau, Odelló, du haut de son oppidum, veille sur les destinées de la retenue.


Topographie ancienne de Réal


En 1087, Guillaume, archidiacre, et Guillaume Udalgar font donation, à Guillaume, Comte de Cerdagne, de la villa de Réal qui est située en Comté de Cerdagne dans l'archevêché de Narbonne et dans la montagne qu'on appelle Capcir. A cette date, les délimitations en étaient : à l'Est, le col de Berga Stultos et de Campser, au Midi, Vila Nova, à l'Ouest Formiguera et, au Nord, Riutort et la barraque de Querramat. Querramat, le rocher en forme de branche qui n'a laissé qu'un lieu-dit rattaché, de nos jours, à Puyvalador, était dépendance, en 1011, du Vilar d'Odeillo lequel appartenait à l'Abbaye de Saint Michel de Cuxà.


Origine du toponyme Réal.


Le toponyme « Regaliis » apparaît, pour première mention, dans l'acte de concession, en l'an 893, du lieu que l'ont appelait « Mons Regaliis » situé dans la « villa mancipante de Sancti Romanii de Regaliis » fait à Guillaume Prat, par les frères Acfredo et Oliba II, Comtes du Carcassés-Razés.

Il se conçoit, pour ce toponyme, soit un substantif latin usité par Cicéron et Virgile, se traduisant, en français, par royal, de roi, pouvoir royal ou royauté, d'une part, et, d'autre part, d'après Cassiodorus, dans son « Historiae ecclesiastiae », signifiant résidence d'un roi ou palais : soit une altération de « Regales », concernant les membres d'une corporation de Formies, ville des Volques.

Antérieurement à la domination romaine en Capcir, vivait un peuple indo-européen, de souche Celte-Ibère. La région avait été, de plus, occupée par une peuplade la Narbonnaise, les Volques Arécomiques. De cette période subsistent les toponymes, La Lladura, - ou Rivière de Formiguères -, Sposolla, Formiguera, etc...

Aussi, « Mons Regaliis » étant mentionné dans un acte de 893, soit 300 ans avant que le Comte-Roi catalano-aragonais, Alphonse I, ne bâtit le château de Mont Royal, à Puig Balador, -Puyvalador -, il ne peut que s'admettre que « Regaliis » n'a pas la signification latine de royal, de roi, pouvoir royal ou royauté, et, qu'au demeurant, sa racine se rattache, plus sûrement, aux Celtes-Ibères ou aux Volques arécomiques.

En conclusion, il paraît plausible que Réal soit le lieu où s'installèrent des dignitaires ou des chefs Celtes-Ibères ou Volques arécomiques.


Réal, un village endormi en bord d'Aude.


Des ruelles, un nucléus..., le chaland, s'il ne pose son regard sur les marques d'architecture, ne s'arrêtera pas et passera son chemin. Mais c'est dans les pierres que l'histoire et la vie du village s'inscrit. Là, sur une butte, des substructions ruinées d'un château aujourd'hui disparu, plus loin, gravé dans des blocs de granit de remploi, à l'angle de portes cochères, une croix occitane et des signes distincts tels une colombe et un pentagramme d'une présence cathare, et les bribes d'un vieux « molí fariner », - moulin à farine -, aux maisons, les volets Vauban, une source d'eau minérale d'une fraîcheur exquise... et, pour l'œil averti, une kyrielle de petits détails architecturaux qui font le charme d'une visite approfondie...

Et, déçu de n'avoir rien vu, le dilettante blasé en oubliera, se dressant fièrement, à l'extérieur du village, au-dessus du plan d'eau, pourtant reconnaissable par son clocher-mur, à des lieues à la ronde, depuis tout le plateau du Capcir, l’église à nef unique couverte en berceau brisé, du XI° Siècle et remaniée au XVII°, en moellons de schiste non équarris, de Saint Romain et son cimetière attenant. L'édifice religieux garde, sur sa face Sud, les classiques arcatures et des lésènes lombardes, et une toute petite fenêtre absidale de la même époque. En son intérieur, des fresques datent du XVI° Siècle.

 

Il ne poussera pas le portail grinçant de la nécropole réalaise et n'y découvrira pas, en son centre, la croix en fer forgé qui y trône. Elle marque la dernière demeure d'un Maréchal d'Empire : Pierre Boucabeille. Étrange histoire que la sienne car elle a été ferronnée et gravée à son nom, l'année 1790, par le défunt lui-même, 12 ans avant son propre décès.

Il ne portera pas, non plus, ses pas sur la route panoramique qui se termine au hameau d’Odeillo de Réal, le dernier habitat du Capcinois à bénéficier du soleil le soir et il ne croisera pas la croix en fer forgée qui s'inscrit dans le cadre de la tradition et de la sorcellerie, en Capcir, au XV° Siècle. Ce petit oratoire était un lieu de recueillement et de dévotion où, avant chaque enterrement, les habitants s'y regroupaient pour chasser le démon qui hantait la dépouille roide du disparu.


Réal est ainsi, un village endormi en bord d'Aude, sans histoire et sans intérêt architectural.

 

 

 

Publié le 04 Décembre sur :

C4N - Le premier site francophone du journalisme citoyen rémunéré !

25 décembre 2010

Le Palais des Rois de Majorque, joyau perpignanais.

Lorsque Jaume(1), fils cadet de Jaume I el Conqueridor(2), - Jacques I le Conquérant -, est proclamé Roi de Majorque, au décès de son père, le 27 Juillet 1276, il décide d'installer la capitale de son Royaume à Perpignan, au carrefour de l'Aragon et des terres de France, se réservant deux résidences d'été, l'une à Majorque et la seconde à Montpellier.

Il lui fallait une résidence digne d'un Souverain et, dès 1274, deux ans avant le début de son règne, débute la construction de son palais, sur une colline d'où il peut dominer toute la ville, et, d'un regard circulaire, embrasser ses Comtés de Roussillon et de Cerdagne, sa Vicomté de Vallespir, et, des points sur l'horizon, sa seigneurie de Montpellier et ses terres îliennes majorquines. La construction de ce joyau architectural enchâssé dans un écrin, la fin marquée par la consécration des chapelles en 1309, s'est déroulée sur une période de 35 ans.

Par son plan d'ensemble s'inspirant fortement des modèles majorquins et s'organisant autour de trois cours, le Palais des Rois de Majorque, de style essentiellement gothique caractérisé par des arches majestueux, est un palais-forteresse élaboré sous la direction de maîtres d'œuvres, Ramon Pau et surtout Pons Descoyl, aux talents indiscutables et indiscutés en leur époque. Ses murs de galets roulés et de cayrons(3) liés au mortier de chaux hydraulique, sont enduits à la chaux dolomitique et peints, et ses portes, ses fenêtres, ses galeries, ses escaliers, ses chaînes d'angle, ses tours principales sont bâtis en pierres de taille, marbre rose et rouge de Ria, blanc et bleu de Céret, blanc de Baixas, gès du Canigou, pierre ocre de Les Fonts et bleue de Baixas.


Dans le cadre architectural, le Palais Royal est un complexe réunissant, en un même lieu, la salle du trône, siège du pouvoir politique, la chapelle, centre de dévotion et de méditation, et la résidence royale. La position surélevée de la chapelle Sainte Croix, au cœur des appartements royaux, face à la salle du trône, marque la prépondérance du spirituel sur le temporel.

La richesse architecturale, du Palais des Rois de Majorque, exprimait, et exprime toujours, l'œcuménisme catalan au Moyen Âge. Les murs et les plafonds des deux fastueuses chapelles superposées, s'élevant en donjon, sont couvertes de fresques polychromes et déroulent la calligraphie des sourates du Coran tandis que les décors des sanctuaires palatins font écho à la pensée monachique franciscainepropice à la méditation.

Si la Royauté majorquine fut éphémère, - du 27 Juillet 1276 au 25 Octobre 1349 mais, néanmoins ayant persisté jusqu'à son abolition par les Décrets de Nueva Planta de 1716 -, le passé qu'elle a laissé, fascine encore par sa beauté et ses richesses politiques, artistiques, littéraires et culinaires. Les « lois palatines(4) », un texte novateur rédigé en latin et illustré de miniatures, mettant en place une étiquette de cour, reprises par la suite par la majeure part des cours d'Occident, y sont promulguées en 1337 par Jaume II de Majorque(5), - suivant certains historiens Jaume III -. Le premier recueil culinaire publié, « le Sent sovi » est écrit en ses murs. Il fait état de recettes sucré-salé, aigre-doux, parfumées d'épices orientales donnant, à cette cuisine, des saveurs étonnantes, et d'un art de la table et de la réception des convives incomparables : sol jonché de plantes aromatiques, des nappes de draps blancs brodées, des céramiques de « Manises », - les azulejos -, et de vaisselle d'or et d'argent..., un art dont, bien plus tard, Louis XIV s'empara, et qui, depuis, est le fier fleuron de l'art de la table à la française honoré, en 2010, par l'United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization, - l'U.N.E.S.C.O. -, et entré au patrimoine culturel immatériel de l'humanité.


Les abords et ses jardins, dans l'écrin de ses remparts de briques roses entourés d'un profond fossé, ramènent aux splendeurs andalouses. L'entrée du palais est protégée par des douves, une barbacane crénelée et un pont levis. La porte d'origine était percée du côté Sud de la tour de l'Homenatje, - tour de l'Hommage -, adossée à l'étage à la salle du trône. Elle conduit à la vaste cours d'honneur carrée d'où le badaud admire la façade Est ajourée de deux élégantes galeries sur deux niveaux.

L'aile Est, dominée par le donjon-chapelle Sainte Croix, fut ordonné par le Roi Jaume I en personne. Les deux sanctuaires superposés sont conçus dans le style gothique qui commence, alors, à s'imposer dans le Roussillon. Et celle Sud, la Grande Salle, « l'aula », accueillait banquets, conseils royaux et parlements. Ses murs peints étaient tendus de tapisseries. Elle conserve sa cheminée près de laquelle un escalier communiquait avec les cuisines au rez-de-chaussée.


Au-delà de la période majorquine, le palais sera fortifié à plusieurs reprises, notamment sous Philippe II d'Espagne lors de la construction d'une vaste citadelle que Vauban conservera plus tard lorsqu'il modernisera les fortifications de Perpignan. Après l’annexion à la France, le palais restera propriété militaire et ne sera redécouvert par les historiens qu’à partir de la 2e moitié du XIXe siècle. Inscrit sur la liste des Monuments Historiques en 1875, classé en 1913, il sera ouvert à la visite en 1958 et, sous l'égide du Conseil général qui en est propriétaire, il est, également, un haut lieu d'exposition sur l'histoire du Roussillon et il accueille, régulièrement, des concerts, des pièces de théâtre, des conférences et des colloques.

Du haut de sa tour, le chaland découvre un magnificent panorama de Perpignan, de la plaine du Roussillon, de la Vallée de la Têt, de la « Mare Noster », - la Mer Méditerranée -, des Corbières et des Albères.

Raymond Matabosch


Notes.


(1) Jacques I de Mallorque, - suivant certains historiens Jaume II -, deuxième fils de Jacque I le Conquérant et de Violante de l'Hongrie, naquit le 31 Mai 1243 et décéda le 29 Mai 1311. Il fut Roi de Majorque, - Majorque, Ibiza et Formentera, Minorque, encore occupée par les musulmans se considérait vassal -, Comte de Roussillon et de Cerdagne, Vicomte de Vallespir, Seigneur de Montpellier, Baron d'Omeladès et Vicomte de Carladès, de 1276 à sa mort.

(2) Jacques I le Conquérant, fils du Pierre II le Catholique et de Marie de Montpellier, naquit le 2 Février 1208 à Montpellier, décéda le 27 Juillet 1276 à Alcira. Il fut Roi d'Aragon, Comte de Barcelone et Seigneur de Montpellier en 1213, Roi de Majorque en 1229 et de Valence en 1232.

(3) Parallélépipède rectangle, de terre argileuse crue et séchée au soleil ou cuite au four, utilisé comme matériau de construction, plus communément dénommé brique pleine.

(4) Le document est conservé à Bruxelles à la Bibliothèque royale Albert I.

(5) Jacques II de Majorque naquit à Catane, en 1315, décéda lors de la bataille de Llucmajor, Majorque, le 25 octobre 1349. Il fut Roi de Majorque, Comte de Roussillon et de Cerdagne, Vicomte de Vallespir, Seigneur de Montpellier, Baron d'Omeladès, Vicomte de Carladès et Prince d’Achaïe

 

 

Publié le 06 Décembre sur :

C4N - Le premier site francophone du journalisme citoyen rémunéré !

09 août 2010

Cerdagne en Pyrénées catalanes : Mi-Française, mi-Espagnole.

Située dans les Pyrénées axiales, la Haute Cerdagne, géogra­phiquement et historiquement, est un élément fondamental de la Cerdagne, région physique, historique, humaine et naturelle des Comtats et de la Catalogne, partagée entre l'Espagne et la France.

Géographiquement, la Cerdagne est un fossé tectonique de 40 kilomètres de long et de 5 à 9 kilomètres de large, drainé par le Sègre et ses affluents et corseté par une barrière annulaire de massifs montagneux d'élévation supérieure à 2.500 mètres.

La haute plaine cerdane, de 800 à 1.300 mètres d'altitude, cernée au sud par le re­bord septentrional du massif du Puigmal, à l'ouest et au nord par les massifs du Carlit et du Campcardos, et à l'est par la massif morai­nique du Pico Vell, se détermine au centre de la dépression.


« Meitat de França, meitat d'Espanya(1) », il n'y a point d'autre terre comme la Cerdagne.


L'entité Haute Cerdagne, ou Cerdagne française, a été engen­drée le 7 Novembre 1659 par la signature du Traité des Pyrénées, sur l'île des Faisans(2). Ce traité, formalisant la paix conclue entre le royaume d'Espagne et celui de France, a mis fin à la guerre franco-espagnole commencée en 1635. Par la Convention de Llivia du 12 Novembre 1960, le terroir cerdan a été divisé entre les deux états. Trente trois villages, implantés au nord des Pyrénées, excepté Llivia considéré comme ville, sont passés, ainsi, sous souveraineté française, les autres continuant à faire part intégrante de l'état espa­gnol.

Son territoire est le plus occidental mais aussi le plus élevé des six comarques(3) découpant, physiquement et géographiquement, la circonscription de la Catalogne française. Il est situé à l'extrémité ouest des Pyrénées Orientales, aux seuils de l'Andorre et de l'Es­pagne. Blotti au cœur de la montagne catalane, il s'ouvre, à l'est, à 1.579 mètres, au col de la Perche, véritable portail faisant communi­quer les bassins de la Têt et du Sègre, sur le Conflent et le Capcir. Par la Vallée glaciaire du Carol, au nord-ouest, après être parti à l'as­saut des 1.920 mètres de l'impressionnant Col de Puymorens, doublé par un tunnel routier, il débouche sur l'Ariège.


La Cerdagne capitale mondiale de la recherche solaire et mégapole spécialisée dans les traitements des maladies respira­toires.


Faille comblée par les dépôts continentaux oligocènes et miocènes arrachés aux montagnes, 34 à 5 millions d'années, et par les moraines glaciaires et les alluvions du Pliocène et du Pléisto­cène, 5 millions d'années à 13.000 ans, l'altiplano de Cerdagne est orienté est-ouest. Cette orientation, commune à toutes les vallées pé­rennes des Pyrénées Orientales, est en antagonisme avec celles des vallées majeures de la chaîne pyrénéenne, principalement orientées sud-est/nord-ouest.

Même si son climat est subordonné à la haute altitude et, de fait, classifié de type continental, par sa particularité géologique et l'influence méditerranéenne intercédant, la Cerdagne jouit d'un ré­gime d'exception. Peu ventée, tempéré à chaud en été, froid et sec en hiver, bénéficiant de 300 jours d'ensoleillement annuel et d'un air particulièrement pur, elle est une terre providentielle et bénie des Dieux pour les établissements médicaux spécialisés dans les mala­dies pulmonaires infantiles. En outre, c'est un site de tout premier plan pour l'implantation d'unités de recherche solaire : Fours solaires de Mont Louis et d'Odeillo et centrale à tour « Thémis » à Targa­sonne.


Le cadre agricole et naturel de la Cerdagne, un échiquier géant, rare et précieux.


Le plateau d'altitude cerdan s'étend en une dépression se pro­longeant en Espagne, par la Vallée du Sègre, et s'ordonnance en une vaste plaine encadrée par les versants abrupts et rocailleux, d'aspect sauvage, des massifs du Carlit, du Campcardos et des Puigmal. Les villages et les hameaux, entre les versants boisés et les espaces cultivés, sont historiquement implantés sur les cassures et les ruptures de pentes, rarement en bord de cours d'eau.

Sur le haut plateau cerdan, l'agriculture contribue à dessiner un étonnant échiquier agricole, rare et original, composé de pay­sages de collines, de vallons, de près et de vergers sillonnés de ruis­seaux. Ces espaces agricoles, assurant la production de fourrage, ressource indispensable à l'élevage, s’avèrent particulièrement pré­cieux. Les prairies de fauches, et les prairies irriguées, permettent de nourrir les troupeaux qui assurent l'entretien du milieu montagnard.


Le tourisme hivernal et la plaine de la Cerdagne boca­gère mitée par l'urbanisation à outrance.


Si les versants du Massif du Carlit et du Campcardos concentrent une kyrielle de paysages boisés, de reliefs agrestes et ro­cailleux et de lacs dans un espace peu accessible, les espaces ou­verts, alpins et subalpins du massif des Puigmal, sont utilisés par les éleveurs comme estives pour leurs troupeaux de chevaux, de bovins et d'ovins. Et, en hiver, cinq domaines skiables, Porte Puymorens, Font Romeu, Bolquère, Eyne et Err, font vivre les pentes enneigées et garantissent des sensations fortes.

 

Mais l'attractivité de la Cerdagne liée au tourisme de la neige a son revers de médaille à cause l'urbanisation, à outrance, grande dévoreuse des espaces agricoles. Et cette urbanisation massive a al­téré la silhouette des villages et des hameaux ainsi que les grands paysages.


Notes.


(1) Meitat de França, meitat d'Espanya : Moitié de France, moitié d'Espagne

(2) L'île des Faisans : L'île des Faisans ou île de la Conférence est une petite île, 6.820 m2, au milieu du fleuve côtier, la Bidassoa, qui forme, en ce point, la limite de la France et de l'Espagne. C'est sans doute le plus petit condominium, territoire sur lequel plusieurs puissances, généralement deux États, exercent une souveraineté conjointe, du monde.

(3) Les six comarques : Le département des Pyrénées Orientales regroupe l'ancienne province du Roussillon, (le Roussillon, la haute Cerdagne, le Conflent, le Vallespir et le Capcir originellement catalanophones), et le territoire des Fenouillèdes, seul territoire du département de culture languedocienne et de langue occitane.

 

"Voyage en terres comtales". 2009

En cours de publication aux Etats Unis.

Auteur : Raymond Matabosch.

08:29 Écrit par catalan66270 dans Voyage en Terres Catalanes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cerdagne, catalogne, les comtats, roussillon, font romeu | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu