Avertir le modérateur

26 février 2014

Le Gunung Sinabung et les menaces volcaniques.

Gunung Sinabung 13.jpgL'absence de tout d'historique éruptif et de toute étude circonstanciée et la privation des enseignements antérieurs, afférentes au Gunung Sinabung, sont de gros handicap pour déterminer et dresser les éventuelles menaces volcaniques auxquelles peuvent être exposés, dans un avenir plus ou moins proche, les résidents du Karo Regency et tout particulièrement ceux qui sont domiciliés sur les flancs même, ou au pied, de l'édifice volcanique.

Les informations le concernant sont plus que succinctes : « Le Mont Sinabung, - Gunung Sinabung, Dolok Sinabung, Deleng Sinabun,Dolok Sinaboen,Dolok Sinaboeng et Sinabuna -,est un stratovolcan andésitique et dacitique, actif du Pléistocène à l'Holocène, sur le plateau de Karo, Kari Regency, dans le Nord de Sumatra. Il se localise à 40 kilomètres au Nord-Ouest du supervolcan Toba et de son impressionnante caldeira de 100 kilomètre de long sur 30 kilomètre de large, formée lors de l'éruption de 73,000 ± 4,000 ans BC. De nombreuses coulées de lave marquent ses flancs, signe de multiples éruptions, sont non référencées. Seule sa dernière éruption, de l'an 1600, est connue s'est produite en l'an 1600. Il est siège d'une activité hydrothermale et solfaratique, - fissures émettant de la vapeur d'eau, du gaz, occasionnellement de la lave et des fumerolles, dont les dernières observées, en son sommet, l'ont été en 1912. »

Même la « Smithsonian Institution », en son « Global Volcanism Program », est très laconique sur son historique : « Le Gunung Sinabung est un stratovolcan qui a été actif du Pléistocène à l'Holocène et a produit de nombreuses coulées de lave sur ses flancs. Une éruption, non confirmée, a été notée en 1881, et l'activité solfatarique a été vue, au sommet et sur la zone supérieure de son cône, en 1912. Aucune éruption historique confirmée, autre que les éruptions explosives d'Août à Septembre 2010 et de Septembre 2013, toujours en cours, n'a été enregistrée. »

De plus, d'une part, aucune tomographie du sous-sol du Sinabung n'ayant été réalisée, et, d'autre part, les catalogues des tremblements de terre volcano-tectoniques n'étant pas accessibles ou n'étant que lacunaires, nulle étude sur la chambre magmatique, ou sur la poche magmatique principale et son ensemble de poches magmatiques secondaires et des fractures élargies, plus ou moins anastomosées, - connexions dans la plomberie volcanienne -, il est impossible d'en connaître ses ou leurs dimensions et le volume de magma stocké dans les diverses zones de son accumulation, en superposition, sous la surface du volcan.

Les seules données qui peuvent, toutefois, être notées, comme facteurs aggravant des risques, sont les fortes pentes de l'édifice, son altération, par plusieurs siècles, voire plusieurs millénaires, d'activité hydrothermale et la fissuration de son bâti par les multiples séismes volcanotectoniques qui se produisent depuis Août 2010, et par les violentes explosions qui se succèdent depuis le 15 Septembre 2013, des facteurs qui pourraient s'avérer être des vecteurs facilitant des effondrements sectoriels, ou, plausiblement sommitaux, lors d'intrusions magmatiques ou d'éruptions explosives violentes.

Un facteur non négligeable est lié, d'une part, à la tectonique des plaques, avec présence, à moins de 200 kilomètres, de la fosse de subduction, - la plaque australienne plongeant sous les plaques de la Sonde et de Banda Aceh, ou plaque d'Andaman aussi dénommée plaque Birmane -, de Sumatra-Java, - ou Fosse de la Sonde -, très active sismiquement depuis le tremblement de terre, de magnitude 9.1 à 9.3, du 26 Décembre 2004, de magnitude 8.6, du 28 Mars 2005, et de magnitude 8.4 et 8.0, du 11 Avril 2011, et, d'autre part, marquées par un processus de découpage de micro-plaque, un processus de transfert et d'accumulation des sédiments accrétés dans le prisme, une importante subsidence du bassin au Plio-Quaternaire en liaison avec une extension faible Est-Ouest et un basculement vers l'Ouest, aux failles décrochantes de Mentawai, séparant le prisme d'accrétion du bassin d'avant-arc, et de Central Sumatra, suivant la ligne volcanique, qui ne suffisent pas à accommoder toute l’obliquité de la convergence.

Il est acquis que le magma, stocké dans les poches magmatiques, se cristallise et se refroidit très lentement, sur des laps de temps de plusieurs millions d'années. Au différent, il se réchauffe très vite, sur quelques mois, mettant très rapidement les poches d'accumulation sous pression, lors de remontées de magma frais par un ou plusieurs conduits. Selon le contexte géodynamique, la zone de fusion et de sa genèse se situe entre 100/110 kilomètres et 20/30 kilomètres sous la surface du volcan et la zone de collecte, de ce magma dit primaire, peut se localiser entre 50 et 20 kilomètres de profondeur. Située, en général, à quelques kilomètres sous le sommet de l'édifice volcanique, la chambre magmatique superficielle est alimentée en magma, depuis la zone profonde, par des dykes, depuis la zone profonde. Lorsque la surpression permettant la sortie des magmas décroît, soit le magma résiduel se fige, progressivement, sur place, soit la pression lithostatique des roches environnantes écroule le plafond de la poche magmatique, générant une caldeira, qui remplit le vide laissé.

Et, tout aussi inquiétant, est la formation du cratère, sur le versant nord du Gunung Sinabung, dans le quartier de Lau Kawar, qui peut être générateur, dans un premier temps, entre Décembre 2013 et Janvier 2014, de glissements de terrain entraînant, inexorablement, des morts d'homme, et, dans un second temps, sous trois à cinq ou six mois, d'explosions de vapeurs suivies d'explosions de cendres et de vapeur, pouvant se traduire, en corrélation avec un tremblement de terre, par une éruption paroxysmale et un effondrement de tout le flanc nord du volcan qui pourrait engendrer, dévastant, sur des centaines de kilomètres carrés, le plateau de Karo, une avalanche de débris, - nuées ardentes -, de plusieurs kilomètres cubes. En outre, le glissement de terrain provoquant une brusque dépressurisation, des fragments de magma, - des tephras -, de toutes tailles seraient, alors éjectés en dehors du volcan, paralysant les régions du Sud-Est au Nord-Est.

Enfin, il ne doit pas être fait abstraction de la proche présence, environ quarante kilomètres, du supervolcan Toba qui est doté, entre 20 et 30 kilomètres de profondeur, d'une chambre magmatique colossale, de longueur largement supérieure aux 100 kilomètres de long sur 30 kilomètres de large de sa caldeira d'effondrement, une poche magmatique estimée à plus de 350 kilomètres de long qui, indubitablement, s'étend sous la surface du Gunung Sinabung. Pour cela peut-on admettre que la source magmatique du Sinabung est issue du système magmatique tobaïen ? Nulle réponse, par absence de tomographie, ne peut en être concédée.

Montpellier, 30 Novembre 2013

Extrait de "Le Dolok Sinaboen, volcan sumatrais. Un second Toba menace Sumatra. "
©Raymond Matabosch

09 janvier 2010

Mosaïque de peuples et d’ethnies, domaine réservé des volcans, l’Indonésie.

Bye bye l'Europe, bonjour l'Asie du Sud-Est...

Depuis 15 jours, et pour au moins 6 à 12 mois, je suis engagé dans un nouveau voyage d'étude, le quatrième en 20 ans, au cœur des terres indonésiennes.

Bye bye l'Eurasie, - ou continent euro-asiatique -, bonjour la Lémurie, - ou continent Indo-australien -, devrais-je plutôt écrire... Mais vous allez vous récrier et clamer que l'Inde, l'Indonésie... sont partie intégrante du continent asiatique... Mais là n'est pas l'objet de mon propos car la distribution des continents, des plaques tectoniques principales, secondaires ou disparues, et des multiples terranes qui s'emboitent les unes dans les autres pour former l'écorce terrestre de la planète Terre font l'objet de polémiques controversées, voire parfois violentes, dans le microcosme scientifique majoritairement tenu par une caste d'universitaires. Et je me refuse à ouvrir une telle polémique stérile sur le Post.fr, un site d'information populaire et grand-public.

Alors, pour une première, je vous entretiendrai de généralités pour vous présenter le plus vaste archipel du monde, l'Indonésie. Avec ses 2,028 Millions de Kilomètres carrés, presque 4 fois l'étendue de la France, pour une population de 245,5 Millions d'habitants. Avec ses 5.160 kilomètres d’Est en Ouest et 1.760 du Nord au Sud, il se compose de 17.502 îles, dont à peine le tiers sont habitées, égrenées, en deux arcs volcaniques, sur la bordure Nord de l’Océan Indien aux eaux capricieuses. Les plus grandes sont Bornéo, Sumatra, Les Célèbes, - Sulawesi, pays Toraja - , Java et la partie occidentale de la Papouasie-Nouvelle Guinée, et les plus touristiques en sont Bali, - Île des Dieux -, Lombok... Nusa Tenggara et Sulawesi sont, quant à elles, des îles hors norme se protégeant, férocement, des cultures étrangères.

L'Indonésie, une langue officielle, «  le bahasa indonesia », et une pluralité de langues locales et dialectes, - 742 bahasa daerah recensées -, est une mosaïque de peuples et d’ethnies, - plus de 350 -, où se côtoient musulmans, - environ 200 millions de croyants, 87 % de la population -, protestants, chrétiens, bouddhistes, hindouistes, confucianistes et animistes. Chacun y vit à son rythme, du plus traditionnel au plus frénétique, dans un climat de grande tolérance. La nature y garde aussi toute sa place et  dans les jungles de Sumatra les tigres, les éléphants, les serpents et les orangs-outans qui ne se retrouvent nulle part ailleurs, avec quelques  200 genres de mammifères, y vivent dans une flore unique au monde. La plus grande fleur terrestre pouvant atteindre 1 mètre de diamètre, la rafflesia, y fleurit chaque année. A Komodo, Rinca et Florés, évolue une espèce de varan carnivore de 2 à 3 mètres de long, le dragon  de Komodo, et, à Java, les édifices volcaniques rivalisent en d'extraordinaires paysages.

"Ses populations sont, pour la plupart, d’origine indo-malaise et deutéro-malaise. A Sumatra, quatre groupes ethniques, constitués de quinze peuples différents, se partagent l’île : les Atchinais, les Garos, les Bataks et les Minangkabaus. À Java, les Javanais proprement dits occupent le centre de l’île, tandis que les Sundanais peuplent le pays de Sunda ; les Madurais sont représentés à Java et à Madura ; les Balinais occupent une place à part d’un point de vue religieux, l’hindouisme étant la religion dominante de l’île de Bali. Bornéo est peuplée par les Dayaks et Les Célèbes par des peuples proto-malais, les Alfours, les Toradjas, les Manadais, les Bugis et les Macassars. Les Moluques sont habitées par les Alfours et les Amboinais et L’Irian Jaya étant le domaine des Papous. Plusieurs millions de Chinois vivent aussi en Indonésie." (1)

Avec plus de 9 millions d'habitants, 12 millions s'il s'agit de la conurbation de Djabotabek, - le grand Djakarta -, Djakarta en est la capitale. Les autres grandes villes en sont Surabaya, Babdung, Samarang et Yogyakarta, - Java -, Medan et palembang, - Sumatra -, Ujung Pandang et Macassar, - Sulawesi ou Les Célèbes -, Banjarmasin, - Kalimantan -, Denpasar, - Bali -...

Une chaîne de montagnes, d'origine volcanisme de points chauds, s’éleve à plus de 3.600 mètres, de Sumatra à Timor, zèbrant l'archipel d'Est en Ouest. Le Kerinci, dans les monts Barisan, sur l'île de Sumatra, atteint les 3.805 mètres et le Semeru, avec ses 3.676 mètres, domine Java. Le Puncak Jaya, - ou pyramide Carstensz -, 4.884 mètres, sur la chaîne du Sudirman, en partie occidentale de la Papouasie-Nouvelle Guinée, - Irian Jaya -, est le point culminant de l'Indonésie. Quant aux îles de Bornéo, Bangka et Belitung, elles sont l’extrémité méridionale du vieux bouclier de la plate-forme de la Sonde.

Les plaines les plus importantes se trouvent à Sumatra, Java, Bornéo et en Irian Jaya. Depuis des siècles, les coulées volcaniques, les cendres et les lapil-li fertilisent les sols des basses terres, notamment à Java et Bali, permettant 3 à 4 récoltes de riz par an...

Situé à la connexion de trois plaques tectonique, - les plaques australienne, philippine et eurasienne -, de multiples failles actives et des principales fosses océaniques de la planète, l’archipel indonésien connaît une forte activité volcanique et sismique. On y recense 150 volcans en activité comme le Tambora, un stratovolcan, qui forme la péninsule de Sanggar de l'île de Sumbawa, et le Krakatau, îlot volcanique situé entre Java et Sumatra, dont l’explosion en 1883 avait entraîné un gigantesque raz de marée et un rabaissement des températures terrestres de 0,5° C pendant un mois et 0,25° C au cours des douze mois suivant l'explosion, ou encore le Bromo, le Mérapi... L’une des secousses sismiques les plus récentes a frappé, en 1992, l’île de Florès, faisant 2.000 victimes ; un autre tremblement de terre a secoué Sumatra, en février1994, tuant 180 personnes. Le pays a également du faire face au tsunami de 2004 faisant 167.736 victimes à Sumatra, le tremblement de terre de Yogyakarta de 2004.... Et le dernier en date, Septembre 2009, près de 2.000 morts à Sumatra...

Je terminerai par le parc national d'Ujung Kulon abritant 50 ou 60 rhinocéros de Java, Borobudur montagne de pierres vieille de plus de 1.200 ans perdue dans une nature sauvage et luxuriante, Prambanan ou Candi Lara Jonggrang qui est un ensemble de 240 temples shivaites, construits au IXe siècle, et le site des premiers hommes de Sangiran, à Java, et les forêts tropicales ombrophiles de Sumatra qui sont des sites classés, grâce à l'Unesco, au patrimoine mondial de l'humanité.

Malang, le 23 Décembre 2009, 20 h.


Préface de "Etudes sismo-vulcanologiques en terres indonésiennes". 2009/2010

En cours de rédaction.

Auteur : Raymond Matabosch.

15:27 Écrit par catalan66270 dans Voyage en Terres Indonésiennes | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : asie du sud-est, insulinde, indonésie, Îles de la sonde, java, sumatra, bali | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it! |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu