Avertir le modérateur

25 décembre 2010

Carte postale du Pont du Saint Esprit, dans le Gard provençal.

Une transition hasardeuse d'une longueur de 919 mètres formant coude, l'une des plus remarquables de tous les ponts subsistant du moyen-âge, 25 arches, en pierres de taille, lancées sur le Rhône et édifiées entre 1265 et 1309 par la corporation religieuse et laborieuse des Pontifices, - ou Frères pontifes des hospitaliers -, placée sous le signe du Saint Esprit, avec le concours d'une confrérie de femmes, et financé avec les « Petit-Blanc », - passage du sel remontant le Rhône -, et les « traites étrangères », - quelques deniers par minot -, un peu en amont du confluent avec l'Ardèche, a favorisé l'éclosion de cette petite cité négociante, qui a conservé quelques belles demeures anciennes et sa vocation de marché.

 

Le Pont fantastique du Saint Esprit 1265 -1309 : Sa construction.

 

En 1214, l’évêque d’Uzès, pour faciliter les mouvements des populations liées aux croisades, pèlerinages et au commerce rhodanien voulut faire construire un pont à Saint-Saturnin du port. Le projet fut bloqué par le prieur du monastère Saint-Pierre de l’ordre de Cluny car les terres, sur les deux berges du Rhône, appartenaient, depuis l'an 948, - legs de Géraud d'Uzès, archevêque d'Aix -, à l'abbaye clunisienne. Mais, en 1265, conscient de l'enjeu stratégique que représenterait l'érection d'un tel ouvrage d'art, le prieur de Saint Pierre, seigneur des lieux, en favorisa la construction.

Sous l'égide du comte de Poitiers et de Toulouse, Alphonse de Poitiers, frère de Saint Louis, la première pierre de l'édifice majestueux qui franchit le Fleuve-Dieu du félibre Mistral, et Fleuve-Roi du romancierBernard Clavel, le « Rhône », fut posée, en rive droite, le 12 Septembre de la même année, par Dom Jean de Tensanges, aussi dénommé de Thianges -, prieur de Saint-Saturnin du Port. Mais la construction de l'ouvrage nécessitant d'énormes investissements financiers que ne pouvait supporter le prieuré, en 1280, une confrérie de frères et de sœurs pontifes fut crée pour aider l’œuvre d'édification du pont.

Moines-soldats et bâtisseurs émérites, les frères pontifes organisèrent des quêtes et des collectes et participèrent, activement, aux travaux de maçonnerie et à la taille des moellons, et les sœurs apportèrent, elles, assistance et soutien aux ouvriers et soignèrent les malades dans une bâtisse située aux abords du chantier.

Après la mort du Comte de Toulouse, Alphonse de Poitiers, en 1271, les régions « Partes Occitaniae Linguae » furent divisées en trois sénéchaussées, Saint-Saturnin du Port se trouva inclus, de fait, dans celle de Beaucaire en opposition directe avec le Comté de Provence. Aussi, vers 1295, il fut décider de fortifier la construction, au fur et à mesure de son avancement, par des tours.

En 1307, l'ouvrage était quasi terminé et une seule arche restait à édifier. Pour pérenniser l'œuvre et anticiper les mouvements de population, à des lieues à la ronde, le pont devant être le seul qui pourrait être opérationnel, en 1308, le prieuré de Saint Pierre bâtit, à la limite de son établissement conventuel, un hôpital. Quelques mois plus tard, 44 ans après sa mise en chantier, en 1309, le pont fut ouvert à la circulation. Un bac transportant les marchandises, les chariots n'y circulèrent qu'à vide.

Les piles côté Est furent construites sur la terre ferme, celles du côté opposé, en rive droite, bâties sur le rocher même et les autres, dans le courant du fleuve, protégées par des becs triangulaires brisant la force des eaux, sur pilotis. Chaque pile formant culée, les arches, au nombre de vingt cinq, composées de quatre arceaux juxtaposés, purent être lancées l'une après l'autre.

En voyant le pont, le Roi Philippe IV de France, -Philippe le Bel -, se rendant à Carpentras, en Comtat Venaissin, où le Pape Clément V qu'il avait fait élire le 5 Juin1305, avait établi sa curie, se serait écrié : « On dirait que cette œuvre merveilleuse est issue des mains de Dieu ! » Alors, bien vite, les bruits coururent que le Saint Esprit, en personne, avait travaillé à l'ouvrage et un oratoire fut érigé à proximité et dédié à l'Esprit de Dieu, - la troisième personne de la Trinité, aussi appelé l'Amour du Père et du Fils. - Le nom de Pont du Saint Esprit, - Pont Saint Esprit -, s'imposa et la légende circula partout en Europe.

 

La légende du pont volé de Saint-Saturnin du Port.

 

Quand Saint Saturnin du Port n'était qu'un simple bourg de pécheurs, de la dépendance de l'archevêché d'Aix, un service de bac et deux ponts, permettaient de traverser le Rhône. L'un, entre la bourgade et celui, sur la rive Est, de Lamotte, n'était qu'une passerelle faite de plusieurs épaisseurs de troncs d'arbres et de cordes de chanvre. Trop léger de structure et trop étroit, les marchandises étant transportées par bac, il ne permettait que le passage d'un chariot à vide, à la fois. Le second, sur l'antique voie Domitia, de bois taillé en larges poutres et doté d'une toiture, nécessitait un long détour par Beaucaire.

Le pont de Saint Saturnin du Port était très ancien. Les colporteurs disaient qu'Hannon, fils de Momilcar et lieutenant d'Hannibal, versla fin du mois d’août de l’an 218 avant Christ, dans le plus grand secret pour tourner l'ennemi hostile, posté sur l'autre rive etprêt aux combat, l'avait fait construire en un jour et une nuit. Il avait fait abattre des arbres et construire des radeaux qu'il avait joint pour facilité le transport des hommes, des chevaux, des éléphants et des bagages.

Mais à chaque crue du fleuve impétueux et à chaque grand vent, les vagues emballées venaient se fracasser sur la passerelle. A chaque fois, il fallait sonner le gros bourdon et les hommes encordés tentaient vainement de faire passer, sous l'ouvrage fragile, les arbres noyés qui formaient barrage ce qui n'empêchait pas le pont de se rompre trois à quatre fois par an.

Il fallait, en attendant de le rebâtir et de l'assurer à grand frais, faire un grand détour par l'unique pont de Beaucaire qui restait, pour aller au marché de Saint-André de Senemagos, à Abolenno ou à Carpentras et les charretiers se plaignaient des journées inutilement perdues, des dépenses d'octroi exorbitantes que percevaient les seigneurs sur leurs routes et de la fatigue qu'accumulaient leurs attelages.

Les prieurs de Saint Pierre, nouveaux seigneurs du lieu, et les desservants de Saint-Saturnin reconnurent la nécessité de construire un grand pont de pierre. Les dépenses engagées pouvant mettre à mal les finances de leur prieuré de celles de la petite bourgade bien pauvre, pour que la réalisation puisse voir jour, ils argumentèrent que chacun devrait trouver sa part au fond de son escarcelle.

C'est alors qu'arriva, à Saint Saturnin du Port, un bien curieux maître d'œuvre, un si curieux maître d'œuvre que les ecclésiastiques et le menu peuple, en y regardant de près, auraient pu voir qu'il avait, sous ses hardes délavées, un beau pourpoint de soie. Et, s'ils avaient prêté plus d'attention au nouveau venu, ils se seraient aperçus que l'intriguant personnage fuyait l'église et les oratoires, et ne faisait jamais le signe de croix.

Trop impatients que leur pont fut construit, ni les uns ni les autres ne regardaient le maître d'œuvre. Ils discutaient, seulement, de la condition qu'il avait posée: « Je vous bâtirai un pont de pierre, large pour permettre le passage de nombreux attelages et le croisement de deux convois de chariots, sans aucune gène pour les gens marchant à pied... un pont comme personne n'en a encore vu dans toute la région... mais, en échange, je veux, contre mon pont, tout ce qui fait la joie de vivre du premier qui y passera dessus... », ajoutant, à ses exigences, « ...Le premier passant devra être, obligatoirement, un homme, non une bête, sinon, parole du fils second de Dieu le Père, le malheur s'abattra sur votre communauté. » Croyant en la Sainte Trinité, le maître d'œuvre, faisant injonction au fils second de Dieu le Père, ainsi ne pouvant être que l'incarnation du Saint Esprit, les prieurs de Saint Pierre et les desservants de saint Saturnin acceptèrent le marché sans autre condition.

Large, haut, solide, long de cent perches..., en une nuit, le pont fut construit.

Et, au petit matin, il y avait foule pour admirer la belle ouvrage. Et, parmi les plus poltrons, emportant tout à son passage, la rumeur courrait que le maître d'œuvre était l'incarnation du diable. Et, bien vite, chacun voulut s'enquérir des conditions acceptées par les hommes de Dieu pour qu'un tel pont puisse être bâti. La rumeur s'enflammant, les cris et les harangues fusèrent de toutes parts : « Notre pont doit être payé par la fortune du plus riche. A toi, prieur, traverse. Tu nous dois cela pour le mâlin ! » Mais le prieur interpellé avait disparu... Ainsi il en fut pour tous les moines de Saint Pierre et pour tous les desservants de Saint Saturnin, et pour tous les syndics et tous les consuls, et le prévôt... et bien d'autres avec eux...


La foule s'amenuisait petit à petit. En finalité, il ne restait plus que les petites gens et la mauvaise humeur montait et enflait démesurément :

« Ils n'ont pas su nous faire un pont, c'est aux maçons à trouver l'homme... .

- C'est aux charpentiers, affirmèrent les maçons...

- C'est aux marchands qui vont vendre les produits de la pêche et des champs et des vignes, ce sont eux qui l'emprunteront, alléguèrent les charpentiers... »

Mais nul ne voulait se dévouer. Même les manants... Enfin, un homme, arrivant de nulle part, sans âge et sans famille, jouant des coudes, fendit la masse agglutinée des petites gens et des rustres aux visages empourprés par la colère et prompts à en découdre, et dit:

« Si ce n'est que cela..., je me dévoue. Ce sera moi qui emprunterait le pont le premier... »

Sur l'autre rive, spectateur du spectacle désopilant offert par les religieux, les notables et les petites gens de Saint Saturnin du Port, le maître d'œuvre attendait, patiemment, le règlement de son dû. Il avait jeté, au diable vauvert, ses hardes. Tous crurent reconnaître, vêtu de riche soie rouge et noire, Belzébuth en personne
L'homme, d'un pas assuré, s'engagea sur le pont, s'arrêta, au milieu, pour regarder le Rhône et continua sa marche. Parvenu sur l'autre berge, le Diablotin, avec bonhommie et large sourire, lui serra la main.

« Pourquoi es-tu venu, Homme... ?

- Parce quelqu'un devait se dévouer pour concrétiser l'acceptation du contrat et la finalisation de celui-ci, une fois les travaux achevés... Et je suis là pour cela...

- Voilà la parole d'un homme de bien, sensé dans ses propos... », reprit le Diable. « Ce village étant en peine, j'avais décidé de tester son bon sens et le bien fondé de leurs prières... Mais tous ne sont que des pleutres sans foi et sans âme, même mes bergers m'ont trahi... Je ne puis l'accepter et, en punition, leur punition, je reprends mon pont.

Et comme il aurait tiré sur une corde, la belle ouvrage s'effilocha dans la brume et disparut à la vue de tous. Le beau pont de pierre ne resta plus qu'une illusion. il fallut plus de deux siècles avant que le Comte de Toulouse, Alphonse de Poitiers, et le prieur de Saint Pierre, Dom Jean de Tensanges, ne lancent la construction d'un autre.

 

Le Pont du Saint Esprit au fil des temps.

 

En pleine guerre de Cent ans, en 1358, le pape Innocent VI, fit construire les remparts d'Avignon et, en même temps, autorisa, pour le Pont du Saint Esprit, la construction de bastilles crénelées aux deux accès ainsi que sur la pile « Saint-Nicolas. »

A l'Ouest, sur la deuxième pile, au XV° Siècle, furent érigées « la Tour du Roy » et une seconde qui servit de logement aux gardes du pont. Parallèlement, sur le coude du pont, à la demande expresse des prieurs de Saint Pierre, une tour fut aménagée et transformée pour abriter, d'une part, en son niveau supérieur, la chapelle Saint Nicolas et, d'autre part, en-dessous, au raz des flots tumultueux du Rhône, une prison. En son Est, un pont-levis fut adjoint à la tour appelée « devers l'Empire. »

Sous les coups de butoirs répétés, lors des grandes crues, dès le XVI° Siècle, l'arche orientale, détruite, fut remplacée par trois petites arches, et, au XVII° Siècle, des travaux de restauration s'imposant, des avant et des arrière-becs triangulaires furent construits. A cette époque, seuls subsistaient encore, du XIII° Siècle, les becs triangulaires originels qui protégeaient les piles « Saint Nicolas » et « Terre. »

Au XIX° Siècle, ouvert à la libre circulation, le pont fut réaménagé et, en 1861, doublant les piles, les becs étant refaits, ainsi son tablier élargi de deux mètres, les chariots purent se croiser aisément. En outre, avec l'apparition des bateaux à vapeur qui remontaient le Rhône, l'ouverture des arches s'avéra trop étroite. Alors, les autorités politiques et fluviales, d'un commun accord, l'importance du commerce et les bénéfices qui en résulteraient, décidèrent de « faire sauter », en rive droite, la première pile, et offrirent un passage de 58 mètres de largeur aux mariniers. Les travaux de transformation furent placés sous la haute autorité d'un certain Aymard, ingénieur ordinaire du département du Gard et les voussoirs en fonte, de l'arche du pont furent coulés sous « l'habile direction d'Emile Martin », un homme de bon sens et un industriel avisé dans la sidérurgie et le fonctionnement des hauts fourneaux, qui avait amélioré, les fours à réverbère inventés, par Carl Wilhelm Siemens.

Lors de la deuxième Guerre Mondiale, en Août 1944, les bombardements américains, par le fait du hasard ou par chance inouïe, - ne dit-on pas le Pont du Saint Esprit -, avaient relativement épargné ce superbe ouvrage. Seule l'arche en fonte ayant été détruite, celle-ci fut provisoirement remplacée par un pont suspendu léger. Dès 1954, une nouvelle arche, d'une portée de 53,70 mètres, et d'une largeur de 7,50 mètres, en béton armé à deux articulations plus en accord avec le monument en pierres maçonnées, coulée sur un cintre constitué de profilés métalliques, fut réalisée.


Raymond Matabosch.

 

 

Publié le 04 Décembre sur :

C4N - Le premier site francophone du journalisme citoyen rémunéré !

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu