Avertir le modérateur

19 décembre 2010

Abbaye de Saint Gilles, haut lieu de pèlerinage.

L'histoire, ou plutôt la légende, de la création de l'Abbaye de Saint Gilles trouve ses racines dans le choix de Saint Gilles qui avait fait vœu de se retirer sur le plateau occupé dès la plus haute antiquité, des découvertes archéologiques de latifundia(1) en attestant, et, vraisemblablement, à la préhistoire, afin d'y pratiquer l'érémitisme. Le mythe précise que le saint fut blessé par une flèche tirée par le roi Wisigoth Wamba(2) lors d'une partie de chasse. Comme compensation au désagrément causé par l'incident, le monarque lui avait concédé quelques arpents de terre avec finalité d'y fonder une abbaye.

Il est plus crédible de situer la fondation de l'établissement monastique, originellement dédicacé à Saint Pierre et à Saint Paul, au VII° Siècle. Vers l'an 850, le vocable en était changé au profit du patronage de Saint Gilles qui avait été enterré dans l'église attenante à l'édifice conventuel. Ce substitution d'invocation avait provoqué l'afflux majeur de fervents fidèles du saint et, probablement, généré, l'essence même de la chronique qui lui était dédiée.

Profitant de cet engouement pour l'un des leurs béatifié, la communauté avait obtenu, du Saint-Siège le privilège de l'exemption, et dépendait directement de la souveraineté des papes. Malgré cet avantage conséquent, l'abbaye ne put jamais s'arracher à la médiocrité dans laquelle elle vivait.


L'abbaye de Saint Gilles sous dépendance de Cluny.


En 1066, pour donner donner plus d'or à son blason abbatial, les autorités papales tentèrent de l'attacher au Monastère bénédictin de Cluny mais, en vain, les moines de Saint Gilles s'y opposant farouchement. Ce ne fut qu'en 1077 que le pape Grégoire VII, sous condition que l'établissement monial conserva le privilège de choisir leurs abbés, en avait approuvé l'union.

L'affluence constante de pèlerins, le lien avec l'Abbaye de Cluny et les donations de nobles seigneurs permirent la mise en chantier d'une nouvelle abbatiale. Le pape Urbain II, en personne, en 1096, vint même y consacrer un autel alors que l'église était encore en construction.

Un conflit naquit, lors, opposant l'Abbaye de Saint Gilles aux Comtes de Toulouse désireux d'asseoir leur pouvoir sur le monastère et interrompit les travaux qui ne furent repris qu'en 1116. La conception originelle de l'église en fut modifiée. Les murs déjà érigés et la grande crypte souterraine, longue de 50 mètres et large de 25, furent conservés mais des agrandissements conséquents en advinrent, le corps du bâti atteignant 98 mètres de longueur en 1132, date coïncidant avec une époque d'apogée due à un afflux permanent de pèlerins toujours plus nombreux et à une conséquente puissance économique dont bénéficiait l'établissement monacal. L'abbaye fut même la scène de la mort de l'hérétique Pierre de Bruys brûlé devant l'église en 1136. Enfin, en 1154 le pape accorda des indulgences aux visiteurs, ce qui augmenta, plus encore, l'affluence des dévots.

Après une nouvelle interruption motivée par l'instabilité politique et religieuse, une troisième période constructive s'échelonna entre 1185 et 1209. Le bâtiment resta, cependant, inachevé. En 1226 l'établissement religieux, restant soumis à la monarchie, Saint Louis le visita, lors de ses venues en Aigues Mortes, en deux occasions. Le pape Clément IV, originaire de Saint Gilles, accorda des donations en faveur de la continuation de l'église mais, des difficultés économiques résultant de l’assassinat du légat du pape, Pierre de Castelnau, et de la « pénitence » du comte Raymond VI de Toulouse qui déclenchèrent la Croisade des Albigeois menée contre des Cathares ne permirent pas d'en achever la construction. Ce ne fut qu'au XIV° Siècle que l'abbatiale fut finalisée.


La Collégiale de l'Abbaye de Saint Gilles.


En 1538 l'abbaye restait sécularisée et avait dotée d'une collégiale. Au XVI° Siècle les protestants l'incendièrent et les bâtiments conventuels demeurèrent en état ruineux de longues décennies. L'église fut, elle, transformée en forteresse jusqu'à ce qu'en 1622 sa totale destruction fut ordonnée. Heureusement, le funeste destin édicté à l'encontre de l'abbatiale ne put s'accomplir, l'intervention des troupes en arrêtant la destruction. Bien que le chevet et une bonne partie des nefs furent déjà détruits, sur des bases plus restreintes, leur reconstruction commença. La crypte fut conservée et la nef fut raccourcie en son antique chevet dont les restes furent définitivement démolis pendant la Révolution. La façade romane fut entièrement restaurée.

Épuisés et ruinés par les Guerres de Religion puis par la Révolution, l'Abbaye de Saint Gilles, tout comme le village qui s'était bâti en ses abords, s’engloutirent peu à peu dans l'anonymat.

Aujourd’hui, ses ruines attirent de nombreux visiteurs qui découvrent la richesse iconographique de la façade médiévale de l'église abbatiale, la pureté architectonique de son escalier en vis, la beauté recueillie de son immense crypte.

 

Raymond Matabosch

 

Notes.


(1) Les latifundia étaient des grandes propriétés foncières, à l'époque romaine, spécialisées dans l'agriculture destinée à l'exportation, - grain, huile olive ou vin-, une agriculture industrialisée dont l'économie dépendait uniquement de l'exploitation des esclaves.

(2) À la mort du roi Recceswinth, malgré son âge déjà avancé, Wamba, - alors qu'il ne souhaitait pas devenir monarque -, fut élu roi le 21 septembre 672 par une partie de la noblesse wisigothique réunie dans la région de Valladolid.

 

Publié le 20 Novembre 2010 sur

C4N - Le premier site francophone du journalisme citoyen rémunéré !

09:14 Écrit par catalan66270 dans Voyage en Terres Gardoises | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : saint gilles, gard, porte de la camargue, abbaye, abbatiale, crypte | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu