Avertir le modérateur

11 janvier 2012

Le volcanisme énigmatique aux îles Canaries et à El Hierro.

Bases pour essayer de mieux comprendre le volcanisme aux Îles Canaries et l'actuelle éruption au large de la Restinga, une série de cartes annotées de seamounts et de traits :

iles Canaries.jpgiles Canaries 1.jpgiles Canaries 2.jpgiles Canaries 3.jpgiles Canaries.1.jpgiles Canaries 1.1.jpgiles Canaries 2.1.jpgiles Canaries 3.1.jpg

Légende : En blanc : Seamounts ; En violet : Agadir Canyon ; En rouge : Trajet du Hotspot ? Convergence masquée ? Fosse tectonique en formation ? voire Rift en formation ?

Le volcanisme des îles Canaries à débuté, il y a 100 à 80 millions d'années, au Sud du plateau sous-marin d'Essaouira et du Canyon d'Agadir avec les seamounts Essaouira, Rybin et les Agadir Twins...

et s'est continué de part et d'autre de l'anomalie matérialisée par la ligne discontinue en rouge, par les seamounts Dacia, Triton, Concepcion... et par les seules apparitions terrestres, les Îles Salvagem et les Îles Canaries, dont la particularité éruptive de Timanfaya à Lanzarotte de 1730 à 1736, jusqu'aux actuels seamounts : Papp, African, Echo et Tropic...

Une étude, sur ces bases, est en cours...

Décembre 2011 ©  Raymond Matabosch

04 octobre 2011

El Hierro, Îles Canaries : Le processus éruptif est engagé

Séismicité à El Hierro : Distribution spatiale des séismes au cours des dernières 48 heures.

Données généralistes.

Les données de réfaction sismique et les anomalies magnétiques suggèrent que toutes les îles qui composent l'archipel canarien, sont implantées sur la croûte océanique. Leur limite se situe entre Lanzarote-Fuerteventura et les côtes Nord-Ouest de l'Afrique. Le « hotspot », matérialié par une anomalie magnétique au niveau de la croûte océanique, se localise, actuellement, sous les îles La Palma, - 1,77 millions d'années -, et El Hierro, - 1,12 millions d'années -, les deux îles les plus récentes et les plus à l'Ouest de l'archipel canarien. En outre, une « slope anomalie », - une « anomalie pente » -, a également été identifiée entre les îles orientales et le continent africain. La limite continent-océan est caractérisée par la présence d'une couche de 10 kilomètres d'épaisseur de sédiments. Enfin, sous les îles Canaries, d'une part, un certain nombre de discontinuités déterminent la présence de fractures, - ou rifts -, certaines d'entre elles étant sismiquement actives, dans le sous-sol, et, d'autre part, la discontinuité de Mohorovičić se localise à une profondeur plus ou moins égale à 13 kilomètres.

Fuerteventura, pointe Sud © Nadine

Le magmatisme sous-marin, aux îles Canaries, a débuté avec le volcanisme Crétacé et, sub-aérien, durant le Miocène. Tout autant, les scientifiques s'opposent sur certaines datations. Ainsi, certains préconisent, concernant par exemple la formation de l'assise sous-marine de l'ile Fuerteventura, qu'elle a trouvé sa source autour de 35 à 30 millions d'années et d'autres suggèrent que l'activité magmatique sous-marine a commencé dans le Sénonien, 80 à 70 millions d'années. Ces dates contrastent avec l'âge du stade sous-marin de la partie occidentale de l'archipel, qui a débuté, pour La Palma, entre 4 et 3 millions d'années, et pour El Hierro, entre 3,5 et 2,5 millions d'années.Au différent, le volcanisme sub-aérien de Fuerteventura, le plus ancien de tout l'archipel, est estimé à 20,6 millions d'années alors que celui de El Hierro, le plus récent, n'a que 1,12 million d'années d'âge.

Pour que le tableau généraliste soit complet, il est à préciser que toutes les îles, excepté La Gomera, ont connu un volcanisme actif durant le dernier million d'années et que quatre d'entre elles, Lanzarote, Tenerife, La Palma et El Hierro, ont subi les affres d'éruptions volcaniques au cours des derniers 500 ans.

 

Teide

XVe Siècle

Montaña de las Arenas

1705

Tinguatón

1824

Taoro

1430 ?

Fasnia

1705

Nuevo

1824

Tacande

1480 ?

Montaña Negra

1706

Tao

1824

Tahuya

1585

El Charco

1712

Chinyero

1909

Martín

1646

Timanfaya

1730

San Juan

1929

San Antonio

1677

Lomo Negro

1793 ?

Teneguía

1971

Siete Fuentes

1704

Chahorra

1798

-

-

La conjoncture sismique actuelle sur l'île El Hierro.

Depuis le 19 juillet 2011, des petits séismes à répétition, de magnitude locale, - ML- de 2.0 ± 0.5 sur l'échelle de Richter, exclusivement centrés sous les anciens volcans El Golfo et las Montañas de Julan, sont enregistrés dans la région Nord-Ouest de l'île de El Hierro, île la plus occidentale et la plus méridionale de l'archipel volcanique des Canaries. Malgré une diminution significative du nombre d'évènements journaliers, au début septembre, l'activité sismique s'est poursuivie, la localisation des essaims montrant un recentrage des séismes sous las Montañas de Julan et dans la baie hierrenne occidentale comprise entre les Puntas de Orchilla et de Rastinga. Les hypocentres de ces tremblements de terre se sont situés entre 9 et 12 kilomètres de profondeur.

Le Golfe de Julan sur la côte Ouest.

Le stade de pré-alerte, niveau « jaune » a été déclenché, le 23 septembre, en raison de la durée de la série de séismes, de l'augmentation de leur nombre et de leur intensité, d'une inflation de 2 à 3 centimètres générant une extension de l'île en son septentrion et en son midi d'environ 4 pouces, - 10/11 centimètres -, de l'augmentation du taux de dioxyde de carbone et de quelques dixièmes de degré de l'eau, indiquant un possible état pré-éruptif. Parallèlement la profondeur des hypocentres, s'étalonnant entre 12 et 24 kilomètres, a augmenté. Cette conjoncture a laissé à prévoir une migration du magma en direction d'une probable chambre magmatique se localisant au niveau de la baie de Julan et au large de la Punta de Restinga sous un « seamount » en forme de pain allongé dans un axe Est/Ouest, de 16 à 20 kilomètres de long et de 6 à 12 kilomètres de large, culminant, à environ 2/3 kilomètres au Sud-Sud-Ouest de la Restinga, à -370 mètres d'altitude.

Évolution de la conjoncture séismique et volcanique à El Hierro : éruption imminente... sous 2 à 5 jours.

Entre les 25 et 30 Septembre, le nombre de séismes s'est stabilisé autour de 150 à 200 aléas de magnitude comprise entre 1.6 et 3.5 avec, parfois, un pic à 3.7/3.8, mais des hypocentres au delà de 15 kilomètres de profondeur.

La Rastinga.

Depuis le 30 Septembre et le tremblement de terre de magnitude 2,5 qui s'est produit à 20 h 14 Temps Universel, 21 h 14 heure locale, parallèlement à l'amplification de la magnitude et de l'intensité, magnitude majoritairement comprise entre 3.2 et 3.9, la profondeur des hypocentres s'est réduite et les essaims séismiques se concentrent entre 7/8 et 13/14 kilomètres de profondeur en périphérie septentrionale du « séamount », et se localisent, de fait, au-dessus du moho laissant présager la montée brutale du magma, son ascension à travers la croûte terrestre, la formation et l'élargissement d'une fissure et, d'autant que l'inflation du sol, les traces de dioxyde de carbone résultant du dégazage et la température de l'eau sont en constante augmentation, la probable éruption sous-marine, dans la mer de las Calmas, au cours des 2 aux 5 prochains jours.

Notes.

(1) La discontinuité de Mohorovičić, abrégée Moho, est la limite entre la croûte terrestre et le manteau supérieur de la Terre. Entre la croûte continentale, ayant une épaisseur moyenne de 35 kilomètres, - allant jusqu'à 75 kilomètres sous les chaînes montagneuses récentes -, et la croûte océanique d'une épaisseur moyenne de 6 kilomètres, le Moho est en moyenne situé à 43 kilomètres de profondeur, avec d'importantes variations.

 

Sur le même sujet,

articles suivants :

L'île volcan El Hierro, îles Canaries : Une éruption volcanique sous-marine annoncée. 

L'île volcan El Hierro : Considérations sur l’éruption sous-marine et nouveaux évents probables.

L'île volcan El Hierro : Naissance imminente d'une île surtseyenne.

 

 

articles précédents :

El Hierro, Îles Canaries : Intense activité séismo-volcanique.

El Hierro, Îles Canaries : Risque imminent d'éruption volcanique ?

El Hierro, Îles Canaries : Le volcanisme intra-plaque aux Iles Canaries.

 

Publié le 01 Octobre 2011 sur :

C4N - Le premier site francophone du journalisme citoyen rémunéré !

08 juin 2010

Le volcan Kilauea, Hawaï, en alerte orange et sous surveillance.

Code 1302-01

Localisation : latitude 19°25'16" Nord, longitude 155°17'13" Ouest.

Alerte volcan, Niveau actuel.. : Sous surveillance.
Alerte aviation, Niveau actuel : Orange.


Célèbre chez les surfeurs du monde entier pour ses plages et ses rouleaux, l'archipel d'Hawaï, - aussi appelé îles Sandwich -, comprenant dix-neuf îles et atolls principaux, de nombreux îlots et des monts sous-marins, s'étend, selon une direction Nord-Ouest/Sud-Est, dans l'océan Pacifique, entre les latitudes 19° Nord et 29° Nord, juste au sud du tropique du Cancer, à quelque 3.850 kilomètres de la Californie à l'est, à 6.200 kilomètres du Japon à l'ouest et, vers le sud, à près de 3.900 kilomètres des Marquises d'où sont venus les premiers colonisateurs. Il est nommé d'après sa plus grand île, Hawaï, - Hawaii en anglais et Hawai'i en hawaïen -, et s'étire, sur 2 451 kilomètres, entre l'île d'Hawaï, - ou île Hilo -, au Sud, et l'atoll de Kure, au Nord, en faisant la plus longue chaîne d'îles au monde. Il cartographie une vaste chaîne de montagnes sous-marine, « les Monts de l'Empereur », formée par l'activité volcanique sur un point chaud du manteau terrestre, le point chaud d'Hawaï, dont il est la partie émergée, Mais il est aussi célèbre pour ses volcans très actifs.

L'île principale de l'archipel d'Hawaï, de forme subtriangulaire, est un immense volcan bouclier basaltique composé, dont la base circulaire repose par 4.091 mètres de profondeur, et dont la partie émergée atteint 4.000 mètres d'altitude. Il comporte cinq centres éruptifs, dont deux sont éteints, - le Kohala, au Nord-Ouest, 1.680 mètres d'altitude et le Mauna Kea, au Nord-Est, 4.000 mètres d'altitude -, et trois actifs, le Hualalai à l'Ouest, 2.512 mètres, le Mauna Loa au Sud-Ouest, 4.170 mètres et le Kilauea à l'Est, 1.222 mètres. Les roches magmatiques d'Hawaï se regroupent en trois séries : une série ancienne, tholéiitique constituant la majeure partie de l'édifice ; une série alcaline, plus récente ; et une série sous-saturée, actuelle. Ces volcans se situent à l'aplomb d'un point chaud, sur la dorsale des Hawaï qui se raccorde à la crête de l'Empereur selon un coude daté de 42 Millions d'années. Ces alignements volcaniques, Hawaii en marquant actuellement le terme visible, - les volcans et les monts sous marins Papau, Loihi, Hohonu, Green, Wini, Alexander... annonçant, sous quelques millions d'années, les futures terres émergées -, résultent du défilement de la plaque Pacifique au-dessus de points chauds profonds qui transpercent la lithosphère.

Surplombant le bord de l'Océan Pacifique d'une hauteur de 1.222 mètres, le Kilauea, un volcan au sommet plat caractéristique des volcans bouclier, de 20.000 kilomètres cubes pour une superficie de 1.500 kilomètres carrés et une caldeira de 6 kilomètres de diamètre, - failles ultrapériphériques -, 3 x 5 kilomètres pour la dépression principale, pour une profondeur d’environ 165 mètres, donne la vision d'un petit édifice volcanique, mais la grande majorité de sa structure est masquée par les eaux tumultueuses de l'Océan Pacifique, ce qui fait, de lui, un géant considéré comme l'un des volcans les plus actifs de la planète avec le Piton de la Fournaise, l'Etna et le Stromboli et le plus actif, au monde, par la durée de ses éruptions et par le volume de magma basique émis. Il est apparu, il y a quelques 200.000 ans, sur le flanc Sud du Mauna Loa et sa position géographique a longtemps fait croire qu'il ne pouvait être qu'un satellite du dit volcan mais, possédant son propre système d'alimentation magmatique, son propre système de tunnels de lave, - dont le plus long tunnel de lave du monde, 61 kilomètres de longueur totale parcourant un dénivelé de 1.102 mètres -, il constitue une entité volcanique distincte.

Le sommet du Kilauea est occupé par une caldera qui s'est formée depuis 1.500 ans. Elle est le résultat du fusionnement de plusieurs pit-craters, des cratères d’effondrement apparaissant soient à la fin d’une activité éruptive, soient à la suite de la migration d’un magma basique, par l’intermédiaire d’un dyke, de la région sommitale vers les flancs externes du volcan. A l’extérieur et proche de cette caldeira, se trouvent deux pit-craters, le Kilauea Iki, 1,6 kilomètre x 0,8 kilomètre de diamètre, et Keanakakoi, 0,4 kilomètre de diamètre, alors que le cratère principal, - l’Halema'uma'u Crater qui renfermait un lac de lave jusqu'en 1924 -, 1,1 kilomètre de diamètre et une profondeur de 30 mètres par rapport au plancher de dite, excentré vers le Sud-Ouest, s'en situe à l’intérieur. Pour les Hawaiiens, Halemaumau est la maison de Pélé, célèbre déesse réputée pour ses cheveux et ses colères. Deux rifts, Est et Sud-ouest prolongent le volcan jusqu'à l'océan.

Animé d'une activité éruptive quasi constante, les éruptions du Kilauea se caractérisent par l'émission de volumes plus ou moins importants d'une lave très fluide, de type pahoehoe, arrivant dans l’océan par l’intermédiaire de tunnels de lave. Ses éruptions sont précédées par l'ouverture d'importantes fissures laissant s'échapper de puissantes fontaines de lave agrémentées de puissantes coulées atteignant, généralement, la côte. Depuis 10.000 jours, et sans discontinuer, ce type d'activité affecte le volcan.

Le Kilauea a commencé à se former, au Pléistocène, tout particulièrement à l'Ionien, entre 600 à 300 mille ans. Et, sans de longues périodes de repos connues, le volcan est actif depuis. Les études géologiques de surface d'exposition, et l'examen des échantillons de forage, montrent que Kilauea est constitué, essentiellement, de coulées de lave avec, localement, des dépôts d'éruptions explosives intercalés. Il est fort à penser que l'activité de l'édifice, au cours des 200 dernières années, soit un bon guide pour comprendre le passé depuis que le volcan a émergé, il y a 50 à 100 mille ans.


Chronologie de l'éruption en cours.


Le 03 Janvier 1983, une éruption, au niveau du rift Est, avec ouverture d'une fissure, réactive le volcan en repos depuis le 19 Février 1960. Des véritables rivières de lave, fluide comme de l’eau, nappent tout le paysage de coulées lisses. Quelques mois plus tard, un édifice de 400 mètres de haut, le Puu Oo, émerge des champs laviques. Il abrite un lac de lave où se produit, à intervalles réguliers, tous les 20 à 30 jours, des fontaines de lave, véritable muraille de feu tellurique dont le spectacle dure de quelques heures à plusieurs jours, montant à plusieurs centaines de mètres de haut. Des tunnels de lave se constituent. Les laves les empruntent les laves lors de chaque emballement du Puu Oo et les coulées progressent.

A partir de juin 1986, l'activité migre vers Kupaianaha situé 3 kilomètres au Nord-Est. Les fontaines du Pu'uO'o s'arrêtent et sont remplacées, par une effusion tranquille, sur Kupaianaha. Le 25 novembre 1986 il n’est plus possible de faire le tour de l’île car la route est traversée par les coulées. Trois jours plus tard, marqué par un important panache de vapeur et des explosions parfois violentes, les coulées rejoignent l’océan. Les laves, se mettant, ainsi, en place sous l’eau, sont de forme très particulière, les pillows lavas, laves en coussins.

En mars 1990, les coulées détruisent une centaine de maisons à Kalapana.

En 1991, l'activité se déplace lentement sur le Pu'u O'o. Alors que le Kupaianaha s'éteint le 7 février 1992, le 17 Février, le Pu'u O'o rentre, à nouveau, en activité et fournit des coulées qui entrent, sous forme de pillows lavas, - laves en coussins -, dans l'océan en Novembre 1992 à Kamoamoa.

Entre janvier et juin 1997, le Pu'u O'o s'affaise et les effusions, plus faibles, persistent à proximité du cône. Mais dès juin 1997, l'activité effusive reprend de la vigueur et les coulées arrivent de nouveau dans l'océan en juillet 1997 à Waha'ula et à Kamokuna.

Entre le 10 et le 12 mars 2008, une petite bouche apparaît dans le rempart Est du cratère de Halema'uma'u. Le 19 mars 2008, une petite explosion; projetant des blocs anciens de lave constituant les remparts internes du dit cratère, sur une surface d’environ 30 hectares se produit au niveau de cette nouvelle bouche. Le 24 mars, le panache qui s'échappe de la bouche n’est plus simplement de la vapeur blanche. Sa couleur est devenue marron, révélant la présence de cendre. Il atteint presque 2,8 km de hauteur. Depuis, un panache de vapeur et de gaz s’échappe en continu.

À l'heure actuelle, au niveau du cratère Halema`uma`u, l'évent ne montre plus d'incandescence et les expulsions de téphras semblent diminuer d'inte nsité. Les laves, après un dégazage dans le cratère Pu`u `O`o empruntent des tunnels pour atteindre l'océan à Waikupanaha. Des coulées éphémères apparaissent en surface au niveau du Pali et de la plaine côtière et les risques d'effondrements du delta de lave Waikupanaha sont importants.

En ce jour, 8 Juin 2010, d'après une dépêche émise par le Hawaiian Volcano Observatory, la colonne magmatique est remontée dans le Pu'u'O'o et forme, depuis le 02 juin, un second lac de lave actuellement estimé à 300 mètres de long sur 125 mètres de large, le premier étant celui qui est toujours installé dans le Pit Crater du Halema'uma'u, au sommet. L'activité effusive se poursuit sur la Rift Zone Nord-Est et alimente des coulées qui, toujours grâce à un système complexe de tunnels, s'étalent sur le Pali et sur la plaine côtière. Par contre les laves n'arrivent plus ni au niveau du delta Kalapana, ni au delta Ki, le dernier actif en date. La colonne magmatique alimente, en outre, un champ de lave supplémentaire au niveau de l'évent Thanksgiving Eve Breakout situé à 2 kilomètres du Pu`u `O`o, un évent apparu le 21 novembre 2007, formant, depuis un champ de laves superficiel.

sources partielles : http://www.activolcans.info

18:06 Écrit par catalan66270 dans Sciences : volcanisme et volcanologie | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : volcan, volcanime, hawai, kilauea, éruption, point chaud | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu