Avertir le modérateur

30 juillet 2015

Pamphlétairement vôtre : États-Unis, Russie, Union Européenne et... La France, la valse des impostures...

Pamphlétairement vôtre : États-Unis, Russie, Union Européenne et... La France, la valse des impostures...

erdogan.jpg

Comme si c'était une grande messe républicano-démocratico-oligarchico-dictatoriale, toute la presse occidentale en chantre dévoyé se gausse de l’autorisation faite, par la Turquie, majoritairement aux États-Unis, et, sous la houppette de son Président François Hollande, Infatué Ier nouveau Roi-soleil, et de Premier Ministre, Manuel Valls, Principal Ministre d’État, se prenant tout bonnement pour Giulio Raimondo Mazzarino dont l'origine sociale se voulant être pauvre et modeste mais dont des témoignages anonymes en restituent, tout comme la biographie officielle de Manuel Valls, de par la position bien assise de son père et de son oncle et, recevant le caudillo Franco à leur table, de part leur idéologie franquiste, un récit riche en invraisemblances, le gouvernement français étant le petit chien-chien bien obéissant du mastodonte impérialiste états-unien obamaïen, minoritairement à la France, d’utiliser ses bases militaires pour combattre Daesh, en réalité, la France lui fournissant des armes, - information dès plus officielles donnée par la chaîne parlementaire télévisuelle LCP, Assemblée Nationale et Sénat -, soutenir Daesh contre la Syrie de Bachar el-Assad.

La presse occidentale devrait plutôt s'interroger sur les raisons de ce pseudo revirement de Recep Tayyip Erdoğan, fondateur du Parti de la justice et du développement et, après avoir été Premier Ministre de 2003 à 2014, Président de l'officielle République de Turquie, mais en réalité la République islamique de Turquie, depuis 2014. En effet, établis par la police turque, attesté par tous les Services de renseignement du Monde et information connue de tous les médias occidentaux, l'ex-Premier Ministre et nouveau Président de la République de Turquie, Erdoğan, a plus que des liens avec al-Qaïda car, bien que l'organisation terroriste soit officiellement commandée par Abu Bakr el-Baghdadi, membre de la tribu adnanite et ismaélite de Qurays et du clan quraychite, les deux termes signifiant en arabe « petit requin », la même tribu que le Prophète Mohammed qui, lui, était du clan Hachim, c'est lui qui dirige, personnellement, Daesh. En outre, deux membres des services secrets turcs, le MIT, Abu Alaa al-Afri et Abu Muslim al-Turkmani, de son vrai nom Fadel al-Hayali, en assurent le pouvoir exécutif et les exportations du pétrole que s'approprie État Islamique en Syrie et en Irak, sont loin d'être de la ventre de contrebande car elle sont assurées par BMZ Ltd, la société de Bilal Erdoğan, le propre fils de l'ex-Premier Ministre et nouveau Président de la République de Turquie. Quand aux passages à la frontière, moyennant finances, des candidats djihadistes rejoignant les troupes combattantes et les suivis médicaux et les soins donnés aux djihadistes d'al-Qaïda et de Daesh blessés sont assurés, dans, en autres hôpitaux réquisitionnés par le pouvoir, dans un hôpital situé à Sanhurfa, sur le territoire turc, administré par la propre fille de l'ex-Premier Ministre et nouveau Président de la République de Turquie, Sümeyye Erdoğan, par les membres du Service médical des Services de Renseignement turc.

Alors quand le Président de la République islamique de Turquie, Recep Tayyip Erdoğan, annonce que ses services de police ont arrêté des passeurs de djihadistes, des membres de son propre Service de renseignement, et qu'il a lancé des raids sur les troupes de djihadistes en Syrie, ces arrestations et ces bombardements sont symboliques, ses agents étant bien au chaud dans les bureaux du MIT, les pseudos passeurs n'étant que des combattants kurdes du Parti des travailleurs du Kurdistan, le PKK, qui s'opposent à son pouvoir, et les bombes larguées ont exclusivement touché des troupes syriennes de Bachar el-Assad et écrasé et détruit massivement des positions du PKK en Irak...

Qu'ainsi une imposture colossale et criminelle est tenue, d'une part, dans le secret le plus total par les médias occidentaux et, d'autre part, la Turquie maquillant, sous couvert de la pseudo ouverture de lutte contre les djihadistes d'al-Qaïda et de Daesh, ses exactions contre le PKK, a obtenu, moyennant l'ouverture de ses bases militaires, majoritairement aux États-Unis et minoritairement à la France, l'autorisation du libre déplacement de ses agents du MIT et leur exfiltration dans toute l'Union Européenne et tout particulièrement en France, avec l'assentiment et l'accord de notre Président de la République, François Hollande, de notre Premier Ministre, Manuel Valls, de notre Ministre des Affaires Étrangères, Laurent Fabius, et de notre Ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve qui ont octroyé, en outre, toute l'aide logistique afin de mieux traquer les pseudos djihadistes mais vrais membres du PKK qui pourraient se cacher sur le sol de France...

Sources : Presse turque, iranienne et russe.

00:12 Écrit par catalan66270 dans Coups de gueule | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : impostures, djihadistes, daesh, turquie, erdogan | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

03 novembre 2010

Séisme de Magnitude 5.6, en Serbie, des morts, des blessés et des dégâts importants sont à déplorer

Deux personnes ont trouvé la mort et des centaines ont été blessées dans un séisme d'une magnitude du Moment de 5.6, révisée 5.4 par le Centre Sismologique Euro-Méditerranéen, - CSEM -, et 5.3 par l'United States Geological Survey, - USGS -, qui s'est produit sur le territoire de la commune de Kraljevo située dans le district de Raška, en Serbie centrale, le 03 Novembre 2010 à 00 h 56 Temps Universel, 01 h 56 heure locale.

L'épicentre du tremblement de terre, latitude 43.718° Nord, longitude 20.624° Est, se localise à 2 kilomètres au Nord-Est de Kraljevo, à 3 kilomètres au Sud-Ouest de Sirca, à 5 kilomètres au Sud-Est d'Adrini, à 10 kilomètres au Nord-Est de Zica, à 10 kilomètres au Nord-Ouest de Ratina, à 36 kilomètres au Sud-Ouest de Kragujevac, 110 kilomètres à l'Ouest-Nord-Ouest de Nis, à 125 kilomètres au Sud de Belgrade, capitale et la plus grande ville de la Serbie, et à 125 kilomètres au Nord-Nord-Ouest de Pristina, capitale et plus grande du Kosovo. Son hypocentre a été déterminé à 2 kilomètres de profondeur par le Centre Sismologique Euro-Méditerranéen et à 10 kilomètres de profondeur par l'United States Geological Survey.

 

Le séisme a été fortement ressenti dans la totalité du pays, y compris dans la capitale serbe, Belgrade et à Pristina, capitale du Kosovo. Kraljevo, située à quelques hectomètres seulement de l'épicentre, a subi d'importantes dégradations matérielles. Elle est plongée dans l'obscurité. Les canalisations d'eau sont rompues et les lignes téléphoniques sont interrompues. Son hôpital a également subi des dégâts notables et ne dispose plus que d'une salle opératoire.

Il est encore difficile d’estimer l’ampleur des dégâts qui se sont produits dans la région de Kraljevo. Ceux-ci ne peuvent être que considérables, étant donné que Kraljevo est une ville industrielle et que les bâtiments n’étaient pas conçus pour résister à un séisme. Des séismes, tels que celui-ci et d’une telle amplitude, ne détruisent pas complètement les bâtiments mais causent des dommages sérieux, qui peuvent provoquer l’effondrement ultérieur d’une partie des constructions.

 

La ville de Kraljevo.

 

Kraljevo est le centre administratif du district de Raška. En 2002(1), la ville comptait 57.411 habitants et la municipalité, 92 localités dont elle est le centre, 121.707. Dans les environs de Kraljevo, se trouvent le monastère de Studenica, inscrit en 1986 sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO, et la forteresse médiévale de Maglič.

Kraljevo est située au centre de la Serbie, au confluent de l'Ibar et de la Morava, dans une vallée qui s'étend entre la Šumadija et les massifs montagneux de Stari Vlah et de Kopaonik. La ville elle-même se trouve à une altitude moyenne de 206 mètres au-dessus du niveau de la mer.

La section de la Ville de Kraljevo qui est traversée par la Zapadna Morava est couverte de forêts de feuillus dans ses parties hautes et, dans ses parties basses, elle abonde en vergers et en vignes. Les terres proches de la rivières sont propices à l'agriculture. Le principal affluent de la Zapadna Morava est la rivière Gruža. Le secteur traversé par l'Ibar se caractérise par des forêts de hêtres et des chutes d'eau. La rivière elle-même, très poissonneuse, se caractérise par un cours sinueux, avec des gorges aux pentes abruptes. Dans la région de Kraljevo, l'Ibar reçoit sur sa droite les eaux de la Gvozdačka reka et de la Maglasica et, sur sa gauche, la Studenica, la Dubočica, la Pivnica et la Lopatnica. Toutes ces rivières de montagne forment des rapides et des cascades.

Kraljevo est située à proximités des monts Goč, - 1.124 mètres -, Stolovi, - 1.375 mètres -, Troglav, - 1.177 mètres -, Čemerno, - 1.579 mètres - et Radočelo, - 1.643 mètres -.

La région de Kraljevo possède des mines et des ressources géothermiques qui étaient déjà exploitées par les Romains.

 

La cuvette de Caéak-Kraljevo.

 

La cuvette de Caéak-KralJevo est une dépression commplexe sur les bords de laquelle se rencontrent la fois des roches dinariques, des roches eruptives et des roches rhodopiennes, Son ampleur, ses dimensions, son fond en auge et la raideur de ses pentes méridionales sont autant indices qui témoignent de la part qu'à eue l'action tectonique sur sa formation.

D'autre part la présence de grès et de schistes sableux, du Tertiaire inférieur, accrochés sur ses flancs et fortement dérangés indique que affaissement est contemporain de Oligocène. L'absence de Crétacé semble témoigner, enfin, qu'aucune dépression profonde n'existait alors, ce tendant à prouver le caractère très récent de l'affaissement de cette zone.

Une ligne de sources thermales et sulfureuses en marque son rebord méridional, déterminant un centre très important activité sismique en relation avec celui du Kopaonik.

 

Risque sismique.

 

L’activité sismique est relativement importante en Serbie, comme dans l’ensemble de la péninsule balkanique. Depuis 2006, 5 séismes de magnitude comprise entre 4 et 5 sur l’échelle ouverte de Richter, - le 22 mars 2006, les 10 et 11 mai 2006, le 21 novembre 2006 ainsi que le 15 février 2008 -, sont à dénombrer.

Et dès le 7 mars 2010, les directeurs des instituts de sismologie de Serbie et du Monténégro, s’attendent à une recrudescence des activités sismiques dans les Balkans ; « ...nous pourrions connaître une période de forts tremblements de terre, ces derniers n’excluant pas l’éventualité de tsunamis dans l’Adriatique. », d'autant qu'une intense activité sismique perdure, au niveau mondial, depuis trois années.

"...Si celle-ci ne se propage pas, tout particulièrement dans les environs du Chili ou le long de la fosse de la Sunda, d’autres foyers sismiques vont s’activer. Aucune partie du monde, pas moins l'Europe, la France, l'Italie et les Balkans, ne sont à l’abri de tels phénomènes avec des magnitudes égales ou supérieures à 5.5 avec déclenchement de tsunamis en Adriatique et en Méditerranée...(2)"

Pour preuve immédiate :

- à 02 h 51 Temps Universel, 04 h 51 Heure locale, latitude 40.439° Nord, longitude 26.278° Est, un tremblement de terre, de magnitude 5.3 sur l'échelle ouverte de Richter, rivisée à 5.1 par l'United States Geological Survey, a frappé en Turquie Orientale. Son épicentre est localisé à 28 kilomètres au Nord-Ouest d'Eceabat, à 31 kilomètres au Nord-Ouest de Çanakkale et à 120 kilomètres au Sud-Ouest de Tekirdag. Son hypocentre se situe à une profondeur de 9,6 kilomètres.

- et à 18 h 13 Temps Universel, 19 h 16 Heure Locale, latitude 40.06° Nord, longitude 13.20° Est, un séisme de magnitude 5.3 sur l'échelle ouverte de Ritchter s'est produit en Mer Thyrrénienne. Son épicentre est localisé à 96 kilomètres au Sud-Ouest de Forio et à 128 kilomètres au Sud-Ouest de Naples Son hypocentre se situe à une profondeur de 468 kilomètres dans une zone où le volcanisme sous-marin est actif.

En concomitance, des essaims de répliques, de magnitude comprise entre 2 et 3., se produisent, à fréquence rapide, tant en Serbie Centrale qu'en Turquie Orientale.

 

Notes :


(1) Institut de statistique de la République de Serbie.

(2) Etude Séismes au Chili et en Indonésie. Extrait. Raymond Matabosch.

17:10 Écrit par catalan66270 dans Sciences : Tectonique des plaques. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : séisme, tremblement de terre, serbie, kosovo, turquie, morts, blessés, dommages | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

26 mars 2010

La Côte Ouest de la Turquie frappée par cinq séismes de magnitude moyenne en moins d'une heure, le 26 Mars 2010

Le premier à 18 h 35 Temps Universel, 20 h 35 Heure locale, une secousse de magnitude 4,8 latitude 38.14° Nord et 26.32° Est. Son épicentre se trouve à 15 km au Sud-Est de Nénita, à 21 km au Sud de Çesme et 79 km au Sud-Ouest d'Izmir. Son hypocentre se situe à 2 kmde profondeur.

Le second, à 18 h 52 Temps Universel, 38.20° Nord et 26.22° Est, magnitude 3.1 et hypocentre 8 Km de profondeur, à 12 km à l'Est de Nénita et à 16 km au Sud-Ouest de Çesme.

le troisième, à 19 h 03 Temps Universel, 39.35° Nord et 26.98° Est, magnitude 2;8 et hypocentre 8 Km de profondeur, à 14 km à l'Est de Gömeç et à 18 km au Sud de Burhaniye .

Le quatrième, à 19 h15 Temps Universel, 38.12° Nord et 26.17° Est, magnitude 3.4 et hypocentre 1 Km de profondeur, à 15 km au Sud-'Est de Nénita et à 26 km au Sud-Ouest de Çesme.

Le cinquième, à 19 h25 Temps Universel, 38.11° Nord et 26.25° Est, magnitude 4.2 et hypocentre 2 Km de profondeur, à 20 km au Sud-'Est de Nénita et à 25 km au Sud de Çesme.

Les foyers de 4 des séismes, dont deux supérieurs à 4, l'un avoisinant même la magnitude de 5, se trouvant en Mer Egée, il est à penser qu'un raz de Marée, avec des vagues de plus de 3 à 4 mètres, déferlera sur les côtes Turques et Grecques et sur la majorité des îles du Dodécanèse laissant présager des dégâts et des dommages au moins matériels.


Sismicité régionale

 

Octobre 1491, magnitude 7.2, 5.000 Morts

07 Octobre 1650, magnitude 6.8, 40 Morts

Février 1653, magnitude 7.4, 15.000 Morts

10 Juillet 1688, magnitude 7.0, 17.500 Morts

18 Octobre 1843, magnitude 6.5, 600 Morts

28 Février 1851, magnitude 7.2, des milliers de morts

03 Novembre 1862, magnitude 6.6 280 Morts

23 Juillet 1865, magnitude 6.7, des milliers de morts

07 Mars 1867, magnitude 6.8, 500 Morts

01 Février 1873, magnitude 7.5, des milliers de morts

22 Juillet 1880, magnitude 6.1, des milliers de morts

29 Juillet1880, magnitude 6.5, 30 Morts

03 Avril 1881, magnitude 6.5, 7.866 Morts

15 Octobre 1883, magnitude 7.3, 120 Morts

25 Octobre 1889, magnitude 6.8, 25 Morts

18 Novembre 1919, magnitude 6.9, des milliers de morts

26 Juin 1926, magnitude 8.0, 110 Morts

31 Mars 1928, magnitude 6.5, 170 Morts

23 Avril 1933, magnitude 6.6, 74 Morts

22 Septembre 1939, magnitude 6.5, 41 Morts

06 Octobre 1944, magnitude 6.8, 50 Morts

09 Juillet 1956, magnitude 7.5, 53 Morts

25 Avril 1957, magnitude 7.2, 67 Morts

28 Mars 1969, magnitude 6.6, 53 Morts

24 mars 2010

La plaque anatolienne aux prises avec une crise sismique : une secousse de magnitude 5.0 frappe à nouveau la Turquie

Une secousse sismique de magnitude 5.0 sur l'échelle ouverte de Richter, vient de frapper la Turquie Orientale, ce 24 Mai 2010, à 14 h 11 Temps Universel, 16 h 11 Heure locale. Son épicentre, localisé latitude 38.786° Nord, longitude 40.211° Est, se trouve 18 kilomètres au Nord-Est d'Aricak, à 25 kilomètres à l'Ouest-Sud-Ouest de Bingol, à 85 kilomètres à l'Est d'Elazig, 86 kilomètres au Nord de Diyarbakir et à 95 kilomètres au Nord de Diyarbakir. Son hypocentre se situe à 18,7 kilomètres de profondeur.

Depuis plus de quinze jours cette région est durement éprouvée, plus de 30 séismes de magnitude supérieure à 3.5, par la multiplicité des secousses sismiques qui se produisent le long des failles Sud et Nord-anatoliennes et qui génèrent une véritable crise sismique sur et autour de la micro-plaque lithosphérique anatolienne.

Toutes les constructions étant durement éprouvées, il est à prévoir de gros dégâts dans les bâtis et parmi les populations en situation plus que précaire.


Historique des aléas régionaux :


Avril 1458, magnitude 7.6

8 Novembre 1458, magnitude 6.9

Mars 1481, magnitude 7.7

1482, magnitude 7.0

17 Juin 1584, magnitude 6.6

1660, magnitude 6.5

27 Janvier 1705, magnitude 6.7

18 Juillet 1784, magnitude 7.6

29 Mai 1789, magnitude 7.0

21 Mai 1859, magnitude 6,9

2 Juin 1859, magnitude 6.4

20 Juin 1866, magnitude 6.8

27 Mars 1875, magnitude 6.7

7 Juin 1881, magnitude 8.7

3 Avril 1891, magnitude 5.5

2 Mars 1893, magnitude 7.1


Un berf aperçu de la crise sismique qui affecte la plaque anatolienne, et ses abords immédiats, au cours des dernières 36 heures :


24 Mars 2010 16:33:44 GMT // Magnitude 2.7 Turquie Orientale

24 Mars 2010 16:17:32 GMT // Magnitude 3.1 Mer Égée

24 Mars 2010 15:13:48 GMT // Magnitude 2.5 Turquie Occidentale

24 Mars 2010 15:05:15 GMT // Magnitude 2.7 Turquie Orientale

24 Mars 2010 14:11:34 GMT // Magnitude 5.0 Turquie Orientale

24 Mars 2010 13:46:35 GMT // Magnitude 2.7 Turquie Occidentale

24 Mars 2010 12:14:39 GMT // Magnitude 2.6 Turquie Orientale

24 Mars 2010 10:54:51 GMT // Magnitude 2.8 Turquie Centrale

24 Mars 2010 10:26:46 GMT // Magnitude 2.5 Turquie Occidentale

24 Mars 2010 10:13:39 GMT // Magnitude 2.4 Turquie Occidentale

24 Mars 2010 10:03:39 GMT // Magnitude 2.5 Turquie Occidentale

24 Mars 2010 09:23:39 GMT // Magnitude 3.0 Turquie Occidentale

24 Mars 2010 08:52:32 GMT // Magnitude 2.9 Turquie Orientale

24 Mars 2010 07:14:56 GMT // Magnitude 2.8 Turquie Occidentale

24 Mars 2010 06:47:01 GMT // Magnitude 2.0 Macédoine

24 Mars 2010 04:39:30 GMT // Magnitude 2.8 Mer Égée

24 Mars 2010 03:49:03 GMT // Magnitude 2.9 Turquie Orientale

24 Mars 2010 03:37:23 GMT // Magnitude 2.6 Grèce

24 Mars 2010 01:46:03 GMT // Magnitude 3.4 Bosnie-Herzégovine

24 Mars 2010 01:14:20 GMT // Magnitude 2.6 Turquie Occidentale

24 Mars 2010 00:47:04 GMT // Magnitude 2.7 Chypre

24 Mars 2010 00:37:52 GMT // Magnitude 3.1 Turquie Occidentale

24 Mars 2010 00:22:25 GMT // Magnitude 2.7 Turquie Occidentale


---_____________________---


23 Mars 2010 23:58:09 GMT // Magnitude 3.2 Turquie Occidentale

23 Mars 2010 23:32:29 GMT // Magnitude 2.4 Bulgarie

23 Mars 2010 23:06:16 GMT // Magnitude 2.6 Albanie

23 Mars 2010 20:41:53 GMT // Magnitude 2.8 Grèce

23 Mars 2010 19:33:14 GMT // Magnitude 4.2 Turquie Orientale

23 Mars 2010 19:22:48 GMT // Magnitude 3.0 Région frontalière Turquie-Syrie

23 Mars 2010 19:02:24 GMT // Magnitude 3.1 Mer Méditerranée Orientale

23 Mars 2010 17:31:52 GMT // Magnitude 3.0 Turquie Orientale

23 Mars 2010 15:48:15 GMT // Magnitude 2.6 Turquie Orientale

23 Mars 2010 15:38:07 GMT // Magnitude 2.8 Turquie Occidentale

23 Mars 2010 15:32:35 GMT // Magnitude 2.4 Turquie Occidentale

23 Mars 2010 15:19:45 GMT // Magnitude 2.6 Grèce

23 Mars 2010 15:17:00 GMT // Magnitude 2.5 Turquie Centrale

23 Mars 2010 15:06:44 GMT // Magnitude 2.4 Bulgarie

23 Mars 2010 14:46:05 GMT // Magnitude 2.9 Grèce

23 Mars 2010 14:41:02 GMT // Magnitude 3.0 Grèce

23 Mars 2010 13:49:25 GMT // Magnitude 2.6 Turquie Occidentale

23 Mars 2010 13:39:36 GMT // Magnitude 2.1 Mer Noire

23 Mars 2010 13:27:56 GMT // Magnitude 2.1 Mer Noire

23 Mars 2010 13:24:44 GMT // Magnitude 2.2 Mer Noire

23 Mars 2010 12:35:36 GMT // Magnitude 2.9 Turquie Occidentale

23 Mars 2010 11:27:45 GMT // Magnitude 2.8 Turquie centrale

23 Mars 2010 11:11:00 GMT // Magnitude 2.8 Turquie Orientale

23 Mars 2010 11:03:06 GMT // Magnitude 2.8 Mer Égée

23 Mars 2010 10:59:28 GMT // Magnitude 3.2 Turquie Orientale

23 Mars 2010 09:08:13 GMT // Magnitude 2.9 Région frontalière Turquie-Syrie

23 Mars 2010 08:56:47 GMT // Magnitude 3.2 Macédoine

23 Mars 2010 08:25:02 GMT // Magnitude 2.8 Turquie orientale

23 Mars 2010 08:10:30 GMT // Magnitude 2.9 Turquie Centrale

23 Mars 2010 07:59:27 GMT // Magnitude 3.5 Turquie Centrale

23 Mars 2010 06:54:51 GMT // Magnitude 3.7 Grèce

23 Mars 2010 06:50:42 GMT // Magnitude 2.8 Grèce

23 Mars 2010 06:12:52 GMT // Magnitude 2.8 Grèce

23 Mars 2010 06:12:52 GMT // Magnitude 2.8 Grèce

23 Mars 2010 05:12:36 GMT // Magnitude 2.8 Turquie Occidentale

23 Mars 2010 04:18:57 GMT // Magnitude 2.8 Turquie Orientale

23 Mars 2010 02:57:26 GMT // Magnitude 3.2 Turquie Orientale

23 Mars 2010 02:20:25 GMT // Magnitude 3.6 Iran Central

23 mars 2010

La Turquie maudite par une véritable crise sismique... tout comme la faille nord-anatolienne

Depuis le séisme de magnitude 6.0 sur l'échelle ouverte de Richter, du Mars 2010, qui a frappé la province d'Elazig, dans l'Est de la Turquie, des tremblements de terre de magnitude supérieure à 3,5, voire 4, depuis la Grèce jusqu'à l'Iran, ne cessent d'activer la faille Nord-anatolienne.

Un nouveau séisme, de magnitude 4,2, vient de frapper en Turquie Orientale à 19 h 33 Temps Universel, 21 h 33 heure locale. Son épicentre, localisé latitude 39.96° Nord et longitude 38.63° Est, se trouve à 1 kilomètre au Sud-Ouest d'Ortagoze, à 3 kilomètres à l'Est-Sud-Est de Çavuşkoy, à 3 kilomètres au Nord-Ouest de Biçer, à 3 Kilomètres au Nord d'Akaşu, à 5 Kilomètres au Nord-Est de Saipkoy, à 4 kilomètres au Sud-Est de Kayikoy, à 11 kilomètres au Sud de Gölova, à 41 kilomètres au Sud-Est de Sebinkarahisar et à 78 kilomètres à l'Ouest d'Erzincan. Son hypocentre se situe à 5 Kilomètres de profondeur.

Certes une magnitude de 4.2 sur l'échelle locale, ou échelle ouverte de Richter, ne peut paraître, à prime abord, un séisme destructeur. En effet, suivant le tableau correspondant à l'échelle de Richter, ce séisme pourrait se traduire par des secousses notables d'objets à l'intérieur des maisons, des bruits d'entrechoquement. Et des dommages importants peu communs. Mais il est à prendre en compté la nature du terrain, d'une part, la profondeur de son hypocentre et la construction des bâtis. En outre, cette zone est depuis une quinzaine de jours affectée par de nombreux séismes, répliques ou nouveaux aléas, ce qui est difficile à déterminer, les uns et les autres s'imbriquant, les murs des maisons d'habitation ont grandement souffert et, ainsi, le tremblement de terre peut causer des dommages majeurs à des édifices mal conçus dans des zones restreintes ou déjà endommagés, voire il peut s'avérer destructeur dans une zones allant jusqu'à 100 kilomètres à la ronde car les villages et les hameaux se succèdent à très peu de distance les uns des autres.

En référence aux séismes historiques qui ont affecté le Sud de la Turquie, il pourrait survenir un séisme de plus grande ampleur dans un temps très proche soit en Turquie Orientale, soit en zones frontalières syriennes, irakiennes ou iraniennes.

Et comme les tremblements de terre se multiplient, de même, en Albanie, en Macédoine, en Grèce... toutes ces terres se retrouvent sous une même menace sismique d'un aléa de forte magnitude sous une courte période, jour, semaine ou mois...

Et si Istambul, la partie de la faille Nord-anatolienne circonvoisine se trouvant, actuellement lacunaire, était frappé par un fort tremblement de terre ?

Toutes questions posées nécessitant de s'interroger...


Historique de la sismicité régionale


Avril 1458 magnitude 7.6

8 Novembre 1458 magnitude 9.0

Mars 1481 magnitude 7.7

1482 magnitude 9.1

17 Juin 1584 magnitude 6.6

18 Juillet 1784 magnitude 7.6

29 Mai 1789 magnitude 7.0

2 Juin 1859 magnitude 6.4

20 Juin 1866 magnitude 6.8

27 Mars 1875 magnitude 6.7

31 Mars 1893 magnitude 7.0

19 Décembre 1924 magnitude 7.2

18 Mai 1929 magnitude 6.4

26 Décembre 1939 magnitude 7.8

20 Décembre 1942 magnitude 7.3

17 Août 1949 magnitude 6.7

3 Juin 1952 magnitude 6.9

12 mars 2010

La faille Nord-anatolienne en activité croissante : Présage d'un séisme de forte magnitude ?

La plaque anatolienne est une microplaque tectonique. Elle est généralement associée à la plaque eurasienne. Elle se situe dans l'ouest de l'Asie. Elle couvre l'île de Chypre et l'Anatolie hormis la côte anatolienne sur la mer Noire.La plaque anatolienne est en contact avec les plaques eurasienne, arabique, africaine et égéenne. Ses frontières avec les autres plaques sont notamment formées de la faille nord-anatolienne au nord de l'Anatolie. Le déplacement de la plaque anatolienne se fait à une vitesse de rotation de 1,64° par million d'années selon un pôle eulérien situé à 56°28' de latitude nord et 81°18' de longitude ouest. Le glissement des plaques anatolienne et eurasienne le long de la faille nord-anatolienne à l'est de la mer de Marmara en 1999 a provoqué le séisme d'Izmit en Turquie.

La plaque égéenne est une microplaque tectonique. Elle est généralement associée à la plaque eurasienne. Elle se situe au sud-est de l'Europe, entre la Grèce et la Turquie. Elle couvre le mer Égée, le Péloponnèse, la Crète et les côtes turques de la mer Égée. La plaque de la mer Égée est en contact avec les plaques eurasienne, anatolienne et africaine. Le déplacement de la plaque de la mer Égée se fait à une vitesse de rotation de 0,6497° par million d'années.

La limite entre la plaque égéenne et anatolienne, dans l’Ouest de la plaque anatolienne, est diffuse. Elle marque à partir, de l’Eocène moyen, la transition entre un domaine qui devient extensif à cette période, et un domaine resté compressif. Dans le domaine extensif, se forme le « metamorphiccore-complex » du Menderes, accompagné par une forte activité volcanique, par la mise en place de plutons et par une activité sismique intense, avec l’occurrence de nombreux séismes de forte magnitude. Les contacts crétacés des nappes lyciennes, charriées sur le Menderes, sont réactivés dans la tectonique en extension. L’âge de ce complexe est d'environ 43 à 37 Millions d'années au Sud et environ 23 à 20 Millions d'années au Nord. Dans le domaine compressif, - nappes lyciennes, d’Antalya et d’Analya -, situé plus à l’Ouest, l’empilement des nappes crétacés est affecté, au contraire, par des phases tangentielles importantes, au moins, jusqu’au Miocène supérieur. En outre, un changement radical intervient dans la nature du magmatisme dans l’Ouest de l’Anatolie et l’Est des Cyclades qui, de calco-alcalin depuis 35 Millions d'années, devient alcalin à partir de 8 Millions d'années dans le Nord du Menderes et à partir de 4 Millions dans le Dodécanèse au Sud. Ces ruptures de style tectonique en surface et dans la nature du magmatisme issu de la fusion du manteau sont à mettre en relation avec une rupture dans la plaque africaine subduite. De plus, le Massif du Menderes présente une anomalie thermique importante et de nombreux systèmes géothermiques actifs qui caractérisent cette région.

Enfin, la faille Nord-anatolienne, faille coulissante, est un décrochement géologique dextre qui longe le Nord de la Turquie, et qui, en raison de son activité importante, est à l'origine d'un fort risque sismique dans cette zone. Au différent, la faille Est-anatolienne est un décrochement sénestre. Les vitesses de leurs déplacements sont de 2 à 3 centimètres par an. La faille Nord-anatolienne se divise en deux branches principales vers l'Ouest: la faille Nord-anatolienne-Nord et la faille Nord-anatolienne-Sud. La branche Nord longe le Golfe d'Izmit, marque les bordures du bassin en "pull-apart" de Marmara, coupe les structures des Dardanelles, et longe le Golfe de Saros. Le séisme d'Izmit, en 1999, s'est produit sur cette branche à l'Est de la Mer de Marmara.

La faille Nord-anatolienne, comme la faille de San Andreas en Californie, a un statut de faille transformante car elle résulte du jeu des mouvements des plaques lithosphériques, notamment de la plaque arabique, - Syrie, Irak -, qui s'enfonce comme un coin dans la plaque eurasienne tout en ouvrant la mer Rouge. Ainsi, le sud et le nord de la Turquie coulissent le long de cette cassure à une vitesse relative de 2 à 3 centimètres par an. Et il n'est point à omettre que la région Egéenne est aussi en partie découpée par la Faille Nord Anatolienne qui a atteint le domaine égéen il y a environ 5 Millions d'années.

Depuis le séisme de magnitude 6.0 qui a frappé à Basyurt-Karakocan dans l'Est de la Turquie, le 8 Mars 2010 à 02 h 32 Temps Universel, 04 h 32 heure locale, épicentre se trouvant à 74 kilomètres à l'Est d'Elazig et à 16 kilomètres au Sud de Karakocan, hypocentre situé à 10 kilomètres de profondeur, une grande activité sismique anime la faille Nord-anatolienne, depuis l'Irak jusqu'à la Grèce. Les tremblements de terre de magnitude supérieure à 3,5 s'y multiplient :

Mars 08, 2010 02:32:35 GMT // Magnitude 6.0, Turquie orientale

Mars 08, 2010 07:47:40 GMT // Magnitude 5.5, Turquie orientale

Mars 08, 2010 09:00:50 GMT // Magnitude 4.8, Turquie orientale

Mars 08, 2010 10:14:26 GMT // Magnitude 4.8, Turquie orientale

Mars 08, 2010 11:12:14 GMT // Magnitude 4.9, Turquie orientale

Mars 08, 2010 13:12:06 GMT // Magnitude 4.4, Grèce

Mars 08, 2010 15:04:54 GMT // Magnitude 4.5, Turquie orientale

Mars 09, 2010 02:55:05 GMT // Magnitude 4.6, Grèce

Mars 10, 2010 13:38:04 GMT // Magnitude 4.9, Serbie-Monténégro

Et, depuis le matin du 12 Mars, ils se concentrent majoritairement sur la Grèce et la plaque égéenne :

Mars 12, 2010 01:54:00 GMT // Magnitude 4.4, Grèce méridionale

Mars 12, 2010 11:42:53 GMT // Magnitude 4.4, Grèce-Dodécanèse

Si la Turquie a connu au moins 13 séismes d'importance, magnitude supérieure à 6.8 depuis 1939 :

1939 Erzincan, magnitude 7.9, 32.962 morts :

1942 Niksar-Erbaa, magnitude 6.9 ;

1943 Tosya, magnitude 7.7 ;

1944 Bolu-Gerede, magnitude 7.5 :

1949 Karlıova, magnitude 7.1 ;

1951 Kurşunlu, magnitude 6.8 ;

1957 Abant, magnitude 6.8 ;

1966 Varto, magnitude 6.9, 2.394 morts et 1.489 blessés ;

1967 Mudurnu, magnitude 7.0 ;

1971 Bingöl, magnitude 6.8 ;

1992 Erzincan, magnitude 6.5 :

1999 İzmit, magnitude 7.4, 17.480 morts et 23.781 blessés :

et, 1999 Düzce, magnitude 7.2.

La zone égéenne de la faille Nord-anatolienne présente, à cet effet, une lacune depuis 1956 :

9 juillet 1956: A Amorgos, un violent séisme, d'une magnitude de 7,5, provoque un tsunami qui parvient jusqu'aux côtes crétoises. De nombreux dégats sont occasionnés sur les îles d'Anafi, Naxos, Patmos, Paros et Santorin. 53 morts et près de 3.000 maisons dégradées, dont 529 détruites. A certains endroits le raz-de-marée avait atteint une hauteur de 25 mètres.

Certes, il y a bien eu les séismes des :

7 septembre 1999: Séisme de 5.9 sur l'échelle de Richter dans les environs d'Athènes. 140 morts environ, 60 000 sans-abris et de nombreux dégâts.

8 juin 2008 : Un séisme de magnitude 6,5 a secoué le sud-ouest de la Grèce, 2 morts et 7 blessés.

15 juillet 2008 : séisme de 6,4 de magnitude a secoué l'île de Rhôdes faisant un mort.

Mais il est à se rappeler que la Grèce est coutumière de gros aléas sismiques tous les 50 ans environ :

16 février 1810: une secousse de forte magnitude évaluée à environ 7,8 détruisant un tiers des maisons d'Héraklion, faisant entre 2.000 et 3.000 victimes, le séisme étant ressenti à Malte, Naples, Chypre et au Maghreb.

12 octobre 1856: un séisme d'une très forte magnitude, évalué à 8.2, détruisant une grande partie des habitations de l'ensemble de la Crète. 11.317 maisons subissant des dégâts dont 6.512 détruites, faisant, sur l'île 538 morts et 637 blessés grièvement.

18 février 1910: Fort séisme à La Canée, évalué à 8.0, provoquant de nombreux dégats et faisant 6 victimes à Kalipetro.

25 février 1935: un séisme de 7 sur l'échelle de Richter rase totalement les villages de Skalani, Anopoli, Gournes. 8 morts, 204 blessées, le tremblement de terre étant ressenti jusqu'au Caire.

Il est à s'interroger sur cette recrudescence sismique le long de la faille Nord-anatolienne et tout particulièrement au niveau de la microplaque égéenne et de la Grèce et de ses îles, laissant présager un séisme de forte magnitude...

15:41 Écrit par catalan66270 dans Sciences : Tectonique des plaques. | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : séisme, tremblement-de-terre, turquie, grèce, faille-nord-anatolienne | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

08 mars 2010

Un séisme de Magnitude 4.4 a frappé en Grèce à 13 h 12 Temps Universel

Un séisme de magnitude 4.4 a frappé, en Grèce, ce jour 8 Mars 2010, à 13 h 12 Temps Universel Son épicentre se trouve à 40 kilomètres à l'Est-Nord-Est de Patras, à 135 kilomètres au Sud de Larisa et à 145 kilomètres à l'Ouest-Nord-Ouest d'Athènes, et son hypocentre, localisé 38,414° Nord et 22,157° Est, se situe à 31,2 kilomètres de profondeur

Ni victimes, ni blessés, ni dégâts ne semblent être à déplorer.

Mais faisant suite au séisme de magnitude 5,9 qui a frappé la Turquie, à 2 h 32 Temps Universel, et à ses nombreuses répliques, le séisme qui vient de frapper la Grèce se situe, de même, sur le front d'attaque des plaques tectoniques africaine et eurasienne...

Il est à prévoir que de nouveaux séismes viennent à frapper en divers points de ces marges actives, entre la Sicile et l'Irak dans les heures et jours à venir, des séismes de magnitude supérieure à 4,5 voire 6...

Pour mémoire, ces séismes et leurs répliques font suite à ceux qui se sont produits les :

23 Février 2010, 07 h 28 GMT, 5.1, Ouest de l'Iran

23 Février 2010, 10 h 25 GMT, 5.1, Ouest de l'Iran

28 Février 2010, 02 h 21 GMT, 4.6, Créte

Etude complémentaire en cours de réalisation...

16:54 Écrit par catalan66270 dans Sciences : Tectonique des plaques. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : séisme, grèce, tremblement de terre, turquie, mer méditerranée | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

Violent séisme, de magnitude 6, dans l'est de la Turquie.

Un séisme de magnitude 5.9 suivant l'USGS et le Centre sismologique Euro-européen, 6 d'après l'observatoire Kandilli, - Kandilli Observatory and Earthquake Research Institute Koeri -, a frappé, à 4 h 32 heure locale, 2 h 32 Temps, la province d'Elazig, dans l'Est de la Turquie. Son épicentre se trouve à 74 kilomètres à l'est de la ville d'Elazig, à 16 kilomètres au sud de Karakoçan, - 30.000 habitants -, et à 550 kilomètres à l'est de la capitale turque, Ankara. Son hypocentre se situe à 2 kilomètres de profondeur.

De nombreuses répliques, plus d'une vingtaine dont certaines d'assez forte intensité, se sont, depuis produites :

08 Mars 2010 02:32:35 GMT // Magnitude 5.9, Est de la Turquie

08 Mars 2010 07:47:40 GMT // Magnitude 5.5, Est de la Turquie

08 Mars 2010 09:00:50 GMT // Magnitude 4.8, Est de la Turquie

08 Mars 2010 10:14:26 GMT // Magnitude 4.8, Est de la Turquie

08 Mars 2010 11:12:14 GMT // Magnitude 4.9, Est de la Turquie

Géologiquement, des contraintes s'exercent sur les sols turc, irakien et syrien, par la présence de la grande faille nord Anatolienne, de type coulissante et de décrochement dextre au rythme d'environ 20 mm par an, la plus dangereuse, qui menace Istanbul via son segment qui court sous la mer de Marmara. Et, à la différence de la faille de San Andreas dont la distribution spatiale des ruptures, au cours du temps, est assez aléatoire, la faille nord-anatolienne, longue d'environ 1.000 kilomètres, se caractérise par d’étonnantes séquences de ruptures

La micro-plaque anatolienne, sur laquelle repose la Turquie, est poussée vers l'ouest par les plaques eurasienne et arabique. Cette région est le siège de fréquents séismes :

1939, Erzincan 7.9, 32.962 morts ;

1942, Niksar-Erbaa 6.9 ;

1943, Tosya 7.7 ;

1944, Bolu-Gerede 7.5 ;

1949, Karlıova 7.1 ;

1951, Kurşunlu 6.8 ;

1957, Abant 6.8 ;

1966, Varto 6.9, 2.394 morts, 1.489 blessés :

1967, Mudurnu 7.0 ;

1971, Bingöl, 6.8 ;

1992, Erzincan 6.5 :

le 17 août 1999, İzmit 7.4, 17.480 morts et 23.781 blessés ;

le 12 novembre 1999, Düzce 7.2, environ 15.000 victimes.

Mais, analysant les contraintes causées par chaque tremblement de terre le long de la faille Nord-anatolienne, il est à constater que la chaîne des ruptures est incomplète et il est probable, la ville ayant connu plusieurs séismes importants dont ceux de 1509, appelé la Petite Apocalypse, 1763, 1894 et, dans une moindre mesure, 1999. qu'un séisme, de magnitude estimée entre 7.5 et 9, frappera, plus à l'ouest, toujours le long de la faille, la ville d'Istanbul, avec plus de douze millions d'habitants recensés, des estimations avançant le chiffre de seize millions, et sa proche banlieue, principal pôle économique de la Turquie.

15:05 Écrit par catalan66270 dans Sciences : Tectonique des plaques. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : séisme, turquie, elazig, karakoçan, ankara, istanbul, victimes | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu